logo Public Radio

Biographie

Public Radio

Public Radio est un quintet en provenance de Charlotte (Etats-Unis). Signés chez Deep Elm (Latterman, The Appleseed Cast, Moving Mountains) en 2009, le combo distille un indie rock ponctué de beats electro qui n'est pas sans rappelé Death Cab for Cutie et son pendant électronique The Postal Service.

 

Un premier mini-album intitulé Sweetchild sort la même année.

Chronique

11.5 / 20
0 commentaire

Sweetchild (EP) ( 2009 )

Récemment signé chez Deep Elm, Public Radio n'aura sans doute aucun mal à se frayer une place dans le coeur des jeunes emokids en fleur. En 20 minutes, Sweetchild en appelle à la fois à l'énergie rock, au lyrisme emo et au kitsch electro; une recette somme toute gagnante à sa façon pour un premier effort qui ne s'embarrasse pas d'une grande personnalité.

Le morceau-titre, qui ouvre l'album, en atteste: l'inspiration est puisée un peu partout. Les lyrics sont autant de renvois, plus ou moins déguisés, à de grosses pointures: U2, R.E.M, Nirvana (pour la première phrase). Dans l'intonation de la voix, on croirait entendre un Pixies revenu de tout. Alors que les guitares incisent (enfin) et que les voix s'époumonent sur le refrain, le décor est posé et l'on sait déjà à quoi s'attendre pour la suite du disque. "Sweetchild" commet l'écart de tout dévoiler du groupe en près de 5 minutes. A savoir, de douces mélodies automnales mais sunny, un brin nostalgiques, en guise de couplets et des refrains aux paroles un peu niaises à reprendre en coeur, yeux fermés, cheveux au vent ("Forgot Love"), l'air un peu méchant. Et la même recette "emotronic" se décline avec le dynamisme sincère (mais un peu vain) d'un jeune enfant, chaque morceau possédant son petit truc qui le démarque des autres sans pour autant réussir en faire sortir un seul du lot.

A force de se tourner aux quatre vents et de vouloir se frotter à certaines références, Public Radio en oublie d'inscrire son nom en guise de touche personnelle. L'utilisation de l'electro façon The Postal Service n'a malheureusement pas la touche froidement confidentielle de ces derniers et se permet même le luxe de gâcher les bonnes idées distillées ici et là- les parties guitares saturées sur "17 Is Too Young" vaudraient pourtant d'être mises plus en valeur. Sur "Accident", le beat en devient même insupportable et c'est d'autant plus dommage qu'il y a, à la base, un vrai feeling rock un peu fou-fou. Mais Public Radio veut trop en faire, trop vite et se retrouve finalement coincé au carrefour des genres sans réussir à prendre la bonne direction. Amusant aux premières écoutes et facilement assimilable, Sweetchild laisse assez rapidement un goût d'insuffisance et d'immaturité qui, soyons honnêtes, fait assez bizarre en provenance de chez Deep Elm.

A écouter : Bof
Public Radio

Style : Indie Rock
Tags :
Origine : USA
Myspace :
Amateurs : 0 amateur Facebook :