Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den
Pochette Broken Play Pochette ...

Biographie

Still Life

Chris Pitzel (Batterie)
David Pitzel (Chant, Basse)
Paul Rauch (Chant, Guitare)

Originaire de Los Angeles, Still Life est unanimement reconnu comme un pionnier de la scène emo hardcore. Le combo débute sous le nom de Monster Club à la fin des années 80, jusqu'au départ de leur chanteur pour Strife en 1991. Dès lors, Paul Rauch prend le relais et le groupe en profite pour se renommer Still Life (Nature morte). Still Life sort son premier album, From Angry Heads With Skyward Eyes, sur le label de Goleta, Ebullition Records. A partir de là, le combo fonde son propre label, The Sunflower Tribe, qu'il utilisera pour les prochains disques. Still Life se sépare en 2003. Paul Rauch et David Pitzel iront former The Old Ground, groupe sensiblement différent mettant l'accent sur un indie rock acoustique.

Chronique

From Angry Heads With Skyward Eyes ( 1993 )

Les premiers pas de Still Life sont indissociables de ceux du label Ebullition Records. Fondé par Kent McClard en 1990 à Goleta (Santa Barbara suburbs), la petite structure a d’abord comme objectif de sortir un LP de Inside Out. Le projet n’aboutira pas, la faute à de mauvais concours de circonstances. L'année suivante, Kent assiste au tout premier concert de Still Life, qui avec une poignée de titres sous le coude, se positionne d’emblée comme une bête de scène, mais surtout, comme le vecteur d’un nouvel élan au sein du microcosme punk hardcore early 90’s : A breath of fresh air. Le même soir,  le double LP, From Angry Heads With Skyward Eyes, était une affaire entendue sur Ebullition Records. Atypique et alambiqué, le disque sort en 1993 et fait immédiatement tâche d’huile dans le flux tendu de la scène punk californienne. Maximum Rock’n Roll, fanzine référence, ira jusqu’à refuser de chroniquer l’album, taxant la musique de Still Life d’étrangère à la scène punk dans sa globalité. Une attitude élitiste et bornée qui poussera Kent à se lancer dans la création du fanzine alternatif HeartattaCk, dont les colonnes sont sans complexe occupées par Rorschach, Deadguy, Downcast et les quelques formations émergentes marquées du sceau "emotive hardcore". Still Life, évidement.

Touché d’une sensibilité toute particulière, au confluent d’un pessimisme latent et d’une envie maladive d’en découdre, Still Life élève le hardcore à un autre niveau de conception et de perception. Le trio de Los Angeles a beau partager les planches avec Man Is The Bastard ou Born Against, il propose un itinéraire inhabituel, balisé de morceaux au format largement plus étendu que le standard punk de l’époque. C’est bien par cette propension, aventureuse et risquée, à se lancer la tête la première dans des fleuves sinueux et jonchés de remouds, qui confère au propos de Still Life une teneur véritablement épique et une disparité musicale immense. Car From Angry Heads With Skyward Eyes est de ces albums charnières, qui coagulent puis exsudent des faisceaux d’influences, depuis et vers de multiples directions, comme un prisme capturant puis rejetant les photons, dès lors porteurs d’un message renouvelé.
Le génome punk s’écoule ainsi dans les veines de Still Life, explosant ponctuellement au travers de riffs tempétueux joués avec une urgence folle et d’un chant soufflé au visage comme un flot de verre pilé. Avale, Recrache. Encaisse, Riposte. De la rancœur primaire donc, mais nouée dans un linceul cousu de ressentis personnels désabusés et d’une poésie affligée. Au delta de ce terrain sonore nervuré, se déversent des harmoniques nimbées de tristesse à l’image de "Truth" ou de "A Song About Love", pistil de 8 minutes dont les ultimes instants sont sublimés d’une nappe de piano en proie à un chant arraché des trippes, mais également un nuage funèbre, qui renvoie en filigrane à la scène post punk anglaise. Une filiation la plus intensément perceptible sur les derniers instants ("Minute Failing", "Sunset sunrise", "Burning Like/The Bridge Behind Us"), durant lesquels les lignes de basse rappellent le jeu particulier de Peter Hook, autant dans le son que dans la pleine participation de l’instrument rythmique à la mélodie.

Still Life peint le clair-obscur. Still Life souffle le sirocco sur la banquise, hurle ses blessures exsangues, puis la seconde d’après, murmure les images chaleureuses auxquelles se raccrocher. From Angry Heads With Skyward Eyes est un album sculpté d’amour et de haine.

A écouter : Empty Cage - A Song About Love - Sunset sunrise - Truth