Biographie

Sludge

Groupe formé au milieu des années 90 en terres suisses, Sludge fait partie des poids lourds de la très riche scène extrême en rouge et blanc. C'est soutenus par Lee Dorian (Cathedral) qu'ils signeront leur premier deal afin de sortir en 1996 l'EP Sweet Daisy, suivi de peu par un premier album du nom de The Well. Sludge est un groupe qui prend son temps (n'y voyez aucun rapport avec leur nationalité) et maintient un rythme de sorties inversement proportionnel à la qualité de sa musique puisque tous les albums du groupes à ce jours se retrouvent couverts de critiques élogieuses. A noter que Marko (guitare) se fait aussi remarquer chez Samael depuis quelques années et une pause observée par son groupe d'origine. Il alterne depuis entre les deux formations. Suite à un Yellow Acid Rain très remarqué, Sludge revient en 2008, renforcé par l'arrivée de l'ancien vocaliste d'Unfold et Houston Swing Engine ainsi qu'un nouveau bassiste pour délivrer son quatrième album: Lava.

Chronique

16 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Lava ( 2008 )

Sludge nous revient courant 2008 après deux albums ravageurs en nous annonçant un changement de poids : Odin (Unfold, Houston Swing Engine) a pris la place de Nik au chant. Une nouveauté qui, couplée à l’intégration d’un nouveau bassiste en dit déjà long sur le virage opéré par le groupe sur cet album. Enfin peut être pas tant que ça…

En effet, même du temps de titres comme le monstrueux Scarecrow messiah sur l’album du même nom, Sludge a toujours eu cette patte particulière un peu hybride, sachant se faire aussi écrasant que catchy, y compris dans les ralentissements les plus mastoc du Yellow Acid Rain qui suivra. Sans pour autant appartenir à une école bien précise les suisses savaient imposer le respect par une force de frappe infaillible et des sonorités toujours renouvelées. Ici encore, du nouveau donc, et ce peut être comme jamais.
Sludge ne fait plus vraiment de Death Metal et on le comprend dès les premiers titres d’un album qui démarre pied au plancher. 60 MM, véloce et massif  se veut être une véritable déflagration soutenue par une basse obèse alors qu’Odin rappelle l’étendue de ses talents de vocaliste extrême à qui l’aurait oublié. Parpaing. Le brulot Idi nai hui qui suit sans le moindre temps mort n’arrangera d’ailleurs rien à l’affaire, lancé sur une rythmique de fou furieux. Déjà le constat s’impose : This is fuckin Heavy Metal!

Sludge est complètement survolté, c’est un fait, et il faudra bien des titres de la teneur de Lava ou, plus encore, Below aux penchants Doomy, ralentis à mort, destructeurs, lourds et oppressants pour faire baisser la température de votre platine en fusion. Car oui Sludge, non content d’avoir dopé son chant et sa musique, embrasse désormais un spectre musical d’une largeur toujours revue à la hausse et avec une maitrise à faire pâlir. Il n’a jamais été aussi évident que l'imposante silhouette de Celtic Frost plane depuis longtemps déjà au dessus de la tête de la bande à Marko (Monolith, Machine, Idi nai hui…), veillant attentivement à ne pas laisser filtrer le moindre rayon de soleil. Lava est un album coup de poing, sombre, occulte et massif (Inquisition), un pot pourri d’une foule de courants de l’extrême doté d'une unité toute particulière. Une galette faite de démarrages bestiaux (Carnivore) et d’effondrements dramatiques exécutés à dessein et d’une main de maitre. En un mot, c’est une bombe.

Sludge, bien campé sur d’inamovibles bases profondément ancrées dans le sol à coups de Death sur-gras (les trois piliers The Well, Scarecrow Messiah et Yellow Acid Rain), peut désormais semer la dévastation aux alentours, calcinant tout sur son passage armé en la personne d’Odin d’un canonier d’exception. Lava est un album sauvage, vous êtes prévenus, et le vide et la désolation qu’il laisse derrière lui (The end) n’a d’égal que la brutalité de son arrivée et l’intensité de son offensive - énorme travail du batteur qui cogne son drumset comme un damné, déroulant le tapis rouge aux cordes (vocales ?). Si vous avez une heure à tuer, calez-vous donc ça derrière les oreilles, vous nous en direz des nouvelles. Les 10 minutes de récupération nécessaires sont comprises dans le prix. Vu l’intensité de l’attaque, c’est cadeau.

A écouter : Carnivore, Lava, Inquisition... et tout l'album.
Sludge

Style : Death Metal / Doom / Dark Metal
Tags : -
Origine : Suisse
Site Officiel : sludge.ch
Myspace :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :