Chroniques
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland
Pochette Fearmonger
Pochette The Talkies
Pochette Vesica Piscis
Pochette Bernard Minet Metal Band Pochette No Good To Anyone
Découverte
Pochette Discography

logo Slick Shoes

Biographie

Slick Shoes

La formation de Slick Shoes remonte à 1995, en Californie, dans la ville de Lancaster. En '96, Ryan Kepke (chanteur à l'époque agé de 14 ans!) rejoint le groupe et à peine 2 semaines plus tard, ils enregistrent une démo K7 au son exécrable alors que ce dernier ne connaissait même pas encore les paroles. Pourtant, Tooth&Nail semble séduit et décide de donner leur chance aux californiens. Au rhytme d'un album par an jusqu'en 2000, la réputation du combo grandit de plus en plus vite; les changements de line-up n'altèrent en rien l'esprit Slick Shoes (dernier arrivé en date: David Stoltenberg à la guitare en novembre 2002), pas plus que ne le fait le changement de label à la fin '02: ils quittent le label chrétien Tooth & Nail pour Side One Dummy.
Far From Nowhere qui sort en juillet '03 marque donc une sorte de nouveau départ pour le groupe même si le style reste pratiquement inchangé!

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Far From Nowhere ( 2003 )

L'album débute de façon impressionnante avec "Darko", un titre que beaucoup (moi y compris) s'accordent à dire qu'il est le plus réussi de ce Far From Nowhere.
Très vite on retrouve les éléments qui ont fait le succès du groupe punk rock jusque là: la rapidité accrue et l'énergie de ses compos, les mélodies entraînantes, efficaces et parfois bien recherchées, la voix légèrement nasillarde du Sieur Kepke… autant d'éléments qui finalement nous rappellent les défunts Craig's Brother sur leur album Homecoming.

C'est donc un Slick Shoes en pleine forme qui nous revient.
Cependant, je trouve qu'il y a comme un paradoxe dans cet album: d'un côté on retrouve un bon nombre de morceaux qui, bien qu'on ne puisse pas à proprement parler les qualifier d'originaux, sont bourrés de talent imaginatif et de petites choses surprenantes ("Darko", "Carpenteria", "Simon's Quest", "We Were Young", "Hope Against Hope"…), des chansons empreintes d'une émotion particulière ; et de l'autre on a des titres aux refrains exagérément téléphonés, 'catchy' et faciles d'écoute ("Once Again" qui ferait presque penser à du Blink 182, "Drive To The End", "Hello Stupid"…) qui n'ont vraiment pas grand chose d'original ou de surprenant bien qu'ils aient le mérite d'être entraînants. Ces morceaux marqueraient presque un retour aux débuts du groupe.

Peut être que leur volonté de trouver LA mélodie 'catchy' est parfois abusive et les amène à proposer des choses un peu trop faciles; de ce fait, on peut difficilement s'empêcher de le regretter quand on voit le potentiel qu'ils ont sur d'autres morceaux du cd…

C'est donc un peu dommage car parfois en voyant la façon particulière dont Slick Shoes orchestre la construction de ses couplets, ponts ou autres breaks, on reste un peu sur notre faim lorsque le refrain arrive ("Always There").
Pour autant, le bilan reste selon moi largement positif car le niveau technique et créatif couplé au sens de la mélodie indéniable des jeunes garçons font souvent mouche!

Pour conclure: les différences entre par exemple le très popisant/doucereux "Once Again" et le très brut/carré "Hope Against Hope" aux saveurs punk/hardcore démontrent que Slick Shoes est désormais capable de varier ses morceaux tout en gardant sa ligne conductrice : un punk rock très mélodique, rapide, assez technique et conservant une certaine personnalité. Et ce n'est pas la piste cachée façon metal qui me contredira!

A écouter : Darko ; Carpenteria ; Simon's Quest