Albums du moment
Pochette Loved
Pochette Liquid Anatomy
Pochette Ordinary Corrupt Human Love Pochette Okkult II

Biographie

Suffocate for Fuck Sake

Formation suédoise ayant vu le jour ce dernier siècle, Suffocate for fuck Sake a choisi la carte de la discrétion : on ne sait donc que peu de choses sur son compte, raison de plus pour se concentrer sur ses efforts discographiques. Après un premier EP en 2004, le groupe est revenu en 2008 avec son premier album, mélange détonnant screamo / post-hardcore sur lequel on aurait greffé une bonne dose de spoken word. Se réclamant les héritiers de Sigur ros, Breach, Cult of luna, Mono, Mogwai et consorts qui seraient brassés en même temps, force est de constater que Suffocate for fuck Sake a... raison.

Chronique

15.5 / 20
2 commentaires (17/20).
logo amazon

In My Blood ( 2016 )

Lorsque Suffocate For Fuck Sake prend la parole, c’est comme si un vif vent soufflait sur les premières lumières nocturnes. Piquant au vif, sombre dans son atmosphère mais aussi son apparence, In My Blood crache aussi violemment aux oreilles que le laisse présager son artwork. On avait été servi dans une histoire de chute de l’esprit dans Blazing Fires And Helicopters, il semble que ce soit à nouveau le cas ici.

« Down in the dune, slowly it starts to sink in. Slowly downwards. 
It washes over our legs. The clothes. The grip. 
We’re stuck. The force. We try, bravely. 
Everything is pointless, everything is in vain. Staring down into the dark ground.
 » 

Parce qu’ils sont Suédois, ou que leurs inspirations donnent cette sensation, on retrouvera les sonorités Post-Hardcore des premiers Cult Of Luna / Breach sur « Sentence », flirtant toujours avec un Screamo poisseux, qui n’a au final d’accointance avec le genre que par le chant. Pour autant, In My Blood possède une vraie noirceur désabusée (« Sentence »), mais plus portée sur la musique que sur l’ambiance qui s’en dégage.
On est clairement au croisement des genres, tenant des titres sur la longueur mais usant d’éléments généralement plus propres au Screamo, à l’instar de groupes comme June Paik dans l’idée. Le parallèle avec Heaven In Her Arms serait censé, si ces derniers n’intégraient pas une dimension plus composées en mouvements que SFFS, qui prend assume pleinement la volonté d’une progression lente et sans véritable rupture.

Ereintant, clairement éprouvant au bout de quelques écoutes, In My Blood use des cordes via l’ajout de violons pour appuyer ce côté désespéré du chant, larmoyant dans certains passages sans basculer dans un côté mièvre qui casserait toute la rythmique du disque.
Les touches de claviers, plus parsemées qu’étouffantes, créent presque un premier décalage dans l’assimilation de ce nouvel opus : presque poussées trop en avant sur « 33 years ago », elles créent une dissonance dans la musique lorsque trop surexposées, mais bizarrement s’intègrent parfaitement lorsque les spoken words s’y ajoutent. Il est d’ailleurs fortement recommandé de lire ces derniers pour saisir le message porté, bien au-delà des sons en eux-mêmes.

« I’m sure it was a routine, routine cases for them. And I can’t imagine a medical officer of health who goes home and cries over making the decision to sterilise someone. Or sterilisation terms. No, your way of thinking is a bit foreign to me I’m afraid. 
Is it that they see… those who sit… 
They don’t see the patient. They make the decision on paper. They make it on paper.
 »

In My Blood n’est donc pas exempt de défauts, surtout si on le compare à Blazing Fires And Helicopters et sa lente descente aux enfers, peinant à en effleurer la surface. Des morceaux comme « Carnage » ou « Are You Happy With Your Life? » s’en approcheront, mais il manque véritablement parfois ce brin de folie de « Empty » qui basculait vers un Post-Hardcore instable ou l’agonisante et apaisante « They Try To Cheer Me Up By Saying I Did Once Live A Functioning Life ». Suffocate For Fuck Sake a bien plus pris de l’influence Post que des relents Hardcore que l’on pouvait identifier sur l’album précédent.

« You said you'd always be here »

In My Blood était la bonne surprise, après 8 ans sans véritable signe de vie. Ayant alourdi son style entre-temps, SFFS semble bien relancé,. Peut être un nom trop vite oublié avec les années, mais sans problème un très bon disque, à en chialer.
Néanmoins, si vous souhaitez faire un premier pas dans la musique de Suffocate For Fuck Sake, je vous invite vivement à écouter en premier lieu Blazing Fires And Helicopters On The Frontpage Of The Newspaper. There's A War Going On And I'm Marching In Heavy Boots.