Albums du moment
Pochette The Raging Wrath Of The Easter Bunny Demo
Pochette Maudits
Chroniques
Pochette 2020
Pochette Internal Incarceration
Pochette Freak
Pochette Post Human: Survival Horror Pochette Ultra Mono
Découverte
Pochette Moozoonsii

Biographie

Solitone

Originaire de Bordeaux, Solitone est un combo formé autour de Yannick, Pierre, JP et Hugo. Le premier EP, Première Vague, sort fin 2016 en digital avant d'être mis à disposition en janvier de l'année suivante chez une multitude de labels : Arkan Records (Malaisie), Backwater Transmission (Italie), Desertion Records (France), Dingleberry Records (Allemagne), One Wild Collective (France), Screamore (Italie) et Voice Of The Unheard (France).

Lame De Fond ( 2018 )

J’aurais tellement aimé cette pochette de Laam de Fond, mais je pense que j’aurais été le seul a oser sortir le disque en public. Et pourtant, au vu de la musique, il n’y a pas de quoi avoir honte, car Solitone chante, et La Première Vague s’est muée peu à peu en une Lame de Fond.

Avec une première prise de recul, on ne saura véritablement pas si l’on apprécie l’orientation artistique prise par ceux qui avaient écrit « Nous Sommes les Invisibles » et « Un verre de lait » ; Dans sa structure, Solitone prend le temps de livrer trois fois plus de titres, mais également donc d’en décontenancer plus d’un. En effet, il aura fallu beaucoup de temps, même pour un simple EP, pour arriver à apprécier les facettes. Là ou « Un verre de Lait » me parlait par certaines accointances Screamo, il m’aura fallu bien plus d’attention pour saisir le point central de cet opus : riche, mais trop, limité dans le temps alors qu’il aura peut être fallu quelques minutes de plus au final.
Pourquoi s’appesantir sur les écueils provoqués par cette Lame De Fond ?
La houle se transforme en vague, martelant les tympans en prenant de plus en plus d’ampleur. Prenez « Les Naufragés du Mauvais Temps », éclairés par « L’Eclat des Lampadaires », et laissez vous bercer. La ligne vocale sera sans doute moins séductrice que prévu, plus abrupte, mais sait prendre le temps de s’octroyer quelques variations.
Et lorsque les cordes et peaux ne résonnent pas à l’unisson avec le chant, les parties instrumentales sont presque trop courtes, oscillant entre l’attente d’un développement sonore et la sensation d’être trop étirées (« Adéenne »), avec des relents des aspects les plus posés du Screamo (« Coupable »).

A la surface, Solitone semble presqu’homogène, mais Lame de Fond alterne les sonorités. On parlait plus de Screamo, on ajoute maintenant des tonalités Post-Hardcore assez classiques, et mêmes au sein de certains titres les variations se font sentir. Peut être pas à mettre entre toutes les oreilles, les aspérités étant réelles.

Première Vague ( 2016 )

Premier jet pour Solitone, qui mêle à son Screamo un discours assez sombre dans son ensemble. On y parle de la routine et de l’enfermement dans un rythme qui absorbe l’humain, mais aussi de la dégradation de la dignité féminine au travers d’un prisme qui pourrait apparaitre comme un fait divers. Et s’il va sans dire qu’un mix entre Screamo et Post-Hardcore a fortement tendance à se retrouver sous la coupe des piliers du style, Solitone a le bon goût de bénéficier d’une prod mettant en avant la basse et isolant le chant, le plaçant sur une coupelle de résonance assez particulière lors des premières écoutes. Au travers de ces deux titres, « Nous sommes les invisibles » et « Un verre de lait », le quatuor prend dans Daïtro pour son premier morceau, à la fois dans les paroles et certains riffs, avant de revenir un peu plus vers Gameness ou Mihai Edrisch dans la partie instrumentale du second. Le rendu global, très efficace, ne sera peut être pas aussi marquant que les premières écoutes d’un Chaviré ou Laïka, mais n’en démérite pas pour autant.

Même si certains auront des difficultés à passer outre le mixage apporté à la partie vocale, Première Vague rassemble déjà les bases que l’on peut espérer pour chacun. En espérant que la suite continue en ce sens et que les deux titres se voient renforcés par d’autres du même acabit.

A écouter : Les deux titres, sans déplaisir !
Solitone

Style : Screamo / Post Hardcore
Tags : -
Origine : France
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :