Chroniques
Pochette Fade To Dark
Pochette Whore
Pochette Ruined
Pochette The Atrocity Reports
Pochette Land Pochette Vaitojimas

Biographie

Rachel Grimes

Rachel Grimes est la pianiste du groupe Rachel's, actuellement en hiatus. Son premier album solo, Book Of Leaves, mélangeant influences classiques, folk et ambient, sort en 2009. En 2011 elle sort l'ep Marion County 1938 en autoproduction puis un second album, Compound Leaves, en 2013.

16 / 20
1 commentaire (15/20).
logo amazon

The Clearing ( 2015 )

Les années aidant, on l'a peut-être oublié, Rachel's symbolisait, dans les années 1990, une certaine idée de la musique (néo)-classique à la fin du vingtième siècle; celle qui pouvait amener une certaine jeunesse à s'intéresser aux cordes et aux bois, tandis que, du côté de Washington, pouvait exulter celle, virulente, de Ian McKaye et sa bande. Ce qui n'a rien d'antithétique : Rachel's, rappelons-le encore, comptait parmi ses membres fondateurs Jason Noble, aperçu chez Rodan et Shipping News. Il n'en est peut-être rien, mais j'aime à croire que ce nouvel album de Rachel Grimes, le véritable premier depuis ses débuts en 2009 avec Book of Leaves, en est un prolongement sous une autre forme. Celui d'une artiste accomplie, à la croisée de plusieurs styles musicaux et dont la musique révèle à dessein une portée inattendue.

Album de collaborations, The Clearing s'éloigne clairement des débuts minimalistes de Rachel Grimes, qui fait ici appel à une douzaine de musiciens pour l'accompagner. Chacun, violoniste, harpiste, violoncelliste, percussionniste ou hautboïste insuffle son âme généreuse à la symphonie ambiante, l'un se dissolvant dans l'autre en douceur et en harmonie ("In the Vapor With The Air underneath"). L'apport éthéré de Scott Morgan (Loscil) offre à ce spectre sonore une profondeur plus vibrante encore - permettant à l'ensemble de flotter en tension autour des symboliques de l'air et du ciel ("The Clearing"). Au sein de cet ensemble, Rachel Grimes continue de faire preuve d'une touchante sensibilité lorsque son jeu au piano, tout en retenue, prédomine. Entremêlé à un saxophone libéré sur "The Herald" le temps d'une promenade jazz nocturne, il offre un contraste discret qui contribue à l'équilibre général.

On retrouve sur The Clearing la touche des grands, d'Arvo Pärt à Brian Eno en passant par Ryuichi Sakamoto, inspirations affirmées. Invitant à la contemplation et au repli sur soi grâce à ses interludes ambient, ses mouvements respirent la volupté en même temps qu'ils dégagent une apparente tranquillité, aboutissant à la fois à quelque chose de grandiose (l'élévation des cors sur "Further Foundation") et d'intimiste, qui résonne au fond de soi et prend à chaque écoute une toute autre dimension ("The Air at Night").
En quelques notes imbriquées au fort pouvoir évocatif, Rachel Grimes a su trouver cette harmonie qui rend son langage universel et sa beauté puissante. Le temps d'un album, nous revoilà en 1995, quand Rachel's brillait dans l'ombre, sa sinueuse procession traçant lentement son chemin dans les esprits.

13.5 / 20
1 commentaire (12/20).
logo amazon

Book Of Leaves ( 2009 )

Profitant du hiatus actuel de Rachel's, la pianiste Rachel Grimes s'échappe le temps d'un premier album. Book of Leaves est ainsi le cahier d'exercices au piano d'une artiste qui offre sans complexes le juste milieu entre stricte application des gammes et sens mélodique qui sauve les pièces d'un éventuel ennui.
Il ne faut pas voir en Book of Leaves une possible suite à Rachel's tant la façon de développer ses thèmes semble toute personnelle. Les morceaux sont courts (en moyenne entre 2 et 3 minutes), peu contemplatifs (à l'exception de quelques dialogues avec les oiseaux comme sur She Was Here où le piano suspend son vol laissant la nature reprendre ses droits ou At The Pond) et suivent une dynamique simple et efficace. A la manière d'Eluvium sur An Accidental Memory in Case of Death, les compositions semblent improvisées, paraissent évoluer au gré de l'inspiration et des envies du compositeur (The Corner Room). Ici, la rythmique s'accélère soudainement (My Dear Companion), là une note est plus appuyée puis tout revient à la normale. Si l'on n'est pas surpris du ton général de l'album, aux bases classiques, il est appréciable de se poser pour écouter le soin que Rachel Grimes met dans ses morceaux.

Une confidentialité qui rappelle de très près un autre premier album paru cette année, celui de Heather Woods Broderick. On imagine sans peine les deux musiciennes se rencontrer et échanger leurs notes dans un environnement apaisé (on retrouve d'ailleurs la symbolique du vent et des oiseaux chez l'une et l'autre). Book of Leaves est cependant plus sobre dans sa tonalité, triste sans vraiment l'être, esseulé en même temps qu'il recherche une éventuelle compagnie qui serait à l'écoute de ses mélodies; car ce disque est un long monologue où la pianiste livre ses états d'âme, donnant une signification aux silences, aux notes retenues. Au long des écoutes, ce qui frappe alors, c'est le dénuement dans lequel est plongé l'album, réduit à sa plus simple expression d'une femme et de son instrument. L'auditeur est alors forcé de se placer à côté de l'artiste, de se concentrer sur la façon dont le jeu provoque tel ou tel sentiment plutôt que sur les émotions en elles-mêmes. Vous aussi, vous sentez planer le fantôme de Peter Broderick et de Float (chroniqué dans nos pages)?

Et si Book of Leaves n'atteint pas la profondeur de ce dernier ou des oeuvres de Rachel's (à ne pas confondre, donc, avec Rachel Grimes), il est suffisamment inspiré pour qu'on prenne le temps, tranquillement, de l'apprécier comme on profiterait d'un moment de repos à l'écoute des siens. C'est une jolie sortie, touchante pour qui aimerait s'éloigner du fracas du quotidien.

A écouter : The Corner Room - My Dear Companion - Mossgrove
Rachel Grimes

Style : Neo-Classique
Tags : - -
Origine : USA
Site Officiel : rachelgrimespiano.com
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :