Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Raunchy

Biographie

Raunchy

Raunchy est un groupe danois formé en 1994, jouant un mix entre metalcore, thrash indus et death mélo. Premier groupe danois signé chez Nuclear Blast (qu'ils ont depuis quitté pour Lifeforce Records), le groupe enchaine les albums et les tournées avec Soulfly, Ill Nino, Hatesphere ou The Haunted), avec un seul changement de line-up (Kasper Thomsen remplace Lars Vognstrup au chant à partir de Death Pop Romance, ce dernier ayant rejoint les choeurs de Junior Senior). Raunchy a dernièrement sorti le très entrainant Wasteland Discotheque.

Chronique

14 / 20
2 commentaires (18.25/20).
logo amazon

Wasteland Discotheque ( 2008 )

Wasteland Discotheque n'est pas un album disco perdu, ni un disque à passer en boîte de nuit. Pourtant, l'ambiance et la musique qui sortent de Wasteland Discotheque donnent envie de danser. Du Metalcore dansant pour simplifier. Et les danois de Raunchy n'en sont pas à leur première sortie, loin de là, puisque Wasteland Discotheque est leur 4ème album.

Wasteland Discotheque est un peu comme sa meilleure sortie en boite : un son engageant, des mélodies à faire remuer l'arrière train de n'importe quelle personne présente. Il ne manque que l'alcool et les femmes. Et pourtant l’absence des deux derniers n'entache en rien la soirée : un Wasteland Discotheque assourdissant, à sauter sur place, Straight To Hell enragé, aux allures de round de boxe avec une succession de coups, ou encore la fin de The Comfort In Leaving et ses allures de boys band (la bonne époque des Worlds Apart et 2B3), une simple mélodie sur laquelle vient se poser un chant relativement lyrique. Et l'étrange reprise de Somebody's Watching Me (de Rockwell, reprise entre autre par DJ Bobo, Toby Mac ou Warmen), avec la voix très électronique, perdue au milieu de Wasteland Discotheque, ne choque pas au final, tant par la manière des danois de réarranger le morceau pour le fondre dans l'album, que celle d’en garder l’iessence de base.

Musicalement, il ne manque que la boule à facettes aux différents instruments pour illustrer parfaitement l'impression dégagée par Wasteland Discotheque. De la double évitant le piège de la lourdeur, suffisamment entraînante et à la rythmique presque parfaite, des cordes jamais envahissantes et n'alourdissant pas la base sonore, un chant hurlé pourtant peu agressif, secondé par une voix claire à l'envol facile, telle est la structure de Raunchy. Un métal prêt à séduire, sans être libidineux, à faire hocher la tête sans non plus risquer la désarticulation. Aucune composition ne tombe vraiment dans la facilité, certaines recèlent même de véritables moments à faire frémir (le refrain de Straight To Hell, véritable déluge vocal par exemple ou le riff de break de The Comfort In Leaving et sa lointaine parenté avec un riff de Gojira).

Pourtant le principal défaut de Wasteland Discotheque est aussi son atout. A trop vouloir faire quelque chose d'hybride, l'écoute peut en devenir lassante si elle en est régulière. De plus les rythmes finissent par se ressembler, à l'instar d'un son de discothèque trop fort où seules les basses sont audibles. Album uniforme mais diversifié, avec énormément d'effets qui laissent parfois l'arrière goût de surproduction, Wasteland Discotheque minimise pourtant l’impact de ses points faibles grâce à une ambiance vraiment entrainante.

Wasteland Discotheque est un bon album, au-delà de son caractère popy, de ses rythmes endiablés. Raunchy fait preuve de talent à travers ces 12 morceaux. Wasteland Discotheque n'est pas aussi désolé que son nom le présente, Raunchy n'est pas un boys band danois issu d'une énième émission de télé-réalité, mais plutôt un groupe dont on aimerait entendre parler plus souvent. Un bon album de metalcore (au sens large du terme) pour cette année 2008.

A écouter : Straight To Hell - Somebody's Watching Me