Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Sista Sekunden

Biographie

Sista Sekunden

Dempe - chant
Andy - guitare
Tommy - basse
Julian - batterie

Sista Sekunden fait ses débuts à Malmö en avril 2005 autour de Dempe, Tommy, Stefan et Andy. Le premier concert a lieu en juillet durant lequel est enregistrée la première démo sept titres. Le reste de l'année est consacré à la scène et à l'écriture de nouveaux titres. En janvier 2006, le groupe entre en studio avec Matthias Persson et met en boîte treize titres destinés à apparaître sur la première production éponyme.
Après quelques concerts et deux petites tournées aux côtés de Disco Volante et Fy Fan, Sista Sekunden revient en studio pour enregistrer Skyll Inte På Oss qui sort en Europe chez CMF et Instigate Records. Mais en avril, le groupe perd Stefan, remplacé derrière les fûts par Julian, opérationnel trois semaines plus tard pour la première tournée allemande. Un moisplus tard, les suédois concrétisent un projet de split avec I Scream 7 Showers qui les conduira au Japon pour deux semaines.
En 2008, Sista Sekunden parvient à booker une grande tournée européenne en support de Sista Forsvarslinjen.

14 / 20
1 commentaire (14.5/20).

Åldras Med Stil ( 2010 )

Formation assez prolifique depuis quatre années, mais pas toujours convaincante, Sista Sekunden semble enfin offrir, avec ce dernier album, un visage plus abouti. Certes le chant fri de bi de uh de Dempe est toujours surprenant pour nos oreilles formatées au british, mais une fois accoutumé, on se laisse embarquer tranquillou sur le drakkar. Treize titres au menu de cette saga intitulée Att åldras med stil, treize morceaux assez variés comme les suédois nous ont habitués depuis le début.

Sista Sekunden ne se fixe aucune limite en matière d'inspiration. Entre le "Min stad", allègrement pioché du côté de Hermosa Beach ou Orange County en 1981 et le presque surf "Morfar Knut", les suédois déclinent un punk hardcore pointu à géométrie variable clairement influencé par la scène sxe new yorkaise de 85-88 ("Lugnet före stormen", "Trehundra spänn", "Svart som natten"), mais n'hésitant pas à pousser le vice jusqu'à présenter des profils plus popisants tels que sur l'excellent "Våld", avec parfois moins de succès sur "Att åldras med stil" et "Den sista punkaren i Sverige" tenant davantage de l'easy listening que du punk revendicatif. Même si, cette fois, l'effort a été fait sur le son avec une production aux petits oignons, peut-être un poil trop propre par moment, Att åldras med stil n'en est pas moins un album plus sombre qu'il n'y paraît et les tournures parfois jouasses que l'on trouve ici-là ne doivent pas masquer une préoccupation sociale suggérée par les titres ainsi que par l'employé de Gunnebo au visage buriné de la cover. Bon sans être ahurissant, mais un excellent prétexte pour ces boulimiques de scène pour repartir en tournée.

Tracklist : 1. Min stad*, 2. Våld, 3. Att åldras med stil*, 4. Släpp aldrig in dom*, 5. Lugnet före stormen, 6. Trehundra spänn, 7. Den sista punkaren i Sverige, 8. Det nya fenomenet piratkopiering, 9. Svart som natten, 10. Familjens svarta får, 11. Tjugo minuter, 12. Morfar Knut, 13. Undergång

 

A écouter : Vld, Slpp aldrig in dom
13.5 / 20
0 commentaire

Sista Forsvarslinjen ( 2008 )

En jetant un rapide coup d'oeil sur le tableau de chasse de Sista Sekunden depuis 2005, le doute n'est pas permis. Avec une centaine de concerts en trois ans aux quatre coins de l'Europe, la scène représente clairement le modus vivendi principal du groupe suédois. Non pas que les skeuds soient de simples formalités mais bon, on devine que la production et le souci du détail (un artwork rachitique mais qui va à l'essentiel) ne semblent pas être la préoccupation première du groupe. Et d'ailleurs on s'en fout.
Les potards à fond et l'enthousiasme aux commandes, Sista Sekunden nous revient un an à peine après la sortie de son premier album avec un ep intitulé Sista Forsvaslinjen dont on vous fait grâce de la traduction. Un punk hardcore sans concession, qui a mûri à l'écoute des ricains Poison Idea, Adolescents, Citizens Arrest et des cadors du punk suédois tels que Totalitar ou Rajoitus, en moins radical toutefois. Là où ces dernières formations campent une attitude raw as fuck Sista Sekunden met en avant un côté plus jovial, moins prise de tête, du moins en apparence, la langue de Dagerman n'étant pas mon fort. Même si musicalement c'est la déferlante, presque fastcore ("Idol", "Flock"), celle-ci se trouve tempérée par le chant clair de Dempe, à la scansion rocailleuse haute en couleur. Pour s'en convaincre, rien de tel que le surprenant "Köpenhamn" et son refrain sing along "Jag Kommer Att Slâs Blodig Inatt" qui ne manquera pas de vous vriller la tête pour la journée une fois que vous y aurez posé l'oreille dessus. Pas le meilleur de la scène scandinave mais un bel exemple de la bonne santé de celle de Malmö avec Fy Fan et Disco Volante.

Tracklist : 1. Idol; 2. Du e inte unik; 3. Sista försvarslinjen; 4. Slagen men inte besegrad; 5. Köpenhamn; 6. Jag eingenting; 7. Flock

A écouter : Idol, Kpenhamn

Split w/ I Scream 7 Showers ( 2007 )

Pour beaucoup, dont je fais partie, 2008 aura été l'année de la découverte de Sista Sekunden. Un album, un split, une tournée (cinq dates en France pour une formation punk suédoise, ça mérite une mention), tout donnait envie de voir ce que le groupe avait dans le ventre. On a vu, on a apprécié mais, sincèrement, on n'a pas été retourné plus que ça.

Il en va autrement de ce split de 2007 avec les japonais de I Scream 7 Showers. Quatre titres confirmant un groupe finalement plus à l'aise sur courte distance. Plus enthousiasmant, efficace, le quatuor présente un profil alléchant, aux accents hardcore beaucoup plus appuyés que sur Sista Forsvarslinjen. Même si le manque de jus fait toujours défaut ("Klick Klick") et le chant rocailleux de Dempe (ainsi que la langue suédoise, aussi, il faut l'avouer) nécessite toujours un temps d'adaptation, Sista Sekunden parvient à séduire par des rythmiques pulsées, des mélodies plus recherchées qui emportent clairement l'adhésion ("Hugget").
Mais la grosse côte du split reste assurément I Scream 7 Showers. Encore inconnue au bataillon il y a peu, la formation de Kobé met tout le monde d'accord en moins de trois secondes. Quatre titres ultra réactifs, limite fastcore ("Nutty Clown"), pour trois fous furieux ayant baignés dans le liquide amniotique des Negative Approach, DOA, Career Suicide ou Talk Is Poison. Ca déboule, ça déferle sévère autour de compositions rugissantes mais aussi précises qu'une montre suisse, preuve que l'on peut pratiquer un punk instinctif et jouissif sans pour autant être un manche ("Social Eyes").

Une démonstration commune qui ne devrait laisser de marbre aucun amateur de hardcore à l'ancienne d'autant plus qu'ils pourront également se régaler du sympathique livret signé Tiki Pete qui l'accompagne.       

I Scream 7 Showers side : 1. Nutty Clown, 2. Determined, 3. An Ideal Life, 4. Social Eyes; Sista Sekunden side : 5. Klick Klick, 6. Krigspunk, 7. Minnen, 8. Hugget.  

A noter que la face SS est en 33 rpm, alors que celle de IS7S est en 45.

Le seven est disponible chez Fight For Your Mind.

A écouter : Hugget (SS), Social Eyes (IS7S)