logo S-Core

Biographie

S-Core

C’est au mois d’octobre 1998 que l’aventure S-Core débute. Le groupe s’est formé sur les cendres de plusieurs groupes strasbourgeois dont notamment M.A.F et No Way Out. En un peu moins de deux ans, le Metal-Hardcore que pratique S-Core a vite fait de calmer les esprits dans le grand est et en Allemagne ou ils sont accueillis avec les honneurs en gagnant le tremplin inter-Allemagne du Kabarock T.Festival. La démo quatre titres Fat And Wet voit le jour au courant du mois de Février 2001 et les 600 exemplaires de ce premier essai seront rapidement épuisés. Des changements de line-up multiples vont bousculer l’avancée de la machine. C’est après l’intégration de deux membres de Bloodshed, une autre formation strasbourgeoise et l’arrivée d’un nouveau bassiste que S-Core trouve enfin sa composition actuelle. S’en suive l’enregistrement d’un titre Us qui figurera sur la compilation Trapped In Yourself et une multitude de concerts à travers l’hexagone pendant l’année suivante.

2003 restera sûrement l’année du tournant pour le groupe puisqu’ils donnent naissance à leur premier album Riot…Process Engaged (chez M10 / Dirty8) avec Stéphane Buriez aux manette Les tournées s’enchaînent donc rapidement et, pendant plus de deux ans, le groupe écume les salles de France et se fait vite connaître en Allemagne et dans les pays de l’Est. En Juin 2007, le groupe achève une longue période de composition et est enfin prêt à retourner en studio, à Budapest / The Bakery, pour donner naissance au successeur de Riot…Process Engaged : Gust Of RageS-Core n’en reste pas là et continue à écumer les salles pendant trois avant de préparer un nouvel album pour 2012.

Chronique

13.5 / 20
2 commentaires (16.5/20).
logo amazon

Gust Of Rage ( 2007 )

Il aura fallu attendre 4 ans pour pouvoir jeter une oreille sur ce Gust Of Rage, 2ème album des strasbourgeois de S-Core. Le groupe livre ici le même power métal, en plus abouti, contenu dans un album au packaging relativement classieux, toujours chez Dirty8. Enregistré à Budapest, le successeur de Riot… Process Engaged en suit la continuité, tout en permettant au groupe de marquer plus profondément son empreinte sur sa musique, s’affinant musicalement…

S-Core, dès les premières notes, impose son style si reconnaissable. Violent, sans concession, mur musical de violence contenue dans chaque riff, chaque coup de baguette, chaque syllabe. C’est efficace, la batterie vraiment poussée au maximum de ses capacités, martelée à la double pédale sur la quasi-totalité de l’album, atteignant son paroxysme sur Worst Of All. Les cordes emplissent totalement l’espace, n’offrant aucun réel temps mort sur les compositions parfaitement maitrisées par le quintet. On peut même entendre un court solo (quelques secondes) sur Greaser One. Même lorsque S-Core relâche la pression, avec un tempo plus lent (In Memoriam Fix, Pangenesis), on sent que le groupe se lâche, préférant marquer par ce coté lourd qui s’en dégage que par une éternelle recherche de la vitesse, qu’il atteint dans les 1 minute 30 que dure Worst Of All.

Vocalement, on a droit à une voix vraiment agressive, venue du fond de la gorge, presque vomie lorsque les mots sont tenus, à la limite de la rupture (Rising Terror, Greaser One, In Memoriam Fix)… Elle semble venir d’une scène plus extrême que le reste du disque. Même si elle varie peu au long de ce Gust Of Rage, elle marque l’oreille, l’éraflant à l’aide des mots jetés en pâture aux coups des instruments.
A noter les interludes It Takes … AWhole Life … To Become A Man, chacune oscillant dans un style très different. Metal, Acoustique et Postcore s’enchainent respectivement afin d’offrir un brin d’air frais dans ce condensé de violence. On pourra de plus entendre plusieurs duos (avec les chanteurs de Superbutt, Housebound et Isten Bath Mogott), chacun apportant sa touche personnelle et un peu de variété dans ce chant si agressif.

S-Core livre ici un très bon album, violent à souhait, empli de rage. Le groupe montre qu’il faut compter avec lui dans la scène française, avec cet album efficace. Le principal reproche que l’on puisse faire à ce Gust Of Rage est la possibilité de lasser qu’il peut avoir, du fait de ce déchainement de colère sur l’ensemble de l’œuvre. Amateurs de sensations fortes, vous y trouverez votre bonheur…

A écouter : Buried Worst Of All Guts Of Rage