Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Sna-Fu

Biographie

Sna-Fu

Originaire de la région parisienne, Sna-Fu (aka Grand Désordre Orchestre) se forme en 2000 et ouvre pour des groupes tels que Impure Wilhelmina ou Standstill. Après une première démo, le groupe sort un premier EP éponyme sur Miser Records / Recap Records en 2004. Fin 2007, Sna-Fu sort un premier album, Tonnerre Binaire, entre rock et hardcore façon Refused. 3 ans plus tard, le combo s'enferme à nouveau en studio pour Mighty Galvanizer puis Knives&Bells, enregistré par Francis Caste.

Clément (Chant)
Cédric (Guitare)
Hadrien (Guitare)
Philippe (Basse)
Charles (Batterie)

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Knives & Bells ( 2014 )

On a souvent décrié Sna-Fu comme un combo trop proche de Refused, et ce même en ces pages. La référence est flatteuse, mais l’influence a pu paraitre trop présente pour que certains puissent apprécier les précédents opus du Grand Désordre Orchestra. Avec Knives&Bells, l’élève s’affranchira-t’il du maitre ou aurons-nous encore droits à quelques écueils ?
D’entrée de jeu, le groupe a remis les petits plats dans les grands (le son de batterie de « Fast & Furious ») avec un premier titre qui pourrait presque représenter à lui seul le reste de Knives & Bells. Quelques passages déchainés, un brin de folie dans les instruments et Sna-Fu a démontré en moins de trois minutes ce dont il était capable. Cela ne se calmera pas avec « You don’t Like this Song » (hommage aux détracteurs ?) et son refrain qui en font l’un des meilleurs titres du disque. Certains parleront de facilité, d’autres de musique rentre-dedans entrainante. Les premiers diront que « That’s All I Got » reprend exactement les mêmes ingrédients, quand les seconds s’exclameront qu’il n’est pas nécessaire d’aller plus loin tant la recette est efficace. En somme, rien de véritablement nouveau pour les curieux qui ont suivi un peu l’évolution du combo, c’est du Sna Fu 100% pur jus avec toutefois un chant moins hardcorisé (« Catrina »).

Et c’est cette sensation qui ternit légèrement l’écoute de Knives & Bells. Celle d’avoir une référence trop marquée au détour d’une ligne de basse (« Catrina » est (trop) largement inspirée par « Another Bites the Dust » de Queen) ou d’un tic vocal (qui a dit Refused ?). Mighty Galvanizer avait réussi à passer outre cet aspect (même si on pouvait deviner des plans rythmiques hérités de Botch) mais Knives & Bells défonce à nouveau quelques portes ouvertes. Dommage, parce qu’au delà de ce sentiment, Sna Fu se la joue Rock’N’Roll foufou mais sans fioritures.

Knives & Bells ne marque peut être pas autant que Mighty Galvanizer, même si cela donne envie de bouger. Punk’N’Roll parfois un brin trop apprêté, Sna Fu a la classe, oui, mais encore quelques efforts à faire pour finir d’impressionner.

A écouter : You don’t Like this Song
12 / 20
9 commentaires (16.72/20).

Tonnerre Binaire ( 2007 )

Plutôt surprenant d'introduire un album par une reprise de feu-Refused, ces politesses se font traditionnellement en bout de course. Ah !? On me souffle que "Transcending Reality" n'est pas une redite mais une véritable composition de Sna-Fu. Certes, il y a surement pire comme influence mais Tonnerre Binaire semble s'appuyer de tout son long sur une partie des jalons posés par les suédois ; de l'esprit résolument rock'n roll, aux plans de guitare en passant par l'intonation des vocaux et le "Whoooooooo !" du "New Noise" de The Shape Of Punk To Come. Rien que ça.

Ce cruel manque de personnalité est heureusement à demi compensé (et pardonné) par une interprétation énergique. Ca file droit, ça ne dépasse pas un poil du cadre établi, c'est carré et sans entorse aucune au règlement. Un aspect qui devrait, sur les planches, contenter les moins difficiles d'entre nous à la recherche d’un simple éclair fulgurant et éphémère. Pour les autres, en vaine quête d'au moins un mobil légitime justifiant le mouillage de maillot de Sna-Fu, se tourner vers les "originaux" sera sans doute l'attitude adoptée. Car même en grattant un peu pour dénicher les quelques traces emo hardcore ("Dilligence", "Route '66", "Lights") et les relents Post Rock ("Cinnamon", "And"), on ne trouvera pas grand chose de véritablement identitaire chez Sna-Fu.

Servi par une impulsion électrique et une production aussi rigide que l'interprétation, Tonnerre Binaire fait office d'album efficace et bien propret, vecteur de moments véritablement entrainants (pour peu que l'on supporte les riffs aigus un tantinet kitch et les frasques démonstratives du chanteur). Pour ce qui est d'un intérêt purement musical et de l'originalité de la chose, on patientera jusqu'aux prochaines cartouches du "Grand Désordre Orchestre" comme ils disent.

A écouter : Lights - Dorian - Dilligence
Sna-Fu

Style : Rockin' Hardcore
Tags :
Origine : France
Site Officiel : sna-fu.com
Myspace :
Amateurs : 10 amateurs Facebook :