logo Slideway

Biographie

Slideway

Fin '98, Andernos, région du bassin d'Arcachon, 4 garçons (Seb (batteur), Manu (guitariste chanteur), Stef (guitariste et un peu choriste) et Gilles (basse)) forment Slideway. Après 2 démos EP en '99 et '01, le groupe passe en mode trio avec en prime quelques changements de line up étalés sur 2 ans. Leur troisième EP autoproduit How To Become A Poilpubiar dont l'enregistrement s'étale entre novembre '01 et mai '02 sort finalement en mars '03 avec le concours d'Odette Productions et l'aide d'Axel (ex-Buddyweed (RIP)) qui leur file un coup de main pour la promo et le management...

Chronique

13.5 / 20
0 commentaire

How To Become Poilpubiar EP ( 2003 )

Le EP commence sur une intro à l'acoustique d'une trentaine de secondes qui fait bien monter la sauce pour enchaîner parfaitement sur "Huge Breasts", un morceau hybride regroupant des influences emo punk (pour les riffs et le son des grattes pas trop saturé, parfois même clair), punk rock (plutôt pour le rythme), indie rock (pour la sensibilité). Un tube mélodieux de 4min30 qui respire la légèreté, qui coule bien et qui sonne juste. Il pourrait donc représenter la tendance générale approximativement emo punk/punk rock mélo de cet EP.
"Approximativement" car Slideway a réellement plus d'un style à son arc (franchement punk rock mélodique sur "Star Was" ou "Sing In Your Ass" ou encore carrément emocore sur "Fuck Fashion").

Bref cette diversité tout en gardant une ligne conductrice en déroutera certainement plus d'un et enchantera les autres…
Même à l'intérieur des morceaux on peut vite passer d'un style à l'autre, le tout étant solidement construit notamment grâce à des enchaînements maîtrisés et réussis. On sent que le groupe sait ce qu'il fait, bien que le tout paraisse parfois assez confus (on se demande où ils veulent aller…)

How To Become… fourmille d'idées intéressantes (au niveau du chant ou des effets de guitare par exemple), de technicité subtile (contre temps, breaks, montées (contrôlées), double chant, chœurs...), ce qui rajoute de la variété et de l'intérêt au cd.

Bref, il y a de l'idée et de belles mélodies mais il reste peut être encore à organiser un peu plus ce fourre-tout, surtout que la relative complexité technique et la qualité convenable mais sans plus de la prod' n'arrangent pas les choses de ce côté-là.
Autre petit bémol: le chant qui sait tout de même bien s'adapter à la plupart des situations atteint parfois ses limites (quelques rares fois au niveau de la justesse et de façon plus soulignée sur l'expression: il gagnerait parfois à être un peu plus expressif pour mieux coller à la musique).
Et puis il faut aimer les 17 minutes finales de délire humoristique (chose que l'on retrouve d'ailleurs dans les paroles) qui ramènent la galette à 25 minutes de musique.

A écouter : Star Was ; Huge Breast