logo Replicant

Biographie

Replicant

Formé en 2014 à New Brunswick dans le New Jersey par Matthew Thompson, Peter Loyd et Michael Gonçalves, Replicant se met au travail pour sortir son premier EP Worthless Desires en 2016 chez PRC Music. Le premier album intitulé Negative Life sort deux ans en plus tard sur le même label. Après deux splits et un EP, Replicant signe chez Transcending Obscurity Records pour la sortie de son second album, Malignant Reality.

Chronique

18 / 20
1 commentaire (17.5/20).

Malignant Reality ( 2021 )

Douzième et dernier épisode de ce Tech Deathember ! Enfin ! Merci à celleux qui auront pris le temps de lire et surtout d'écouter les groupes que j'ai choisi de mettre en lumière, ils le méritent tous largement. Vous l'aurez remarqué, certaines (très) grosses sorties ne sont pas apparues puisque j'ai souhaité proposer des sorties plus confidentielles, idem pour les albums que j'ai déjà chroniqués cette année. Evidemment, Bleed The Future de Archspire aurait plus que mérité d'être mentionné, ainsi que Nurture de Deviant Process, ou encore Lower Forms of life de Logistic Slaughter - je vous invite par ailleurs à découvrir les chroniques de ces deux derniers albums.

Pour cette ultime itération, j'ai gardé sous le coude un petit trésor qui n'est pas passé inaperçu dans la scène, mais qui gagne amplement une place dans ce petit classement : le superbe Malignant Reality des américains de Replicant. Sorti en septembre mais teasé au début de l'été avec le titre Death Curse qui m'a immédiatement accroché, ce second album du quatuor combine très proprement du riff casse-tête en mid tempo, de la grosse bagarre Brutal Death et de nombreux passages plus développés, plus techniques, plus personnels.

Sur un seul disque, on peut dont savourer des arpèges malingres et vicieux, des blasts sauvages à la VITRIOL et du bon vieux riffing inspiré des maîtres Death, quand il ne suit pas les traces de Demilich. Et pour ajouter à l'ensemble une touche de folie, un growl écorché à moitié maitrisé mais parfaitement dosé qui rappelle parfois le timbre de Matt McGachy, de Cryptopsy. Un peu de name dropping ne fait jamais de mal, surtout lorsque c'est pour sortir des références qui convainquent toute personne de bon goût.

Particulièrement à l'aise dans les mesures mid tempos où Michael pousse son chant au paroxysme de la folie, Replicant recadre régulièrement le débat avec des ponts et des intros plus simples, plus directes qui donnent toujours envie d'écouter dans quelle direction va évoluer le morceau. En plus d'un travail formidable des guitaristes, la composition de la batterie très fine et très poussée offre une bouffée d'air supplémentaire à ce Malignant Reality qui ne manquait pas d'arguments.

Encore un immanquable de 2021 qui ne risque pas de vous passer sous le nez, merci qui ? N'hésitez pas à partager avec nous les albums qui auraient du figurer dans ce Tech Deathember, soit en commentaires soit sur le serveur Discord dont les habitués ont du retrouver quelques albums que j'ai déjà partagés durant l'année.
Bonnes fêtes à tous.tes et n'oubliez jamais : STAY TECH !

A écouter : Excess Womb, Death Curse, The Ubiquity of Time
Replicant

Style : Death Metal Technique
Tags :
Origine : USA
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 0 amateur Facebook :