Chroniques
Pochette Songs For The Firing Squad
Pochette Boy Meets Girl
Pochette Sexorcism
Pochette amo
Pochette A Call To Arms
Pochette Verkligheten Pochette In Der Hölle Spricht Man Deutsch
Découverte
Pochette Worships

logo Scul Hazzards

Biographie

Scul Hazzards

Steven (Guitare & Chant)
Tiffany (Basse)
Leigh (Batterie)

Trio noise punk originaire de Brisbane (Australie), Scul Hazzards se revendique autant de Sonic Youth que de Rapeman et Unsane. Le combo sort 2 EP et un 7" sur Valve avant de sortir un premier album, Let Them Sink, en 2008 sur le label français Rejuvenation (Myra Lee, Do You Compute, Revok, Use of Procedure).

Chroniques

Landlord Let Them Sink
14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Landlord ( 2009 )

Pour ce deuxième album, les Scul Hazzards nous mettent directement sous les yeux ce qu'ils comptent faire de nos têtes. Regarde (encore) la pochette. Te voilà prévenu plutôt deux fois qu'une. Les Australiens recollent une nouvelle bande à la bobine, et reprennent exactement là où les choses s'étaient arrêtées avec l'excellent Let Them Sink.

Le premier morceau, "Slaughtered Pigs", introduit sans détour la rythmique durement et sèchement martelée, cette basse vrombissante définitivement monstrueuse et cette guitare tout juste sortie de la fonderie. Rien de foncièrement nouveau sur Landlord, de la came bien connue, si ce n'est que Scul Hazzards réduit le spectre et se resserre sur les fondamentaux noise de Shellac/Big Black. Une reprise (anecdotique) de "Kerosene" a d'ailleurs été enregistrée en même temps que l'album.
Les premières écoutes sont laborieuses. On cherche les tubes, on ne trouve qu'aridité et électricité dénuée d'artifices. Il va sans dire que Landlord ne joue pas la carte de l'extravagance, mais plutôt celle de la constance, et ce malgré une première moitié d'album freinée par une poignée de parties qui donne juste envie de leur mettre un bon coup de pied au cul pour que ça parte de l'avant. Finalement, il suffit de monter le son pour que l'énergie reprenne le dessus et pour sereinement attaquer une face B mémorable qui se termine par "Keep Quiet" et "Killing Floor Blues", 2 noise-rock killer songs totalement imparables. Une claque aller-retour en fin de parcours qui donne à Landlord un goût de revenez-y immuable, collé sous le palais.

Landlord progresse sur un terrain décharné où ne compte que la force à l'état brut et les tranches de bravoure débitées aux forceps. Un ton en dessous de son prédécesseur, il n'en reste pas moins un disque sincère et prenant, et ce malgré ses quelques trous d'air évidents.

A écouter : Keep Quiet - Killing Floor Blues

Let Them Sink ( 2008 )

Laissez les couler ! Pinces acérées et gueules béantes, ces crabes-là s'en chargeront volontiers. C'est un peu ce qui se passe à l'écoute du premier véritable (missile) skud des gaziers de Brisbane (Australia). Un sentiment de ne jamais pouvoir nager pénard en eau calme, il faut toujours que ces putains de rouleaux nous ramènent au fond, là où on ne respire plus et là ou ça tranche dans le vif.

Des vagues modelées par une basse énorme qui résonne comme un vieux truck fumant lancé à toute vitesse sur les routes du bush, des lames ciselées par une guitare étirant ses cordes à la The Jesus Lizard, de quoi bouffer du sel et du sable mouillé jusqu'à plus soif. Motorisé par une énergie punk rock, Scul Hazzards est un cœur de mastodonte qui pulse frénétiquement jusqu'au claquage. Le combo s'approprie ainsi la fibre noise rock chicagolaise des 90's tout en insufflant à l'ensemble la touche mélodique qui fait la différence et leur permet, UN, d'accoucher à la pelle de tubes noise punk plus addictifs qu’un rail de coke, DEUX, de se forger une véritable empreinte bien reconnaissable.
Scul Hazzards termine d'apposer son sceau au fer rouge sur nos flancs par un réel talent de composition et de dosage de son énergie. D'un morceau groovy jouant sur les variations de tempo ("Counter Empathy"), qui rappelle early Fugazi, les australiens explosent littéralement, gorges déployées et rythmique au taquet façon Rapeman. Scul Hazzards sait faire pointer la mélodie de multiples manières dans un magma brut et condensé et le démontre à chaque instant par une inspiration et une originalité omniprésentes.

De Sonic Youth à Unwound en passant par les inévitables The Jesus Lizard, Scul Hazzards étend son spectre sans limite et s'impose avec Let Them Sink, album autant racé que sincère, comme un acteur majeur de la scène noise rock. Grand !

A écouter : Greater Good - Counter Empathy - They Look It All