Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Pulp

Biographie

Pulp

Pulp s'est formé en 1978 sur l'initiative de Jarvis Cocker (chant et guitare) sous le nom d'Arabacus Pulp, puis Pulp dès l'année suivante alors que les musiciens étaient tous encore lycéens. Après un premier concert en Juillet 1980 et une démo, plusieurs des membres quittèrent le groupe pour continuer leurs études à la fac. Jarvis Cocker en recruta de nouveaux, puis Pulp enregistra un mini-album fin 1982, It, qui sorti en avril 1983. Cocker, déçu par le non-succès de Pulp, dissout le groupe peu après et le reforme peu après pour enregistrer divers morceaux, dont le single Everybody's Problem (septembre 1983). La pop classieuse de Pulp se devine déjà, à travers l'écriture de Cocker. Un album Freaks voit le jour en 1987, enregistré en une semaine, plus sombre et pessimiste que It. Durant les années 80, Jarvis Cocker eu un accident en tombant d'une fenetre en voulant impressionner une fille, ce qui, conjugué au non-succès de Freaks, l'encouraga à dissoudre à nouveau Pulp pour se rendre à Londres étudier le cinéma.

Pourtant, peu après, Pulp renait de ses cendres, avec un nouveau line-up et un nouvel album Separations, dans le continuité de Freaks, qui, suite à une décision du label, ne sortira pas. Pourtant, en 1991, le groupe sort un 12" intitulé My Legendary Girlfriend qui connaitra lui le succès en Angleterre, premier pas de Pulp au grand jour.

Pulp signe alors sur Warp Records, qui sort Separations, puis sur Island Records avec 3 singles (que l'on retrouve sur la compilation Intro sortie fin 1993). Pulp livre deux nouveaux singles Do You Remember the First Time? et Lipgloss, au succès moins éclatant que My Legendary Girlfriend et sort en 1994 son premier véritable succès, l'album His'N'Hers (numéro 9 des ventes en Angleterre et nominé au Mercury Music Prize). Jarvis Cocker et son groupe atteignent le point culminant de leur carrière en 1995 avec le single Common People, une excellente performance au Glastonbury Festival et un prix Mercury pour l'album Different Class où Pulp dévoile enfin son meilleur visage sous des compositions parlant de sexe et des différences entre classe.

Cocker fait parler de lui en montant sur scène lors des BRIT Awards de 1996, où il proteste de la présence de Mickael Jackson (accusé de pédophilie puis innocenté à cette époque). La popularité de Pulp décroit à cette période, suite à cet incident mais le groupe sort This Is Hardcore en 1998 (alors que Cocker se noie dans son addiction à la Cocaine) puis retourne dans l'ombre jusqu'à l'album suivant, We Love Life (2001). La période de 3 ans reste floue, les suppositions vont bon train entre période de composition et différences artistiques.

En 2002, Pulp quitte son label tandis qu'un Best Of Hits sort, et le groupe joue son dernier concert cette année-là, puis annonce une pause indéterminée. Jarvis Cocker sort un premier album solo Jarvis en 2006 et joue dans Relaxed Muscle, mais n'annonce pas de retour planifié pour Pulp.

 

Chronique

Separations ( 1991 )

Separations, second album de Pulp mais à la fois premier disque du nouveau line-up mené par le fringant Jarvis Cocker. Dans la continuité de Freaks, album dérangé aux sonorités The Cure / The Velvet Underground, Separations possède ce charme indémodable, cette classe anglaise caractéristique. Lancé par le très mystérieux single My Legendary Girlfriend puis le pop Countdown, aux relents acides, Separations n'en reste pas moins l'un des plus désespérés et fascinant de la discographie du groupe.

Separations s'ouvre sur le glaçant Love Is Blind. Dilemne amoureux, histoire sombre sur ces quelques notes portant le chant de Cocker jusqu'au "Love Is Blind" final, tenant le rythme avec un calme effronté tandis que les mots imagent la solitude, la douleur. It était un premier pas incertain, Freaks possédait déjà plus d'assurance mais exprimait sa douleur de manière encore parfois maladroite, alors que Separations est plus maitrisé, sous un air fatigué, las à l'image de Down By The River.

Separations allie donc le rock dépressif anglais, très influencé par The Cure ou Bauhaus, sur Do You Want Me Anymore ? ou Love Is Blind mais aussi un côté plus pop de l'époque, où le groupe nage dans un océan de pilules sur Countdown où le sensuel et érotique My Legendary Girlfriend. Ce côté plus pop n’est cependant pas aussi gai que la plupart des singles radios de l’époque, car sous cette couche de maquillage accessible et dansant se cachent une détresse palpable, portée par une voix de velours. Cela peut sembler complètement décalé d'allier ces deux parties, sans transition, mais chaque style correspond à une partie du vinyl, comme si Pulp avait voulu montrer deux visions, deux facettes d'un même groupe. Le slow She’s Dead donnera envie d’enserrer l’autre contre soi, à la fois pour son romantisme décadent, mais aussi pour la peur de voir l’autre disparaitre, à l’image de la femme décrite sur les 5 minutes. Au-delà des instruments considérés comme classiques pour un groupe comme Pulp (à savoir guitares, basse, batterie et clavier), le groupe n’hésite pas à incorporer d’autres cordes comme un violon sur Separations, ou de la prog sur une grosse moitié du disque.

L'un des point fort de Pulp, sur la quasi totalité de la discographie du groupe, reste le talent d'écriture et de chant de Jarvis Cocker. Jamais de chant trop prononcé, d'envolées, plutôt une alternance de chant "parlé" et de phrases placées avec une précision extrême. Love Is Blind et Countdown où les mots sont jetés avec dédain tandis que sur Death II ou Down By The River ils suivent plutôt la musique, s'y superposant avec douceur. Jamais agressif, ni lancinant, Cocker joue avec sa langue et ses cordes vocales pour parler le plus souvent de relations interpersonnelles échouées, sans pour autant sur-jouer jusqu’à l’excès.

Separations est différent. Le genre de disque duquel on ne ressort pas intact, laissant une part de naïveté et de joie entre les notes de She's Dead ou Death II. Pulp ne connaîtra que la gloire sur His'N'Hers, plus gai, mais la légende a démarré ici, lors des premières notes de Love Is Blind. A écouter, savourer, même si les années 90 paraissent loin.

"She's dying, everybody came to see
She's falling and I know I'll never see her face again
And I don't really know just why she's leaving"

A écouter : Les 2 faces