Chroniques
Pochette Terre Ancestrale
Pochette Juice B Crypts
Pochette Simulacrum
Pochette Pitfalls
Pochette R(h)ope Pochette Daemon

logo RX Bandits

Biographie

RX Bandits

Originaire comme bon nombre de groupes de ska de la ville d'Orange County en Californie, les Rx Bandits sont un groupe de ska punk au style très évolutif.
Le groupe naît en 1996, par l'initiative de Matt Embree (guitare et chant) et de Chris Tsagakis (batterie), qui s'entourent d'amis (2 saxos et une basse) afin de pouvoir sortir leur première EP intitulé Demo(nstration) de façon D.I.Y.
Un an plus tard, le groupe sort son premier album Those Damn Bandits qui connaît un certain succès (1 000 exemplaires venus)) sur son propre label: Antedote, et attire ainsi le label Drive-Thru Records qui rééditera cet album l'année suivante pour en écouler près de 3 000 copies.
Toujours en 1998, Rx Bandits ajoute à son line-up un trombone et sort son deuxième album titré Halfway between here and there qui sera lui aussi réédité.
2001 voit l'arrivée du troisième album avec encore un changement de line-up (chose très récurrente dans ce groupe), Progress. Les Bandits commencent à trouver leur propre style, et s'éloigne de la comparaison faite avec les Reel Big Fish.
Musicalement ils évoluent et les textes montrent très clairement les engagements du groupe.
En 2003, et après avoir effectué de nombreuses tournées avec les plus grandes pointures du label, le groupe nous gratifie d'un nouvel album intitulé The Resignation; un DVD serait également en préparation

Chronique

The Resignation ( 2003 )

Avant même de mettre le CD dans la platine, nous sommes agréablement surpris par le prix du disque (moins de 15€) au format digipak agréable qui comprend le CD + un DVD sur lequel nous retrouvons 3 titres live ("Sell you beautiful", "Who would've", "Progress"), "Overcome" en version acoustique et enfin une interview de Matt Embree.
"Sell you beautiful" vous donnera une bonne idée de ce que donne ce nouvel album en live.

Et c'est justement par cette chanson que commence l'album 12 titres.
Les 2 premières chansons (qui ne contiennent pas un gramme de ska) sonnent très punk rock colérique tandis que la suivante, "newsstand rock " est très rock'n roll et énergique.
Le ska affilié aux Bandits et si cher à ses fans tarde donc à apparaître; il arrive doucement mais sûrement avec le 4ème morceau très reggae "Overcome" et son rythme coulé, sa guitare gavée de reverbe et de pédale wah-wah.
Le morceau suivant est hybride: couplets reggae et refrains plus rock.

On a par la suite droit au retour flamboyant des cuivres qui prennent une place très importante dans la construction des mélodies de "taking chase as the serpent slithers".
Ce morceau me fait énormément penser à une compo des feu-Police, toujours dans ce style reggae/rock arrosé de cuivres et même de claviers; une impression renforcée par "Pal Treaux" quelques pistes plus tard.
En revanche, entre temps, on remarquera que sur des morceaux comme "Mastering the list", "Falling down the mountain" ou "Dinna Dawng", les claviers gagnent beaucoup en présence au détriment de la section cuivres dont l'apparition devient carrément sporadique.
Et puis il y a "Republic", qui lui sonne très rock indé; décidément, à chaque titre un style différent.
Pour les aficionados des Bandits, le dernier titre "Decrescendo" leur rappellera les bons souvenirs d'un ska-punk original.

Concernant la production, elle est impeccable: le son est vraiment bon et les arrangements très fins.
Dans l'ensemble cet album est plutôt sombre, il n'en ressort aucun côté festif et la colère du groupe est très présente.
Embree, de par son timbre de voix clair, ne semble par forcer pour déverser sa hargne contre les injustices sociales actuelles et est parfaitement capable d'alterner des passages chantés rock et d'autre reggae.

Au final, cet album est très éclectique: les amateurs d'évolution musicale d'un groupe qui ose les incursions dans d'autres styles musicaux seront conquis; tandis que ceux qui souhaitaient retrouver les Bandits de l'époque et leur ska-punk seront forcements déçus.
Il n'empêche que même les familiers du groupe retrouveront ce grain de voix si particulier du chanteur Matt Embree et son jeu de guitare si personnel.
En quatre mots: Ska out, rock in.

A écouter : Sell you beautiful ; Overcome ; Taking chase as the serpent slithers