Albums du moment
Pochette Anabasis
Pochette In Transmission
Pochette Fyra Pochette Street Heat
Chroniques
Pochette Echoes Of The Soul
Pochette Reset
Pochette Songs For The Enamel Queen Pochette Fragments de Destinées

logo Superbutt

Biographie

Superbutt

Superbutt est formé en février 2000 par les membres de diverses formations majeures signées sur des labels hongrois. Le premier enregistrement du groupe apparaît sur la compilation 4,5 volts AC/DC Tribute Album sur laquelle ils font leur propre version du classique Let There Be Rock. Après une longue période de composition, le groupe entame les concerts en avril 2000. En juin 2000, Superbutt enregistre un 3 titres (“ Bee “ ; “ Lust kills “ ; “Kneeling in the corner") destiné à la promotion.
Le premier video-clip Lust kills est tourné en décembre 2000 et diffusé sur plusieurs chaînes de la télévision hongroise.
Très vite, on les retrouve sur toutes les grandes scènes des festivals hongrois (Mezzotur, Efott). Superbutt est même présent au festival « Pepsi Island Festival » en août 2000 d’oû ils commenceront leur route pour arpenter toutes les scènes du pays…
En février 2001, le groupe signe sur la division hongroise de Warner et sort son premier album 2 minutes for roughing.
En juin 2001, les hongrois ouvrent pour Ignite au célèbre « With Full Force Festival » à Leipzig en Allemagne. Après un été riche en festival, Superbutt affirme sa notoriété à l’édition 2001 du « Pepsi Island Festival » en jouant en tête d’affiche de la scène métal. Un deuxième vidéo-clip « Losing my way » est prévu pour février 2002. Cette année là, Superbutt tourne en Hongrie, Bulgarie, Autriche, Allemagne, Hollande et en France ou l’album 2 minutes for roughing sort en Septembre 03 (chez dirty8 / Next Music). En novembre 04 et après quelques dates en France aux côtés de Enhancer, Tagada Jones, Skull, S-core, Superbutt revient avec la sortie de son nouvel album The Unbeatable Eleven. S’en suivra des tournées européenne aux côtés de Pro-Pain, Ignite et Clawfinger sur la période 2005-2006. A la fin de l’année 2005, Superbutt se concentre sur l’enregistrement de leur troisième opus qui sortira en Novembre 2006 en France. C’est donc à l’album Black Soup qu’ils donneront naissance ; un album qui est considéré comme le plus original par la presse nationale française et qui permet à Superbutt de se placer à la douzième position des charts allemands alternatifs. L’histoire continue et n’est pas prête de se terminer…

You and your revolution ( 2009 )

C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures crèmes : certains groupes ne semblent pas décidés à changer de formule, même 9 ans après leurs débuts. Le son s’est certes affiné, mais Superbutt joue toujours cette fusion qui faisait mouche sur The Unbeatable Eleven et son successeur. Même si les premiers clips semblent avoir pris un coup de vieux, il apparait en quelques écoutes que les incollables sur les opus précédents ne seront pas déçus sur You And Your Revolution.

Depuis une paire d’année, on nous abreuve de styles plus alambiqués les uns que les autres, de nouveaux genres musicaux plus furieux à chaque fois … Pourtant, il reste encore certains groupes cherchant à aller au plus simple, pas forcément easy-listening, mais juste des riffs et un rythme attractifs sur des compos faciles à mémoriser. Superbutt est de ceux là. On retrouve toujours des successions de notes assez typées Mudvayne (spécialement dans le jeu de basse) ou quelques ressemblances avec Faith No More, mais les expérimentations musicales sont bel et bien absentes, Superbutt osant un son plus stable et homogène. L’empreinte System Of A Down qui peuplait les précédentes sorties semble s’être estompée, voir même dissipée (ne subsistent que peu de traces, sur Blisters notamment) mais on reconnait néanmoins certains plans et sonorités que l’on peut aisément rapprocher des productions antérieures. Niveau voix, pas ou peu de surprises depuis The Unbeatable Eleven : le frontman semble avoir abandonné ses expérimentations et ne souhaite apparemment pas y revenir, misant sur une ligne de chant plus stable.

Quelques compos se dégagent d’entrée de jeu : l’entraînant Figure (supporté par un clip très sympathique) au groove imparable, With Nails, furieux à souhait et scindé par un break certes basique mais efficace ou Blisters renouant avec les premiers efforts de Superbutt. Sincère, pas prétentieux pour un sou, ce nouvel album de Superbutt n’a comme véritable défaut que d’être peut être trop peu ambitieux. En résulte quelques passages un peu faiblards (Lift Her, Mother’s Day), sans forcément être mauvais, mais altérant l’écoute de You And Your Revolution.

Sur You And Your Revolution, Superbutt reste fidèle à lui-même et ce n’est pas pour déplaire. En 9 ans, les Hongrois n’ont pas démérité et même si on peut parfois rester sur sa faim, cet opus s’écoutera sans grosse difficulté sur de nombreuses platines.

A écouter : Figure With Nails - Blisters
13.5 / 20
2 commentaires (17.5/20).
logo amazon

The Unbeatable eleven ( 2003 )

Superbutt, groupe pour moi inconnu mais qui semble avoir déjà conquis pas mal d’oreilles dans l’europe de l’est atterri sur mon bureau (comment ça fait pro de dire ça) et le moins que l’on puisse dire c’est que ce groupe a le potentiel pour conquérir également des oreilles dans nos contrés. Déjà dés la prise en main de la bête on remarquera un petit plus coté design, une idée toute simple mais qui marque, sur la pochette des clous et dans la bande transparente sur le coté gauche du CD un vrai clou. Voilà pour les fioritures on enfourne le CD est on appuie sur play.
Niveau musique le groupe évolue dans un style fusion, néo, métal et même si tout le long de l’album on pourra citer une ribambelle de groupes force est d’avouer que Superbutt a tout de même une personnalité propre et sait apporter une vague de fraîcheur là où il semblait difficile de le faire.
Niveau influence on pensera à Clawfinger, Korn (sur Split Milk particuliérement), Machine Head , Mudvayne (la basse par moment), Finger Eleven, … Des groupes au son bien différent que le groupe arrive à fusionner sans problème.
La voix de Andras Voros est bien mélodique et change habilement de ton et de flow pour coller au plus prés au mélodie qui deviennent vite entétante. Chaque morceau est agrementé de petit passages qui viennent alléger la lourdeur de compos, passage presque ska, reggae, de samples comme un speech (en français SVP) ou une voix féminine. Dommage cependant que le groupe ne chante pas dans sa langue natale et que tout les morceaux soit en anglais.
Sans sortir le CD du siècle Superbutt avec ce second album permet de nous égayer notre journée, de nous mettre la pêche et pour ma part il y avait un petit moment qu’un groupe n’était pas arrivé à faire cela. On retrouve la fraicheur des Downset., Clawfinger du début et ça fait du bien d’entendre ça ; à écouter pour les nostalgiques de cette époque ou pour ceux qui voudraient tout simplement passer un bon moment en écoutant un CD. 11 titres plus que comestibles qui montrent que la scène de l’Europe de l’est n’excelle pas que dans l’extrême.

A écouter : Helmet and Gloves, Pioneer, Fishmachine