logo Solstice Rider

Biographie

Solstice Rider

Solstice Rider voit le jour à Baltimore en 2020 sous la forme d'un one-man band, porté par Jeremy Bluteau (ex membre de Tabris et chanteur de Doctrine Automata), dans lequel il joue un Death Metal Mélodique inspiré de groupes tels que Wintersun, Kalmah ou encore Equilibrium. Il sort l'EP Star Of The North en juin 2021 puis un premier album six mois plus tard, nommé Suffer To Glory.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Suffer To Glory ( 2021 )

Certes, le death-mélo n'est pas complètement mort, mais qu'il est loin le temps de l'apogée des Kalmah, Wintersun, Children Of Bodom et autres Norther... Comme d'autres genres avant lui, cette branche des musiques extrêmes a clairement déjà passé son pic de popularité. Les fans en sont donc réduits à trois alternatives : réécouter les classiques du début des années 2000s, tenter les nouveautés (parfois médiocres) proposées par les survivants comme Amon Amarth, Arch Enemy, ou Dark Tranquillity, ou dénicher LA pépite insoupçonnée.
Et aujourd'hui, on se penche sur cette troisième option.

Solstice Rider, au delà d'un indéniable penchant pour le kitsch, c'est aussi un condensé de ce qui faisait le charme du vieux death-mélo. Du blast-beat avec un penchant parfois black (Stolen Visions, Nameless And Void, The Owl Does Not Sleep), des riffs très mélodiques et qui se démarquent vraiment (Constellations, Stolen Visions, Suffer To Glory...), une vibe épique mi-viking mi-fantasy, une production old-school mais propre, tout y est. Porté par tous ces éléments, le chant se démarque par sa dichotomie, partagé entre l'aspect très guttural, presque rocailleux, sur les nombreux passages growlés, et le coté éthéré des quelques voix claires. Pensez Insomnium, autant sur la proportion harsh/clean que sur les timbres des deux types de chants. D'ailleurs la comparaison avec les Finlandais peut aussi se poursuivre sur le côté quasi-progressif, assez sombre, avec des moments nostalgiques.

Le point faible de cet album pourrait être un tic de composition : les intros sont parfois poussives. Une fois qu'on est entré dans un morceau, son énergie fait indéniablement mouche ; mais avant d'en arriver là, certains titres tâtonnent un peu, peinent à se définir efficacement (Cold And Awake, The Owl Does Not Sleep, Uncertainty). Moins flagrant sur les fins de titres, on notera quand même quelques conclusions trop précipitées (Reveal Me, Star Of The North) ou un poil poussives (Cold And Awake).

Mais que cela ne vous effraie pas. Suffer To Glory est vraiment un trésor de puissance death-mélo, avec juste ce qu'il faut d'inspiration pagan et de technique. C'est ce constat ultra-accrocheur qui reste en tête, bien plus que les transitions un peu bancales. Donnez-lui donc sa chance, cet album est vraiment une bien meilleure raison de ressortir votre corne à boire et votre pagne en peau de loup que la dernière livraison d'Amon Amarth et aidera à patienter avant le prochain opus de Wintersun.

A écouter : Stolen Visions, Suffer To Glory
Solstice Rider

Style : Death Metal Mélodique / Power Metal
Tags : -
Origine : USA
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 0 amateur Facebook :