Albums du moment
Pochette Glow
Pochette Quelle
Pochette The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo Pochette Maudits
Chroniques
Pochette Mathreyata
Pochette 2020
Pochette Internal Incarceration Pochette Freak
Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Surtr

Biographie

Surtr

Jeff Maurer (guitare, voix) et Régis Beck (batterie), forment un groupe à Metz en 2009. Ils optent pour le patronyme de Surtr, du nom du géant de feu dévastateur de la mythologie scandinave. Après avoir recruté Julien Kuhn à la basse et sorti une démo, le groupe sort son premier album en 2011, intitulé World Of Doom. Après pas mal de concerts, Surtr récidive en 2013 avec Pulvis Et Umbra, et annonce sa participation au Hellfest ainsi qu'au Dutch Doom Days, notamment.

Chronique

12.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Pulvis et Umbra ( 2013 )

  "Rise Again" ? Il fallait en effet se relever après en avoir pris plein la gueule un peu partout. A la sortie de World of Doom en 2011, Surtr s’était vu reprocher un peu tout : manque d’originalité, chant faux, artwork dégueu, disparition prochaine de Cathedral, bref, un bon gros plantage d’entrée de jeu, à oublier. Ou plutôt non ; se manger un mur tout de suite, c’est un bon moyen d’apprendre à l’esquiver. Ou de s’endurcir.

  "Rise Again", donc. Titre d’ouverture de ce Pulvis et Umbra (rien de sexuel, ça parle juste de poussière et d’ombre), qui a le mérite de poser les bases, comme dirait l’autre : c’est toujours du doom très traditionnel fortement influencé par Saint Vitus, Candlemass et Reverend Bizarre, principalement. C’est lent, itératif, assez long et gris. Les fans du genre ne seront pas surpris, les autres ne seront pas intéressés, ça n’ira pas plus loin. Pas besoin d’épiloguer des heures ; Surtr n’est ni aussi bon que Procession, ni aussi dégueu de Dawn of Winter.

  Et pourtant, Surtr ose parfois aller (un peu) plus loin en accélérant (!) le tempo, s’approchant parfois du heavy metal, ce qui lui sied plutôt bien ("Rise Again", "Three Winters of War", "Rebellion", "Fred Karno’s Army"), ou du doom death ("I am the Cross"), ce qui, au risque de blasphémer à la face des trve doomeux, lui va beaucoup mieux. D’une manière générale, chaque titre possède ses moments plus véloces, et c’est tant mieux car les compos s’en trouvent légèrement diversifiées, elles qui ont déjà gagné en concision par rapport à ce que le groupe proposait avant. On regrette d’ailleurs que les Lorrains ne soient pas allés plus loin.

  Mais quid du chant, sur lequel des hectolitres de fiel ont été déversés ? Et bien, le chant a toujours du mal. Faiblard, parfois faux et à l’accent français marqué, il reste le gros point faible du groupe, tombant parfois dans le franchement agaçant ("Sonic Doom", "Fred Karno’s Army"). On note toutefois un vrai progrès par rapport au précédent opus, et si la voix reste dénuée d’une quelconque émotion, lorsque le chant devient growlé ("I am the Cross") ou hurlé ("The Call"), il faut admettre que ça passe beaucoup mieux. Et quand bien même, ça n’a jamais empêché certains groupes de faire le buzz (pas vrai Wheel ?).

  Au final, Pelvis et Umbra s’avère être un disque paradoxal, sur lequel Surtr tente tant bien que mal de marcher dans les traces des glorieux doomeux d’antan, tout en se montrant bien plus capable précisément lorsqu’il décide de ne pas se prosterner tête baissée. Suivre une piste différente semble être un bon moyen pour Surtr d’enfin affirmer son identité musicale. Il a cette foi-ci prouvé qu’il en avait le potentiel.

A écouter : Rise Again, I am the Cross
Surtr

Style : Doom Metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : surtr.net
Myspace :
Amateurs : 1 amateur Facebook :