Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Sikh

Biographie

Sikh

Sikh se forme en 2001 à l’initiative de Kallaghan et  de Niko. Dans la même année, le groupe enregistre une première démo Road Trip On The White Line et ressent tout de suite le besoin d’aller plus loin. C’est donc en 2002 que Gaël, ex batteur du groupe de death-métal Vetha, rejoint Sikh en ajoutant la lourdeur nécessaire au combo qui s’affirme et impose très vite sa marque de fabrique. Sikh rassemble très rapidement un public fidèle grâce aux différents tremplins qu’ils remportent dans les salles les plus connues du sud-est de la France.
Reconnu et remarqué, Sikh enchaîne les premières parties de groupes tels que Watcha, Tripod, Aston Villa, Pleymo ou encore Aqme et défend son premier maxi autoproduit Reset Diagnosis qui s’écoulera en un temps record. De 2003 à 2005, le groupe enchaîne les concerts et apparaît sur de nombreuses compilations nationales.
2005 sera l’année du tournant et de la reconnaissance avec un premier album éponyme.
De Sikh (enregistré par Serge Begnis et Kallaghan ; mixé par Fred et Pendule de Watcha), qui sort à l’automne 2005, se dégage une musique à la fois rageuse et groovy qui prend ses sources aux quatre coins de l’univers métal, accompagnée de textes personnels et introspectifs ou le second degré est souvent de mise.
Pour défendre ce premier album, Sikh entame une tournée française de plus de 20 dates sur le premier trimestre 2006, le ‘Blizzard Tour’ qui sera suivi directement par la première partie du groupe américain Hed(pe) sur toute leur tournée européenne en Avril 2006.

A l’automne 2006, la composition et les premières prises de ce qui deviendra le deuxième album commencent dans le studio de Kallaghan. Le groupe partage donc le début de l’année 2007 entre le studio et la route puisque une mini-tournée française verra le jour de Janvier à Mars 2007 ainsi que des concerts ponctuels à l’étranger (Irlande, Suisse, Belgique).
C’est en Juin 2007 que Sikh signe avec le label/tourneur Dirty8 pour l’album One More Piece qui sortira le 20 Novembre 2007 et sera promu par le ‘dirty8tour’ de l’automne réunissant X-vision, S-core, Housebound, Superbutt et Sikh sur un même plateau. Ce tour de France en 12 étapes marquera aussi l’intégration de Roswell (Ex-Eths) qui remplace désormais Boz au poste de bassiste !
L’année 2008 risque fort d’être l’année Sikh au vue des premières impressions que laisse ce nouvel album, qui sera défendu sur une tournée à travers la france.

Chroniques

One More Piece Sikh
13 / 20
5 commentaires (16.9/20).
logo amazon

One More Piece ( 2007 )

Sikh reviennent 3 ans après leur premier album éponyme, et avec l’apport de Roswell (Babylon Pression, ex-Eths) à la basse. Ne vous fiez pas à cet artwork presque abstrait, Sikh ne se lance pas dans le mathcore ni dans quelque chose de vraiment original. Le groupe n’a pas changé, délivrant le même néo-métal un peu musclé chanté en anglais. Ce One More Piece enfonce le clou, permettant au groupe de se confirmer et s’imposer.

Dès les premières minutes, un nom vient à la bouche : Watcha. Sikh sonne comme Watcha. Sikh a le groove de Watcha. Le chanteur de Sikh a presque la même voix que celui de Watcha… Autant de points communs qui peuvent jouer en faveur ou en défaveur de l’album. On retrouve ce coté funky, ces riffs incisifs, ce côté un peu barré apporté à la fois par les instruments et le chant. Certes ce n’est pas qu’un brin d’innovation ne serait pas le bienvenu sur ce disque, mais le groupe s’en sortant bien dans ce qu’il sait faire, que demander de plus ? Mention spéciale à la basse, avec son ton et son groove vraiment marquant, particulièrement audible sur Halcyon Days. La production rend le tout massif, homogène, sans pour autant obtenir un album lisse.

Des chansons comme One More Piece, Hollywood, ou encore Ocean, se démarquent vraiment de ce disque, le plus souvent par quelques riffs biens placés, des breaks destructeurs… Cependant, on peut entendre aussi des morceaux comme The Quake, plombant ce One More Piece par ce coté trop prévisible, avec ce refrain presque mielleux… Quelques Ovnis font même leur apparition, Ballad for the Harmless, où, comme son nom l’indique, une ballade discrete, presque timide, ainsi que Box my Balls où le groupe s’essaie à quelque chose de plus barré, proche d’un Korn période Life is Peachy. Malheureusement, cette dernière chanson se veut presque de trop, mal maitrisée, sentant le manque d’inspiration…

Deuxième album et affirmation sonore du style Sikh, très largement inspiré de leurs ainés de Watcha, mais arrivant à les dépasser musicalement. Efficace, rentre-dedans, mais sans doute manquant d’un poil d’originalité, voilà comment pourrait être qualifiée cette pièce de plus à la discographie de Sikh. On remarquera cependant une très bonne production et des mélodies entrainantes. Si vous étiez déjà fan du groupe, vous allez être ravi, sinon, peut-être devriez vous jeter une oreille sur ce One More Piece….

A écouter : One More Piece Hollywood Hammering The Sun
12 / 20
20 commentaires (14.55/20).
logo amazon

Sikh ( 2005 )

Il est vrai que le néo métal n'a plus vraiment la cote en ce moment, la tonne de groupe s'étant lancé dans le filon, le battage médiatique autour de certains et surtout la sortie d'albums de plus en semblables à vite tarie l'intérêt pour le genre, quelques groupes on su tirer leur épingle du jeux, les précurseurs du genre comme Korn, Deftones et certains groupes jouant un néo métal plus recherché dans les composition comme Mudvayne. Sikh rappelle beaucoup cette dernière catégorie, un néo métal syncopé ne tombant pas dans le simpliste mais au contraire recherchant des structures plus complexes et le tout avec un niveau technique très appréciables.
Cet album éponyme propose des titres très variés, une grande partie rappellera fortement des groupes comme Mushroomhead, Mudvayne ou Ill Nino mais certains comme Kallaghan se rapproche de formations plus extrêmes avec des voix rappelant plus le death ou le thrash façon Machine Head que le néo. Associer néo et death dans une même phrase peut faire grincer des dents mais on s’en rapproche fortement avec un morceau comme ce Kallighan V1.02.
Sikh n’est donc pas un groupe de néo comme les autres ; on apprécie l’éclectisme de leur musique et les musiciens apprécieront certainement également les compositions ; on entend d’ailleurs nettement chacun des instruments, la production de Fred et Pendule de Watcha n’a  pas aseptiser le tout comme cela avait été le cas avec Data Error de Tripod, ouf.
Ce premier album souffre tout de même de quelques défauts, certains titres rappelle beaucoup trop des groupes américains, Mushroomhead et Mudvayne en tête, la voix de Kal se rapproche énormément de celle de l’ex frontman de Mushroomhead et certains morceaux semble tout droit sorti de XII (Malingo par exemple). On regrettera aussi un manque de diversité entre les titres ; le groupe utilise pour beaucoup de titres une recette, certes efficace, mais qui perd de son charme au fur et a mesure que les pistes défiles.
Ce premier album montre qu’il est possible d’encore sortir des choses intéressante en néo métal, mêmes si ici le néo est assez musclé le groupe on a toutes les caractéristiques rythmiques et sonores (mais sais y apporter de salvateurs éléments extérieur). On regrettera, malgré une musique assez originale, que le groupe se rapproche trop de certaines formations américaines et également un ensemble un peu trop semblable.  Cet éponyme reste un album très correct que devrait apprécier les amateurs du genre, en France difficile de trouver mieux dans le style. Sikh si il continue dans la voix de l’éclectisme et de la diversité trouvera parfaitement sa place dans le paysage métal français.

A écouter : Kallaghan v 1.02, Malingo, Foofipe
Sikh

Style : Metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : sikhmusic.net
Myspace :
Amateurs : 30 amateurs Facebook :