logo Skaphe

Biographie

Skaphe

Skaphe est un groupe de Black Metal américain composé de Alex Poole (Chaos MoonKriegEsoterica) et de D.G. (Misþyrming, Nadra) et fondé en 2014 à Philadelphie. Très rapidement le duo compose un premier album éponyme qui sort chez Fallen Empire Records. Une suite, toujours aussi dissonante et psychédélique, lui est donnée en 2016.

Chroniques

Untitled Skáphe²
14.5 / 20
1 commentaire (14.5/20).
logo amazon

Untitled ( 2017 )

Elle est là, tapie dans l'ombre. Elle m'observe. Je la croyais éteinte, morte, cette bête immonde, mais elle m'a retrouvé. Dans ces souterrains poisseux, je ne peux la voir. La bête règne ici-bas par la terreur. Mes prédécesseurs en ont fait les frais, et je peine à déglutir en voyant les murs lacérés par leurs ongles, les cheveux arrachés gisant à terre, les mâchoires disloquées par l'effroi. 

Depuis mon arrivée, je ne fais qu'entendre ses allées et venues hasardeuses et lointaines, ses accélérations aveugles entre les parois humides qui tremblent sous le choc. Elle rampe de longs moments avant de se jeter vers des proies à l'agonie dont les cris déchirants me parviennent. La traque lente et sinueuse, puis l'assaut final. Et le rituel de se répéter encore et encore jusqu'à épuisement. Jusqu'à en devenir presque trop prévisible. Je sais au moins quel sort m'est réservé. 

Ce qui me glace le sang par-dessus tout ce sont ces souffles aigus, ces anti-mélodies propres à d'autres engeances, telles le Blut Aus Nord. Sans formes, sans rythmes, elles me hantent, m'enivrent avec dégoût. Comme si toutes les notes laides et difformes de la Terre avaient été chassées vers ces galeries, condamnées à ricocher mollement et sans fin sur ces murs suintants. Je ne saurais dire si j'erre ici depuis quelques minutes ou plusieurs années, mais je crois pouvoir affirmer que ce sont ces échos malades qui ont peu à peu rongé ma raison. 
Je ne sais plus si ces gargarismes rauques sont le fruit de mon imagination ou d'ultimes éclats de voix de mes semblables. Ou suis-je seul à hurler à la mort, priant pour une délivrance qui ne viendra pas ? J'ai abandonné l'idée de m'enfuir, et marcher n'a d'autre effet que de m'épuiser plus encore. Recroquevillé, paralysé par la menace constante et invisible, j'attends. Cette pierre bancale au-dessus de ma tête pourrait bien me tuer. Et je dois avouer que cette idée me semble de plus en plus séduisante à mesure que le temps passe. 

On craint bien souvent des monstres qu'ils nous écorchent vif, qu'ils nous massacrent et nous entaillent jusqu'à l'os. Que les malheureux qui liront ces lignes sachent une chose : Skaphe ne tue pas, il attend patiemment que ses victimes se mutilent ou se fendent le crâne sous le coup de la folie. Ce roc suspendu est de plus en plus fragile, friable, et je sens déjà quelques gravats m'ensevelir. Quelques minutes suffiront, on entendra un bourdonnement sourd, puis le silence éternel. Mais y a-t-il jamais eu de créature dans ces galeries ? Peu importe. 

Finissons-en. 

L'EP est en écoute et téléchargement à prix libre sur bandcamp

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Skáphe² ( 2016 )

Depuis quelques temps Fallen Empire Records semble envoyer des missiles à tête chercheuse aux quatre coins du monde, en quête des groupes d'Extrême parmi les plus intéressants du moment. Coup de poker ? Nez creux ? A moins que la maison mère n'ait simplement trouvé un homme providentiel en la personne de D.G., visiblement de tous les combats pour exposer sa palette obscure et décidément de plus en plus diversifiée. 

Radical, I met en garde immédiatement par son approche organique, ses mélodies hostiles et lancinantes : un tel disque ne s'aborde pas comme le premier des brûlots Black Metal. Skaphe regarde ailleurs, brouille les pistes dans les échos, puise presque dans les terres boueuses de Portal ou Impetuous Ritual pour construire une ambiance mortifère, tout aussi repoussante qu'hypnotique. Skaphe ne vient pas pour déverser du riff super travaillé et immédiat, on serait même tenté de dire que c'est plutôt le contraire. Tout du long, les guitares restent très difficile à déchiffrer et seuls de brefs instants resurgissent d'un magma impalpable, quelques notes plus hautes, dissonantes, qui accentuent le malaise et accélèrent la descente. Ces échappées surnagent, émanent d'un chaos ambiant, ajoutant souvent une touche d'étrange à la noirceur de l'album.
Perdue parmi les lambeaux sonores, la voix en lutte constante contre la noyade se hisse péniblement jusqu'à nos oreilles. Pas de cris stridents mais des râles lointains et indistincts.

Skaphe² ne cherche à ménager personne, entraînant sa proie dans une course aveugle où l'on contemple un instant des arpèges inquiètants fuyant l'harmonie (IV) avant de se retrouver happé une fois de plus par les abîmes. II ou III n'oublient pas de nous faire la peau avec cette batterie furieuse, menaçante par ses coups imposants en intro et une rythmique qui tabasse juste comme il faut pour se faire remarquer aux moments voulus. L'efficacité de ces six titres repose sur un savant dosage de passages apaisés et violents,  nous tient en haleine par ses structures imprévisibles et bien dosées à la fois. Le travail est achevé par un VI magistral aux blasts dévastateurs, relâchant tout le fiel du groupe dans un ultime élan où se heurtent les écorchures de voix et de cordes. 
En dépit des images (intérieures) horrifiques provoquées par un tel voyage, le désir de s'imprégner encore et encore de cette hargne si sourde et grisante est puissant. On en verrait presque poindre une once de masochisme, tant cet opus déploie une atmosphère aussi addictive que glauque.

Avec cette seconde offrande, les Américains rappellent l'ambiance suffocante de productions retourne-tripes comme MoRT (Blut Aus Nord) ou Vexovoid (Portal). Masse informe et fascinante, fidèle à son étiquette  « Asphyxiating Black Metal », Skaphe² est une petite prouesse de Black opaque, exigeante et réussie.

L'album est en écoute et en téléchargement à prix libre sur Bandcamp.