Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

Biographie

Stellardrive

Stellardrive, c’est 5 membres en studio et 8 sur scène ; ou la réunion en un projet de différentes personnalités da la scène locale bisontine : Nicolas - guitare (AsideFromADay) -, Sébastien : - basse & sampler (ex-Synd) -, Florian - guitare et clarinette (ex-Gantz) -, Stéphane - batterie (ex-Gantz) – et Charlie –guitare et clavier – auxquels il faut ajouter on stage Remi à la projection, Skwal aux lumières et Julien en tant qu’ingénieur du son. (On l'aura compris, en live, Stellardrive propose un voyage "complet").
Entre prog rock, ambient, shoegaze et post-rock, Stellardrive agite depuis plusieurs années ses faisceaux, matérialisés par 3 Ep’s succéssifs representants une trilogie nommée Ers et parue en 2005, 2007 et 2008. Juste de quoi préparer le terrain pour l’album Omega Point, sorti via une collbaroation entre Only4Stars Records, Le Sonotone, Dvs Records/Anticraft/Believe.

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

ERS4 : Speak, Memory ( 2011 )

Quatrième volume des ERS, Speak, Memory est cette sensation que Stellardrive aime toujours les envolées, les éclats scintillants d'une dernière étoile avant le lever du soleil. Toujours dans cette mouvance PostRock, avec ses quelques excursions déjà abordées précédemment, le groupe se meut entre les effluves de Gantz (Burnt) et les relents Post de Neurosis (Amuptaum), avec suffisamment de recul pour se détacher de tout, prendre de la hauteur (Quiet Desperation, Carmine) et  imploser en plein vol (l'exquis Salome). Cet opus n'est ni plus ni moins qu'une découverte des différentes strates de l'atmosphère, du sol rocailleux de Burnt à la douceur silencieuse de Salome, à travers 7 titres explorant ces couches successives.
Même si les musiciens restent dans les standards du PostRock, Stellardrive a suffisamment d'intelligence et de maturité pour pondre un EP vraiment prenant, notamment grâce à la panoplie d'ambiances déployées en 36 minutes. A ce jeu là, ce sont d'ailleurs les partie plus abrasives et lourdes qui marquent vraiment les esprits, avec notamment une ligne de guitare très convaincante sur Amuptaum ou une nappe de claviers célestes sur le dernier tiers de Quiet Desperation.

Quoi qu'il en soit, Stellardrive fait mouche. Même si l'influence Gantz se fera toujours ressentir sur certains riffs, ERS-4 : Speak, Memory sait se détacher de tout et s'envoler au loin. Jolie réussite dans son domaine en tout cas.

A écouter : Burnt - Amuptaum - Quiet Desperation
13.5 / 20
0 commentaire

Omega Point ( 2008 )

Placé en orbite sur l’épiderme de la stratosphère, Stellardrive n’a pas pour vocation à rester raccrocher à un satellite. Stellardrive veut se mouvoir. 

Omega Point qui réunit les précédents EP Ers 1 et 2, couplé à des remix, table sur une musicalité protéiforme, qui multiplie les superpositions et les ajouts de lignes dans un mélange d’ambient, de post rock et de nuées shoegaze. Departure – qui lance comme son nom l’indique le décompte initial – place donc sans fioriture les fondations du travail du groupe : Connecté avec la terre par l’esprit mais le corps en apesanteur.

Les prestations live du groupe sont à ce titre éloquente. La vidéo joignant les images au son.
On retrouve d’emblée pour cela l’effet reverb qui fait onduler les sons de guitare, les montées tremblantes marches après marches et les ambiances de bulles et de flottement à la Godspeed You ! Black Emperor. What Everyone can see trought the window qui suit lance définitivement le voyage par un succession de jeux de cordes déliées et quasi pop.

Omega Point dès lors se répartit en 9 morceaux les chairs du post-rock traditionnel en y ajoutant un soupçon de rock prog’ quand la carte du parcours semble trop pacifique. Une succession de parties se donnent alors le relais, tantôt nébuleuses, tantôt plus musclées (par le biais d’une guitare qui se fait plus "enfonçante" dans ses a-coups) dans un enchevêtrement tout à fait typique du genre niveaux sonorités, structures et placements des différents instruments (God Is An Astronaut ou Explosions In The Sky ne sont jamais bien loin). Il faut attendre Turbulence et son apport electro-noisy-sample à la 65daysofstatic pour trouver un peu d’énergie nouvelle et moins convenue.

Car soyons clairs, les musiciens connaissent leur boulot, jouent bien et joliment, mais on ne peut s’empêcher de  trouver le moteur de la fusée parfois quelque peu grippé. Compositions un peu trop longues, jonctions/ponts amenés un peu maladroitement, reprise de beaucoup de poncifs du genre faits et refaits et surtout absences de mélodies vraiment accrocheuses. Ces quelques détails légèrement dépréciatifs empêchent d’adhérer pleinement au voyage malgré les aspects  les plus séduisants du groupe. Reste donc un concept, des idées, un bon mélange des genres et une volonté d’explorer qui donne envie de continuer à suivre la navette ; pour voir le reste de l’univers.

En écoute sur myspace.

A écouter : "Sagitarius A", "Turbulences (Post Damages Reconstruction")
Stellardrive

Style : Post Rock / Ambient / Electro / Shoegaze
Tags : - - -
Origine : France
Site Officiel : stellardrive-music.org
Amateurs : 25 amateurs Facebook :