Chroniques
Pochette Bottle It In
Pochette Existential Void Guardian
Pochette Trash Generator
Pochette Belzebubs
Pochette Remarkably Human
Pochette The Mirror Pochette Eternal Return

logo Sparklehorse

Biographie

Sparklehorse

1995 sera le point de départ de l'aventure Sparklehorse, dont l'instigateur n'est autre que Mark Linkous (Dancing Hoods) qui, durant la décennie passée, aura collaboré avec des pointures telles que Goldfrapp, Denali, ou bien encore Mary Timony. Dix années qui auront vu la naissane, à intervalles plus ou moins réguliers de quatre albums dont le premier, Vivadixiesubmarinetransmissionplot, est édité par Capitol Records. En '95, la maison de disque flashe littéralement sur les démos de Linkous et décide alors de sortir dans la foulée ce premier effort. Quatre ans plus tard, et après une 'near death experience', le guitariste-songwriter revient avec un second effort, intitulé Good Morning Spider, puis un troisième, en 2001, distribué par EMI/Astralwerks, le grandiose It's A Wonderful Life. Trois opus prompt à de nouvelles collaborations avec notamment Nina Persson (Cardigans),  PJ Harvey, Tom Waits, et bien sûr cet ami de longue date qu'est Dave Fridmann (Mercury Rev, Flaming Lips, Thursday,...). Excusez du peu...

2006, revoilà M. Linkous sur LP avec une quatrième oeuvre, Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain, que l'on espère aussi riche que les précédentes, et une date à La Cigale (Paris) le 22 octobre et le 25 au Grand Mix (Lille). Impatients?

Chronique

Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain ( 2006 )

Cinq ans et le voilà enfin ce tant-attendu quatrième effort de Sparklehorse : Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain. Une attente qui aura mis notre patience à rude épreuve, à tort ou à raison selon les personnes, mais qui se voit finalement récompensée, en prime, par la venue de cet Artiste de renom. Auteur/compositeur devenu au fil des années l’une des figures emblématiques de cette scène dite indépendante, au sein même de cette industrie musicale.

Fidèle à lui-même, et à tout ce que cela implique, Mark Linkous poursuit donc son œuvre avec un album qui se place dans la droite lignée de ses prédécesseurs (cf. la classique référence aux 'horses' dans les paroles). Plus concis et disposant de moins de pistes brèves (2 minutes) venant segmenter l’enregistrement, Dreamt for Lights Years…n’en demeure pas moins un prodigieux brassage des genres, se fondant en une parfaite harmonie, qui prouve une nouvelle fois l’unicité de Sparklehorse. Rock indé, lo-fi, country alternative, shoegaze, dream pop, le tout servi par un soucis de l’arrangement, du détail, maladif, constituant en grande partie le génie du musicien. Un sens de l’écriture que l’on croise à chaque mesure, que ce soit sur la pianofiresque "Ghost in the Sky" et son aguicheuse petite sœur "It’s Not So Hard", la troublante "Knives of Summertime", voire la Danger Mous(e)ienne "Getting it Wrong", mais surtout sur cette quintessence de l’album qu’est le titre éponyme. Clôturant l'album de la plus belle des manières, ce morceau pourrait faire pâlir de jalousie la plupart des formations de rock atmosphérique/post-rock.

Au milieu de tout ça pointe une délicieuse curiosité, réminiscence de It’s A Wonderful Life : "Morning Hollow". Ballade de 7’ durant laquelle Tom Waits accompagne Linkous au piano, et qui n’est autre que la piste cachée de ce précédent disque. Puis au détour de conversations, de lectures, les inconditionnels purs et durs nous apprennent que "Ghost in the Sky" figurait d'ores et déjà sur l’édition japonaise de ce troisième opus, et que "Shade & Honey" se retrouvait listée en 2002 sur la bande-originale de Laurel Canyon (cast’ : Kate Bekinsale, Christian Bale,…). Ce qui, au final, porte le nombre de titres récemment composés par Linkous de 12 à 9. Dans le meilleur des cas…

Alors oui si l’on est un puriste, il y a de quoi être déçu par le contenu de ce Dreamt for Light years…Quant aux autres, ils n’auront qu’à se délecter de ces 12 pistes, au "Morning Hollow" que l’on ne peut en aucun cas passer, et cela même s’il figurerait, un jour ou l’autre, au tracklisting d’un probable best-of ou autre Unplugged de Sparklehorse. Enfin, dernier rappel pour tout le monde : « Be at the Show(s) !»

En écoute sur MySpace : "Shade & Honey"; "Don't Take My Sunshine Away"

A écouter : Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain; Ghost in the Sky; Knives of Summertime; It's Not So Hard, Morning Hollow; Mountains