Biographie

Six Organs Of Admittance

Six Organs Of Admittance aka Ben Chasny. Projet solo du guitariste de Comets on Fire, 6OoA sort son premier album, éponyme, en 1998. Chasny introduit dans sa folk une dimension spirituelle, quasi religieuse qui se manifeste par l'apport de percussions et rythmes tribaux ainsi que de la transcendance de sensations électriques aux effets multiples. La folk de Chasny se classe ainsi dans le courant fourre-tout de la new-folk, tirant parfois vers le drone sur les premiers albums.

Boulimique au point de sortir un album par an, et avant de repartir en session d'enregistrement, en 2009, 6OoA sort RTZ, compilation de ses premiers morceaux et premières démos.

Chronique

RTZ ( 2009 )

Il s'agirait sans doute de variations sur un même thème. Alors que Ben Chasny aka Six Organs of Admittance est en préparation de son prochain album, sort RTZ, compilation des premiers fragments délirés du guitariste, enregistrés un peu avant le début du siècle. Des rééditions qui enveloppent Chasny d'un halo qu'il avait quelque peu mis de côté avec son dernier album en date, Shelter from the Ash (2007).

La musique de 6OoA appartient avant tout à la Terre. Elle rend hommage aux Esprits qui l'ont créée et à ceux qui la veillent, cachés dans notre monde ou enfouis dans les profondeurs. Chaque arpège délicatement joué en appelle à ces divinités, confondues dans des visions surréalistes, d'où jaillissent, entre autres, quelques éclairs électriques aux effets envoûtants qui enrobent les mélodies folk. Sur "Resurrection", murmures et incantations aux voix multiples se fondent parmi les percussions tandis que la guitare développe sa mélodie, perdue au loin, avant de s'envoler en solo. Sur "Creation Aspect Fire", cette fois, la cloche sonne le glas. De dissonnances acoustiques en larsens embrumés, RTZ plonge dans son propre monde à l'aide d'instrumentations orientales.

Il y a dès lors quelque chose d'hypnotique à suivre le voyage rêvé par Ben Chasny. Une sorte d'élèvement qu'on retrouve aisément chez OM (avec lesquels il a célébré le temps d'un split). Un rituel à la limite du drone, un même thème varié de multiples fois. La même coloration mais l'ocre change souvent de teinte. On jurerait avoir entendu l'air entêtant de "Redefinition of Being" de nombreuses fois, et on l'entend encore résonner longtemps après. Une musique contemplative qui peindrait un même décor différemment.

L'application mise à développer ses ambiances, comme on déploie ses ailes, offre à cette compilation un grain surréaliste que vient renforcer l'atmosphère chamanique qui s'en dégage. Il n'y a ici ni frontière, ni chemin tracé; pourtant, cet ensemble de 7 morceaux contient tout ce que 6OoA aura à offrir sous diverses formes dans ses albums postérieurs. On y retrouve le sable dont sont modelés Dark Noontide et School of the Flower. On y voit également une sorte d'insouciance de la forme qui conduit à quelques longueurs comme s'il fallait parfois se forcer à continuer la marche. La récompense, en tout cas, en vaudra la peine.

Envolées folk ou délires tribaux, RTZ offre un panorama assez complet du monde religieux que représente Six Organs of Admittance. L'heure cinquante-trois que dure ce double album aura de quoi rebuter. C'est à la fois la montagne par laquelle il faut aborder l'artiste et le dernier col à franchir d'un long périple. A voir. A écouter. Chut.

Des silhouettes dansent.

RTZ est sorti le 20 janvier 2009 sur Drag City.

A écouter : 1h53, ailleurs.