logo Richard Gotainer

Biographie

Richard Gotainer

Né en 1948 en France, Richard Gotainer débute sa carrière en 1972 non pas dans la chanson mais dans la publicité, malgré quelques passages dans les cabarets parisiens au cours de ses études. Il co-crée l'agence Gatkess deux ans plus tard, responsable de nombreux spots devenus célèbres (qui seront regroupés en 1985 sur le disque Poil À La Pub), et rencontre bientôt le guitariste Claude Engel (ex-Magma, notamment), avec lequel il collabore pour des pubs puis pour des chansons.
Je Rêve Que Je Vais, premier 45 tours, sort en 1976, suivi dès 1977 du premier album, Le Forgeur De Tempos, puis de Contes De Traviole en 1979. Au cours des années 80 ne paraissent que deux véritables albums, Chants Zazous en 1982 (qui contient des titres tels que Le Mambo Du Décalco, La Ballade De L'Obsédé ou Trois Vieux Papis) et Vive La Gaule en 1987 (inspiré d'Astérix Le Gaulois et accompagné à la sortie d'une bande dessinée illustrée par Uderzo et Gotlib), mais c'est sans compter sur les multiples singles qui contribuent grandement à sa renommée : Primitif, Le Youki, Femmes À Lunettes, ou encore Le Sampa qui figure sur la bande originale du film Le Maître D'École en 1981. Malgré des apparitions sur diverses compilations, il faudra attendre 2005 pour voir la sortie d'un album exclusivement consacré à ces titres (à l'époque sortis uniquement en 45T), La Planète Des Singles.

Parallèlement à sa carrière musicale, Gotainer écrit le scénario du film Rendez-Vous Au Tas De Sable, qui voit finalement le jour en 1990 (avec un succès mitigé), et dont il signe également la B.O. (à laquelle participent le chanteur d'opérette Franck Villano, l'acteur Jean-Claude Leguay, la chanteuse Zahia, ou encore Bernie Bonvoisin de Trust).
Il revient à la chanson en 1992 avec D'Amour Et D'Orage, puis le très Rock Elle Est Pas Belle La Vie ?!? en 1994, suivis du premier disque live, Le Gotainer Band En Public. 1997 voit paraître le dernier album pour un moment avec Tendance Banane, qui se révèle également la dernière collaboration avec Claude Engel.

En 2004, Gotainer présente son spectacle musical, La Goutte Au Pépère, écrit avec le romancier et scénariste Éric Kristy, et dont la musique est signée Étienne Perruchon. Puis en 2008 sort un nouvel album, Espèce De Bonobo, en collaboration cette fois avec Michaël Lapie. Un enregistrement live paraît deux ans plus tard, intitulé Comme À La Maison.
Après plusieurs années de vache maigre, deux nouveaux titres sont lancés en 2017, annonciateurs d'un album pour 2018.

Chronique

Saperlipopette (Or Not Saperlipopette) ( 2018 )

Diantre ! Le voilà qui redébarque, toute une décade après ses histoires de bonobos ! On ne l'espérait plus, mais Gotainer est revenu, et il est plus en forme que jamais. Pas que ce soit une surprise toute fraîche, remarquez : déjà plus d'un an que son retour est acté, préfiguré par trois clips particulièrement léchés.
D'abord Les Moutons, judicieusement largué en pleine période électorale : des paroles "bêbêtes", pourtant plus profondes que tout ce qu'on peut nous rabâcher à la radio, et une musique signée Michaël Lapie, façon Pop joyeusement ludique... Le ton est donné, les bougres jouent tant avec les mots qu'avec les arrangements. Une paire de mois plus tard, confirmation avec Je Te Oins, Tu Me Oins, de quoi nous régaler en plein cagnard. Puis il a encore fallu ronger notre frein, jusqu'à Saperlipopette pour nous l'annoncer enfin : l'album devenait réalité, neuf titres tout chauds pour nous sustenter.

À l'image de sa pochette, qui nous représente l'artiste en bon vivant franchouillard plongé dans une réflexion toute shakespearienne, Saperlipopette (Or Not Saperlipopette) se révèle tout en contrastes. Question langage, le bon Richard commence par railler la vulgarité outrancière dans Saperlipopette, usant de sonorités baroques arrangées de façon moderne tout en prônant la réhabilitation des vieux jurons, pour terminer avec Un Chat, Un Chat par ironiser sur les excès du politiquement correct. Et entre les deux ? La pluie comme le beau temps sont prétextes à s'émoustiller, avec un Baisers Mouillés au rythme des îles suivi de Je Te Oins, Tu Me Oins, où s'enduire de crème frôle l'érotisme. Tout Droit, lorgnant vers le Blues, traite de la vie, tandis que J'Veux Pas Aller Au Paradis envisage l'après-vie (sans jamais faire le prêche, juste pour s'amuser), et les deux sont des invitations à savoir sortir des clous, sans se contenter d'une existence sage et ennuyeuse. Et que dire du Rock'n'Roll de L'Affaire, en mode macho sympathique, qui cède place à la ballade Ils Se Sont Plu, d'un romantisme aux mots légers, l'un comme l'autre célébrant au fond l'entrain amoureux sans jamais virer au lourdingue...

Ce n'est pas l'envie qui manque de disséquer chaque morceau, épiloguer pendant des heures, à citer chaque trouvaille de ces trente petites minutes, interpréter les paroles, pourquoi pas établir des liens avec les anciens albums, mais le mieux est encore de ne pas trop en dire pour laisser chacun découvrir par soi-même. Alors terminons simplement : le Gotainer nouveau est certes un peu court, mais il est particulièrement savoureux. À soixante-dix berges, le gaillard prouve allègrement qu'il en a toujours sous le capot, alors clamons-le sans détour : on en veut encore !

A écouter : Avec un sourire béat et les méninges au turbin