Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

Mardi 19 mai 2020

Du live pour Powerwolf avec Sanctified With Dynamite à visionner dans la suiteBest Of The Blessed sortira le 3 juillet chez Napalm Records.

Jeudi 30 avril 2020

Powerwolf bosse sur un nouvel album, il verra le jour en 2021.

Mercredi 29 avril 2020

Le prochain Powerwolf est attendu pour 2021. Plus d'infos

Mardi 07 avril 2020

Werewolves Of Armenia de Powerwolf nouvelle version 2020 s'écoute dans la suite. Le titre est issu de Best Of The Blessed qui sortira le 3 juillet chez Napalm Records.

Mardi 18 février 2020

Best Of The Blessed, c'est le nom d'une compilation de Powerwolf qui sortira le 5 juin chez Napalm Records. Voici la pochette et la tracklist, avec des morceaux revisités, des lives...

Jeudi 16 janvier 2020

Powerwolf sera en France pour 2 dates :
- 12/06 : Lyon (Le Transbordeur), places.
- 16/06 : Lille (L'aéronef), places.

Mardi 03 décembre 2019

Le Motocultor Festival se déroulera du 13 au 16 août 2020 à Saint-Nolff (56). Sont annoncés pour le moment : Heilung, PowerwolfDenezSkald, Dark Tranquillity, Insomnium, Orange GoblinCombichrist, Havok, Revocation, Benighted, Cattle Decapitation, SchammaschWear Your WoundsPlantec, Angelus ApatridaWormrotValley Of The Sun, Imperial Triumphant, Gold1914Druids Of The Gué Charette et Manckell. Event FB / Billetterie.

Mardi 19 novembre 2019

PuissanceLoup a réédité Kiss Of The Cobra King (issu de Return In Bloodred, 2005) et en profite pour le mettre en images. Un single est aussi dispo à l'achat.

Mercredi 13 novembre 2019

Le Graspop Metal Meeting a annoncé 74 groupes pour son édition 2020 (les 18-19 et 20 juin en Belgique), pour info on retrouve souvent une bonne partie de l'affiche au Hellfest : August Burns Red, Alcest, Airbourne, AlestormAlter Bridge, Amorphis, Anti Flag, AnathemaBaby Metal, Battle BeastBeyond The Black, Body Count, Boston ManorBury Tomorrow, Chelsea GrinCreeper, Deep PurpleDeeznuts, DeftonesDog Eat Dog, Down, Dying FetusDream State, Enter ShikariExciterForeignerFields Of The Nephilim, Heaven Shall Burn, High On Fire, In Extremo, Kadavar, Killswitch Engage, Killing Joke, Korn, Lagwagon, Mayhem, Me And That Man, Mercyful FateMisþyrmingMethod of DestructionMotionless In White, My Dying Bride, Naglfar, Obituary, OpethOf Mice And MenOur Survival Depends On Us, P.O.D., Paradise LostPowerflo, Sacred Reich, Powerwolf, SepulturaSHVPES, SilversteinSlap Shot, Soen, Steel Panther, The Great Old Ones, The Offspring, The Vintage CaravanThunderVltimas, Tribulation, Wednesday 13Wayward Sons.
Mise en vente ce vendredi.

Dimanche 20 octobre 2019

Tu aimes les jeux de plateaux ? Tu aimes Powerwolf ? Alors tu peux découvrir le unboxing du jeu de Powerwolf, à regarder là.

Vendredi 21 juin 2019

Avant de démarrer réellement ce quatorzième Hellfest le festival clissonnais accueille le festival de Slipknot : le Knotfest. Créé en 2012 par les 9 de l’Iowa, d’abord en Californie il a ensuite été décliné au Japon / Mexique / Colombie, et c’est la première fois que celui ci fait escale en Europe (et utilise donc la structure du Hellfest en investissant les mainstages). Au programme : une succession de têtes d’affiche (de Amaranthe à Slipknot en passant par Rob Zombie, Ministry, Sabaton ou Sick Of It All), au total dix groupes (seulement) pour se mettre en jambe avant le Hellfest. Une scène pour les groupes ricains, une autre pour les Européens. Au rayon des nouveautés cette année, ce qui sera visible (la grosse amélioration aura été faites du côté des loges des groupes) : une déco devant les scènes (avec des flèches pour guider les wall of death ou circle pit), une partie restauration revue (pour y ajouter des décors, dont une fontaine), une immense horloge derrière la régie des Mainstages, et vers le camping des nouveautés avec deux tentes pour faire la fête avec deux ambiances (Metal ou moins Metal).

On a de l’avance. Après la pause du bracelet réglementaire, direction le « Off » sur le parking du Leclerc de Clisson. La logistique est bien gérée, avec un bar éphémère sur une partie de l’espace de stationnement réquisitionné, des stands divers, mais surtout deux vraies scènes (aménagées dans de remorques de camions), permettant une alternance de groupes sans temps mort. On arrive sur la fin d’un groupe de Stoner-Doom qui a dû se présenter alors qu’on n’était pas encore là.
Imparfait prend le relais, avec un Rock vénère au chant rapé. Même si le public est très clairsemé, la chanteuse ne lâche rien et s’efforce d’impliquer au maximum le peu de monde présent. Ça marche moyen, on est trop peu pour que ça prenne vraiment, mais la vocaliste s’y croit a fond, se donne à mort, à grand coup de pieds sautés, de gimmicks, d’apostrophes aux premiers rangs, de « est-ce que vous êtes chaaauuuuds ? » perpétuels. Ça fédérera d’ailleurs quelques personnes de plus, le public se densifie un peu.
Elyx jouera son récent EP Annihilation Partie 1 en entier, et même un titre de plus. Plus grand monde n’est présent pour écouter le quintet, mais ils délivreront néanmoins une performance pleine de patate, notamment de la part du chanteur qui poursuit bien la série des frontmen qui courent partout en rugissant. On sent que le claviériste n’est pas complètement dedans, suite à quelques soucis techniques en début de concert, mais le son s’avère finalement très correct.
Mind Whispers enchaine avec son Thrash aux influences Death Mélo et Black Metal, pour un résultat vraiment très cool. Le groupe est carré, technique, le son est propre, que demander de plus ? On quitte le « Off » après cette performance, pour rejoindre le site principal.

Premier groupe à fouler les planches de la Mainstage 2, Amaranthe joue du Amaranthe. Ça bouge bien, c’est Rock, c’est Pop, c’est Electro, c’est même parfois Metal, les trois vocalistes assurent le boulot en terme d’ambiance et de présence scénique. Après deux titres, le sextet semble subir un souci technique juste après avoir annoncé Amaranthine. Apparemment, les soundchecks sur la scène d’à-côté interfèrent avec leurs samples. Les musiciens sur scène vont jusqu’à huer les techniciens qui préparent la Mainstage 1 pour Ministry, faisant scander « Stop fucking playing ! » au public, en désignant la scène voisine. La blague durera cinq bonnes grosses minutes, et on devine que Amaranthe doit sûrement amputer d’un titre sa setlist. Les deux Mainstages n’ont pas de backdrop, mais un grand écran servant d’immense fond de scène. Sur certains titres, Amaranthe en profite pour animer leur logo, voire même pour diffuser un clip en synchronisation avec le morceau correspondant, mais globalement, le groupe sous-utilise cette possibilité.

Le concert de Ministry aurait pu être très efficace, car concentré sur des classiques de Psalm 69 et The Land Of Rape And Honey, si le son n’avait pas été très imprécis. En effet, les guitares ne sont pas du tout assez mises en avant pour profiter des riffs tranchants de la machinerie orchestrée par Al Jourgensen, qui était plutôt en bonne forme (selon ses standards). A noter que c’était également le premier concert français de Paul D’amour (ex Tool) dans cette formation.

La silhouette d’une carte de France sur l’écran en fond de scène, traversée par une croix renversée. Les choeurs d’enfants étrangement malsains qui résonnent, annonçant l’amorce du dernier méfait de Behemoth. Impossible de s’y tromper : la bande à Nergal n’est pas venue pour épiler les kiwis. Comme à l’accoutumée, le sens du spectacle est poussé au maximum. Le frontman arrive sur scène avec un masque de tête de mort noire et les premières pyrotechniques de la soirée sont déclenchées sans attendre dès Wolves Ov Siberia. Tout le set sera sans concession, et relativement diversifié (alors que Behemoth a souvent l’habitude de s’étendre longuement sur son album le plus récent). On notera par exemple un Conquer All (extrait de Demigod) qui convaincra les adeptes des Polonais, ou un Ov Fire And The Void toujours très efficace. Un des concerts les plus radicaux de la journée.

Papa Roach s’en fout pas mal d’avoir un nouvel album, les Américains ouvrent sur leur vieux tube Last Resort, et enchaînent sur le tout aussi âgé Blood Brothers, deux titres qui nous transportent quinze ans en arrière. C’est plutôt sympa comme sensation, surtout que l’interprétation est propre et bourrée d’énergie. Mais c’est aussi les seules vraies raisons d’aller voir Papa Roach, en ce qui me concerne (ce n’est pas la coupe de Jacoby Shaddix qui me retiendra en tout cas). Le troisième titre m’est inconnu et est de toutes manières moins péchu, il est l’heure de reculer un peu pour souffler et manger un grain avant la suite.

Ce n’est un secret pour personne, PuissanceLoup est le plaisir coupable de plusieurs d’entre nous, chez Metalorgie. Impossible pour nous de les rater, surtout que le groupe est dans une forme olympique. Fire And Forgive lance les hostilités, et c’est rapidement une succession de tubes : Amen&Attack, Demons Are A Girl’s Best Friend, Armata Strigoi, Blessed And Possessed, We Drink Your Blood… Attila Dorn se sent bavard aujourd’hui, et ne cesse d’apostropher la foule entre les chansons, en nous demandant de chanter et jugeant nos prestations comme “très magnifique” dans un français à l’accent exotique. La prestation est en plus soulignée par l’utilisation de nombreux effets pyrotechniques, qui donnent encore plus d’impact à l’excellent concert de Powerwolf.

Dans la famille Indus, après Ministry, je voudrais Rob Zombie. Le frontman débarque une dégaine mi-clochard mi-cowboy mi-rockstar (même si ça fait trois moitiés, débrouillez-vous avec ça), et lui et ses musiciens n’arrêteront pas de se changer entre les titres. De vraies divas ! John 5 utilisera une dizaine de guitares différentes, toutes plus fantasques les unes que les autres, le bassiste arborera au moins trois masques, une demi-douzaines de costumes, et autant d’instruments… Le show est autant visuel que sonore ! D'ailleurs, le son est pas si dégueu que ça et rattrape les guitares trop pauvres de l’autre groupe d’Indus précédemment évoqué. Si beaucoup de titres trouvent écho dans le public (Get High, Living Dead Girl…), les vrais points forts seront le final Dragula et la reprise de Hey Ho Let’s Go des Ramones.

Il est impressionnant de voir Amon Amarth sur scène avec une telle scénographie. Le batteur derrière un énorme crâne à corne, les fumées et les flammes qui crachent en rythme avec la musique et les musiciens calés devant la scène et un Johan Hegg charismatique comme à son habitude. The Pursuit Of Vikings est lancé, ça en impose tout de suite. La voix grave de Johan bien sûr, mais aussi tous ses riffs épiques et cette rythmique entraînante, c’est le tube pour lancer Amon Amarth. Le problème c’est que depuis 2013 on se fade des morceaux sans reliefs, composés par dessus la jambe et sans véritable impact. Ça se ressent vraiment en live car le titres comme The Way Of Vikings ou les derniers titres de Berserker, leur dernier opus, tels que Crack The Sky ont vraiment du mal à emporter les foules. On ne va pas se mentir quand, Amon Amarth joue des titres aussi épiques que Death In Fire ou même Guardians Of Asgaard ça passe vraiment bien et on voit la différence dans l’ambiance et le ressenti du public. Alors oui, c’est sympa mais le moment ou Amon Amarth est le plus effectif c’est sur les vieux titres, le reste est et sonne assez creux. Revenez avec de vraies compos, s’il vous plait, parce que là, à part le visuel et trois ou quatre morceaux cool, on avait pas grand chose à se mettre sous la dent.

En pleine mutation de son line-up et, accessoirement en promotion de leur prochain album We Are Not Your Kind à paraître en août, Slipknot posait les valises de son premier Knotfest européen à Clisson aujourd’hui. Logiquement programmé en tête d’affiche de la Mainstage principale, il faudra attendre les premiers riffs de l’ouverture sur People = Shit pour découvrir ce qui se dissimule derrière ce gros drapeau-logo et on peut dire que les américains ont misé gros sur la scénographie. Très inspirée par les dernières tournées de Rammstein, le show se veut plus propre et lumineux, bien loin des anciennes tournées à l’aspect plus brutes. Cependant, malgré un chant de Corey Taylor plutôt en retrait, on n’a aucun mal à se prendre à l’ambiance bien aidé par ce déferlement d’anciens morceaux avec une forte représentation d’Iowa et de l’album éponyme. Pour le public familier avec les codes d’un concert de Slipknot, on retrouvera tous les éléments classiques des habituels échanges de Corey avec son public au fameux “jump the fuck up” sur Spit it Out en passant par l’ouverture de Duality scandée en coeur par les 40000 festivaliers amassés devant le concert.

Sabaton tourne en rond. Même pour ceux qui adhèrent, chez Metalorgie (et ils sont peu nombreux), oui, Sabaton tourne en rond. Après l’habituelle intro sur Ghost Division, force est de constater, assez rapidement, que si les musiciens sont en place, le chanteur semble peiner. Il reste juste dans ses phrasés, mais semble sans arrêt essoufflé. Quant à son jeu de guitare sur Resist And Bite, autant ne rien jouer. On ne restera pas jusqu’à la fin du concert, mais ce qu’on en a vu ressemblait trait pour trait aux précédents concerts de Sabaton auxquels on a pu assister ces dernières années, un peu de fougue en moins. Seul point d’originalité, la présence d’un chœur militaire sur scène qui habille quelques passages. Pourquoi pas.

Allez, à demain pour le compte rendu et photos du Hellfest 2019 !

Vendredi 26 avril 2019

Depuis 2010, la Foire Aux Vins de Colmar organise une soirée nommée Hard Rock Session. L'affiche de 2018 regroupait Ghost, Powerwolf, Doro, et H.E.A.T. ; et Judas Priest, Motorhead, Nightwish, Arch Enemy, ou encore Stratovarius y ont déjà participé tout au long de l'histoire de ce mini-festival. Mais il n'y aura pas de dixième Hard Rock Session cet été, à cause du fait qu'aucun groupe adéquat ne tourne à ce moment.
Le communiqué de l'orga dans la suite.

Vendredi 22 mars 2019

Erick Rowan, catcheur de la WWE (qui figure d'ailleurs dans le dernier clip de Amon Amarth) apparaît depuis quelques semaines à la TV arborant des t-shirts de groupes de Metal. Solstafir, Ensiferum, Korpiklaani, Alestorm, Eluveitie, Behemoth, Powerwolf... ce n'est qu'une partie de la collection qu'il a pu arborer ces dernières semaines. Si vous avez l'occasion de tomber sur l'émission WWE SmackDown, jetez un oeil et tentez de devinez quel groupe sera à l'honneur via Erick Rowan.

Mardi 22 janvier 2019

Live-report : on a arrêté d'être sérieux le temps d'une soirée et on a été voir Kissin' Dynamite, Amaranthe, et Powerwolf le 10 janvier au Bikini (Toulouse). On a même pas honte de nous, et vous raconte ça ici.

Jeudi 10 janvier 2019

Concert du jour :
- Powerwolf sera ce soir au Bikini (Toulouse) avec Amaranthe et Kissin Dynamite. Toutes les infos ici.

Samedi 29 décembre 2018

ConcoursPowerwolf sera en concert le jeudi 10 janvier au Bikini (Toulouse), et seront accompagnés par Amaranthe et Kissin Dynamite. Infos et préventes ici. Pour l'occasion la salle met en jeu deux places, à gagner en répondant à une simple question ! 

Jeudi 27 décembre 2018

Mercredi 19 décembre 2018

Kissin Dynamite a repris et clippé Let There Be Night de Powerwolf.

Dimanche 16 décembre 2018

Kissin' Dynamite a posté un teaser de sa reprise de Powerwolf "Let There Be Night".

Mercredi 05 décembre 2018

C'est la grosse annonce d'hier : le Knot Fest fait un arrêt en France le 20 juin prochain sur le site du Hellfest. On pourra y voir Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Amon Amarth, Papa Roach, Powerwolf, Behemoth, Ministry, Sick Of It All, Amaranthe (de la grosse tête d'affiche donc).
Cette soirée "du jeudi" n'est pas comprise dans le pass 3 jours, et coûte 66,6€ (pour ce genre d'affiche c'est plutôt un prix "raisonnable").

Jeudi 29 novembre 2018

Hey comme chaque fin d'année on va vous bassiner pour que vous notiez vos albums écoutés en 2018 afin de faire le top lecteurs (l'un des articles les plus lu de l'année).
Donc si vous avez des coups de cœur, des "mouais", des "enlève ça tout de suite c'est dégueulasse" il est temps de venir poser une petite note !
Pour vous aider voilà quelques groupes ayant sortis des albums en 2018 : Hangman's Chair, Zeal And Ardor, Soulfly, Mass Hysteria, A Perfect Circle, No One Is Innocent, Deafheaven, Scars On Broadway, Powerwolf, Turnstile, Machine Head, Immortal, Ghost, Parkway Drive, Cult Leader, Daughters!, Ken Mode, Birds In Row, Khemmis, Hardcore Anal Hydrogen, Will Haven, Messa, PortalLofofora

Mercredi 24 octobre 2018

Tandis que Powerwolf a explosé le budget animation 3D pour The Sacrament Of Sin

Mercredi 26 septembre 2018

Powerwolf (accompagné de Kissin Dynamite et Amaranthe) a annoncé un paquet de dates en France début 2019 : 
10/01 - Toulouse, Bikini
11/01 - Bordeaux, Le Rocher De Palmer
15/01 - Lille, L'Aeronef
16/01 - Nantes, Le Stereolux
17/01 - Rouen, Le 106
24/01 - Reims, La Cartonnerie
26/01 - Nancy, L'Autre Canal
27/01 - Marseille, Espace Julien
28/01 - Lyon, Transbordeur
29/01 - Strasbourg, La Laiterie

Dimanche 09 septembre 2018

Que les fans de Powerwolf se réjouissent, "Killers With The Cross" bénéficie de son clip.

Mardi 07 août 2018

Le Wacken Open Air a annoncé une partie des groupes de son affiche 2019 : Sabaton (20ème anniversaire), Parkway Drive, Powerwolf, AirbourneRose Tatoo, Within Temptation, MeshuggahKrokus, Dark Funeral, AvatarDemons&Wizards.
Déjà 50 000 billets ont été vendu pour cette édition qui se tiendra du 1er au 3 août, ça sera la 30ème édition du festival.

Jeudi 26 juillet 2018

Oyez, oyez, braves gens, la chronique du jour qui vous est contée, car PuissanceLoup revient avec The Sacrament Of Sin : "Afin de défendre la loy sacrée dictée par la Sainte Distortion, une force d’élite avait été formée pour livrer bataille contre les troupes de Lord Skyröck et de ses affreux sbires. Cinq ils étaient, et PowerWolf on les nommait." [...]
L'album est sorti il y a quelques jours chez Napalm Records et s'écoute en intégralité sur Spotify.

Lundi 23 juillet 2018

Eluveitie qui reprend du Powerwolf sur le morceau Ira Sancti (When The Saints Are Going Wild) ? On vous laisse seul-e juge de cette question en écoutant ça dans la suite.

Vendredi 13 juillet 2018

Nouveau single de Powerwolf disponible, "Incense&Iron" s'écoute dans les commentairesThe Sacrament Of Sin sort le 20 juillet chez Napalm Records.

Lundi 25 juin 2018

"Fire&Forgive" de Powerwolf bénéficie de son clip. The Sacrament Of Sin sort dans moins d'un mois.

Vendredi 15 juin 2018

Concert du Jour :
- Coup d'envoi pour le Download Festival de cette année, avec au menu du jour : Ozzy OrsbourneGhost, Opeth, Alestorm, Converge, Underoath, PowerwolfBlack Veil Prides, Eluveitie, Thy Art Is MurderVandenberg's MoonkingsBury TomorrowPogo Car Crash Control et Cellar Darling. Toutes les infos sur l'event FB.

Samedi 26 mai 2018

C'est le 20 juillet que sortira The Sacrament of Sin, septième album des vétérans du heavy allemand Powerwolf. Demons are the girl's best friend, morceau qui en est issu vient d'etre clipé.

Vendredi 18 mai 2018

Petit trailer pour le prochain PowerwolfThe Sacrament Of Sin qui sortira le 20 juillet chez Napalm Records.

Mardi 03 avril 2018

Powerwolf a dévoilé la pochettet et la tracklist de The Sacrament Of Sin. Pas de date de sortie pour le moment, mais ça sortira chez Napalm Records.

Vendredi 16 mars 2018

Powerwolf est actuellement en studio pour enregistrer le successeur de Blessed&Possessed paru en 2015.

Jeudi 16 novembre 2017

Le Graspop Metal Meeting a annoncé pas mal de noms de sa programmation 2018 (le festival a souvent une affiche proche de celle du Hellfest en ce qui concerne les mainstage) : Guns N'Roses, Iron Maiden, Ozzy Osbourne, Avenged Sevenfold, Judas Priest, A Perfect Circle, Parkway Drive, Limp Bizkit, Megadeth, Bullet For My Valentine, Kreator, Body Count, Killswitch Engage, Powerwolf, P.O.D., Watain, Asking Alexandria, At The Gates, Less Than Jake, Anti Flag, The DarknessIced Earth, Underoath, Exodus, Amaranthe, Thy Art Is MurderPowerflo, Emmure, Marduk, Tesseract, Miss May I, Stray From The Path, VaderTyr, ArkonaCarnivore A.D.Pist*onPlanet Of Zeus, Modern Life Is War, Knocked LooseBlessTheFall, AsphyxZeal And Ardor, Akercocke, Silverstein, Bölzer, MonumentsStone Broken.
Ca se passe en Belgique du 21 eu 24 juin.

Vendredi 10 novembre 2017

Le Download Festival France a annoncé ses premiers noms pour son édition 2018 : 
Vendredi 15/06 : Ozzy Osbourne, Ghost, Powerwolf, Converge, Eluveitie, Underoath, Thy Art Is Murder
Samedi 16/06 : Marilyn Manson, The Offspring, Turbonegro, Meshuggah, Ultra VomitWhile She Sleeps
Dimanche 1706 : Foo Fighters, The Hives, Dead Cross, SlavesFranck CarterWolf Alice
Et le lundi une date en plus avec Guns'N Roses.

Samedi 17 juin 2017

Vendredi au Hellfest 2017!

Les photos : Nos photos sont en ligne. Pas mal de photos d'ambiance, et des photos d'un peu tout ce que nous avons capté sur la journée. Le tout se dévoile par ici. Les photos sont de Meo Photo, Bacteries et Chazo et d'autres arriveront dans la semaine.

12ème cuvée du Hellfest, complet sans même avoir annoncé un groupe, le 3ème week-end de juin voit Clisson devenir une nouvelle fois le point de convergence des amateurs de musiques amplifiées.
Alors comme d’hab on va débuter par les changements au niveau du site, des scènes, … cette année assez peu de changement pour le grand public, le site reste globalement le même, mais les 2 scènes principales sont reculées donnant plus d’espace quand le site se remplit, devant Deep Purple on aura vu l’effet (positif) de cette modif. Le gros changement de l’année sera pour la partie VIP (décalée pour donner de la place aux mainstage).
 
 
Verdun :
10h30. Du Doom pour ouvrir les festivités de cette première journée de festival. Ca commence déjà très fort puisque les Montpellierains bénéficient d’un son énorme et qui plus est hyper propre. Peu de temps pour jouer quelques titres de The Eternal Drift's Canticles, mais les riffs massifs, la basse sourde, les coups de caisse claire monstrueux et le chant presque mystique par moment nous mettent clairement dans le bain. Les mecs sont chauffés, nous aussi.
 
The Decline :
Warzone, soleil qui commence à taper à 11h, Punk-Rock... Comment vous expliquer que c’était plutôt la combinaison parfaite de ce début de matinée ? C’est super entraînant, les mecs débordent d’énergie communicative et ça rappelle légèrement Dropkick Murphys sans le côté celtique, bref du tout bon !
 
Myrath :
La Mainstage 2 rassemble déjà un peu de monde pour Myrath, malgré l'heure matinale. Quelques drapeaux tunisiens sont même de sortie, preuve que les fans se mobilisent pour le groupe ! Sans backdrop mais avec un décor en forme de porte tout en arabesques, le show commence par une danseuse, qui entre sur scène par cette porte justement. Puis les musiciens entrent en scène, en costume sobre et classe mais ornés de détails arabisants, pour entamer le tube Believer. Le set, bien que bref, donnera à tout le monde le temps de s'exprimer : solos de guitare et de basse, chant en anglais et en arabe, claviériste qui vient danser avec la performeuse... Seul Morgan Berthet derrière ses fûts semble moins investi dans le concert, mais son jeu technique est néanmoins bien au rendez-vous. Un des sets les plus “trop court” de la journée, d'entrée de jeu…
 
Okkultokrati :
Les norvégiens placés sous la Valley sont plutôt une énigme. On les aurait plutôt vu sous la Warzone, vu leur mélange de Hardcore / Crust / Black et certaines touches vaguement Doom. La prestation reste cependant en demi-teinte. Les musiciens sont statiques, la scène semble trop grande pour eux (plutôt à voir en petite salle ?) et les compositions trop linéaires pour se mettre vraiment dedans. Les deux derniers titres dont un très méchant et un final hypnotique et lancinant sont bien plus convaincants. 
 
True Black Dawn :
Cette année, la scène Black Metal au Hellfest est davantage représentée par ses aspects Pagan / Folk ou par les groupes dits Post. On est donc plutôt ravis d’entendre des hurlements haineux, des riffs qui glacent le sang et du blast à foison. Oui, True Black Dawn joue du Black Metal à “l’ancienne” et même s’ils n’inventent rien, ça fait du bien par là où ça passe.
 
Textures :
C’est sans doute l’une des dernières fois que l’on a l’occasion de voir Textures en dehors de la petite tournée avant le split qui se prépare d’ici la fin d’année. Pour le moment, on savoure, donc. Rythmique au poil, gros riffs dans la gueule, passages plus mélodiques, Daniel De Jongh est plutôt en forme vocalement alternant les growl et le chant clair aisément. Pas mal de titres de Phenotype sont joués ainsi qu’un petit Singularity de derrière les fagots. On aurait bien repris quelques titres en rab.
 
Animals As Leaders :
Animals As Leaders ne sont que trois, n'ont pas de bassiste, pas de chant, et pourtant ils investissent l'énorme Mainstage 1 avec aisance et désinvolture. Tout sourire, Tosin Abasi mène son groupe virtuose sereinement pour quarante minutes de guitares slappées, de tapings à huit doigts, de polyrythmies syncopées... L'enchaînement final The Woven Web / CAFO termine de satisfaire les aficionados de Prog djenty, et de prouver que Animals As Leaders a sa place sur la scène principale du Hellfest.
 
Evergrey :
Bien qu’offrant un véritable best-of des derniers albums du groupe (Leave It Behind Us, Passing Through, King Of Errors...), Evergrey semble un peu à côté de la plaque. Interludes au piano entre les trois premiers titres le temps de changer de guitares, de parler aux techniciens, les musiciens semblent avoir quelques soucis. Mais l'interprétation des morceaux est parfaite, avec un son excellent, et la voix de Tom Englund reste inégalée dans l'émotion qu'il transporte. Poignant dans son chant, souriant comme jamais quand il n'est pas au micro, le frontman semble s'éclater.
 
Subrosa :
Il y deux mois Subrosa jouait un set d’un tristesse et d’une grâce absolue au Roadburn. Ici, ce sera tout l’inverse. Les musiciennes ont bouffé un lion. Le set est d’une lourdeur qui mettrait presque à l’amende Electric Wizard. Les cordes sont énervées, la rythmique fracasse tout et pourtant l’ensemble est si cohérent et si intelligent. Ce n’est pas une fureur ivre de sens que nous livre Subrosa mais bien une plongée dans les ténèbres à la puissance émotionnelle et réfléchie. Comme en 2014, c’est une nouvelle fois un coup de coeur.
 
Queensrÿche :
Pendant ce temps sur la Mainstage 2, Queensrÿche distribue son Prog de papys. De papys ? Pas tant que ça. Le groupe à beau faire partie des meubles, certains de ses membres ont beau commencer à réellement accuser le poids des ans, l'efficacité est là à 100%. La foule est beaucoup plus dense que ce à quoi on pouvait s'attendre, et Queensrÿche réussi à ambiancer tout le monde, du quinqua qui attend Deep Purple jusqu'au gamin qui découvre le Heavy Prog. Une programmation audacieuse mais un pari réussi.
 
Devin Townsend Project :
"My name is Devin Townsend ! Are you ready for some awkward progressive metal ?" C'est comme ça que le Canadien ouvre son concert sur la Mainstage 1 avant de lancer Rejoice. Le son est excellent, aussi bon qu'en salle. La voix de Devin est parfaite, autant en clair qu'en chant hurlé, et le bonhomme s'en sert pour ambiancer le public : toujours dans le quatrième degré, il blague entre les morceaux ("vous savez ce qui est cool ? Nous on est à l'ombre !"). Quant à la setlist, elle ressemble malheureusement à celle que nous avons déjà pu voir au début de l'année lors de la tournée avec  Between The Buried And Me et Leprous. Mais c'est si bien fait qu'on se laisse faire sans rechigner.
 
Dodheimsgard :
Dodheimsgard s'annonçait comme un show à ne pas manquer pour tout fan Black Metal avant-gardiste. Les Norvégiens grimés de jaune, noir et blanc s'avancent sur scène et envoient une intro orientaliste, psychédélique avant que les guitares ne se mettent à parler. Et si la curiosité était piquée au vif, malheureusement le son des nordiques ne fut pas au rendez-vous. Une basse envahissante, des riffs beaucoup trop enfouis et inintelligibles, et au final une déception pour ce qui aurait pu être l'un des concerts les plus surprenants de la journée. 
 
PuissanceLoup :
Quoi de mieux en plein après-midi ensoleillé que d'aller prendre l'air vers les Mainstages ? Bof ? Non non mais là on parle de PuissanceLoup, autrement dit du Puissance (pardon, Power) Metal à base de corpse paint et de loups-garous, du « Alleluia » à toutes les sauces et surtout une bonne humeur communicative. Avec des tubes pleins la set-list (We Drink Your Blood, Resurrection By Erection,...), et un frontman qui s'improvise prof de chant du public, comment ne pas adhérer au set des Allemands ? On se prend très facilement au jeu et le groupe en redemande, lançant de plus belle ses claviers des cathédrales et ses rythmiques ultra-prenantes. Et que ça danse avec ses potes ici, que ça arrose tout le monde par là, en somme un public gonflé à bloc qui repartira avec le sourire et des refrains plein la tête. 
 
Tagada Jones :
En 2014 Tagada Jones avait sur-bondé la Warzone, une des raisons qui avait poussé le festival a refaire cette scène. Et bien en 2017 Tagada Jones fera de même ! C’est fou de voir autant de personnes pour un groupe français. Et l’ambiance est folle ! 10 minutes avant le début du concert le public slamme déjà. Après c’est sans surprise, le groupe déroule ses titres Punk, aux refrains faciles, mais oui il faut l’avouer c’est efficace et le frontman sait comment dynamiser le set.
 
Behemoth :
Même si la communication n'est pas le fort de Behemoth (on aura pas un "merci" ou un "c'est le dernier titre"...), les Polonais nous font néanmoins vivre un show grandiloquent qui ne laisse personne de marbre. Changement de costumes, faux sang qui dégouline de la bouche de Nergal, musiciens dissimulés par des masques cornus inexpressifs et glauques (sur O Father O Satan O Sun). Seuls les pyrotechniques paraissent moins impressionnants qu'ils ne le sont probablement réellement, car le groupe joue sur la Mainstage 2 à 20h et il fait encore grand jour... Le set de Behemoth n'en sera pas moins carré. Hallucinant de patate, Nergal mène son groupe avec passion et énergie le long d'un set irréprochable, principalement axé sur le dernier album en date, The Satanist.
 
Cryptopsy :
None So Vile, LE saint album de Brutal Death Metal joué en entier sur leur tournée et donc durant leur passage, c’est forcément un évènement qu’il ne fallait pas louper aujourd’hui. S'exprimant autant en anglais qu'en français, nos confrères québécois ont délivré un set parfait au son propre de bout en bout face à une Altar clairsemée souffrant forcément de jouer en même que le set Behemoth sur la Mainstage 2. Mais pour les amateurs, manquer une prestation à la fois variée, brutale avec une dose de groove et de violence viscérale, ça tenait du sacrilège. Le plus impressionnant dans tout ça c’est qu’on voit bien que ce groupe / album a influencé une bonne partie de la scène Deathcore, sauf que là on a clairement ce qui se fait de mieux avant que ça devienne n’importe quoi. 
 
Baroness :
Voilà une paire d’année que je n’avais pas revu Baroness sur scène. Sans être amateur des derniers albums, le groupe a généralement donné des concerts qui mérite le détour. Le début du concert sera mollasson, mou, fade, lent… et il faudra attendre la fin du concert pour que le groupe se penche sur ses premières productions et redonne un coup de fouet à son set, un peu tard.
 
Deep Purple :
Tête d'affiche de ce premier jour de festival, et légende incontestable du Rock au sens le plus large possible, Deep Purple rassemble bon nombre de chroniqueurs de Metalorgie, certains pour une heure et demi de passion béate, d'autre pour quelques titres en mode curieux. La Mainstage 1 s'est dotée d'un grand écran en fond de scène, qui diffuse des images du groupe différentes des écrans sur les côtés de la scène, détail non-négligeable vu l'affluence énorme autour de Deep Purple... Les Britanniques ouvrent leur set avec quelques titres récents, et même s'il est évident qu'ils ont une super forme et qu'ils n'ont toujours pas d'arthrite (surtout Don Airey aux claviers, LE virtuose de la journée), on sent que quelque chose cloche... C'est tout simplement que ce ne sont pas ce que les gens attendent de Deep Purple (même s'ils ont le bon goût de choisir des titres intéressants comme The Surprising ou Birds Of Prey, qu'on avait déjà salués dans notre chronique). C'est d'abord Strange Kind Of Woman, premier classique à être joué qui réveillera l'ardeur de la foule, puis Lazy, tous deux distillés au milieu d'une heure de morceaux récents. Puis vient le le final, une demi-heure de grands classiques incontournables : Perfect Strangers, Space Truckin', Smoke On The Water, Hush (avec l'ajout d'une bataille de solos entre Don Airey et Steve Morse) et Black Night...
 
Obituary :
Direction Obituary pour se réchauffer les esgourdes à coups de Death Old School. Sans surprise, les Américains livrent un live calibré où les vieux morceaux ont une place de choix. Avec une Altar bien remplie, les Slowly We Rot ou Chopped In Half trouvent un écho chez beaucoup de fans. Ralentissements, lourdeur des riffs, batterie tirant par moments sur le Punk, rien de nouveau sous le soleil mais ces papas du Death ont une fois de plus ravi leurs fans avec talent.
 
Electric Wizard :
Doom Fuzz et pattes d'eph en coucher de soleil, Electric Wizard s'apprête à prendre possession de la Valley et le terme « possession » est faible. Il plane déjà une très forte odeur de marijane dans l’air alors que le groupe foule à peine la scène et que les lampes des amplis Marshall commencent à chauffer. "Hear me, Lucifer !" Un Black Mass à réveiller les morts ne tarde pas à s’emparé du public sur fond de projections nsfw psyché-erotico-sanatico-sadomaso. Le son des anglais, très élevé comme à leurs habitudes, est très bien maîtrisé jusqu’au terme de l’heure de set accordé au combo clôturé comme en 2014 par Funeralopolis.
 
 
Marduk :
Au détour de la Temple, Marduk crie toute sa haine et déploie son imagerie guerrière à qui veut l'entendre. Rien de surprenant pour qui connaît un tant soit peu l'ardeur des Suédois. Bon, c'est méchant, pas très fin et la batterie est un peu trigguée, mais pour qui recherche une dose de Black rentrée dans le crâne à coup de Panzer, le show fait l'affaire sans extras particuliers.  
 
Rancid :
...And Out Come The Wolves est un album qui a régulièrement tournée sur ma platine il y a quelques années. Sans être un connaisseur de Rancid néanmoins, leur venue au Hellfest s'annonçait comme un des moments fort sur la partie Punk du festival. Et le contrat est remplit, le groupe va jouer anciens les titres (dont beaucoup de And Out Come The Wolves) et deux ou trois récents. L’énergie est là, le groupe semble s’éclater sur scène même si la machine est bien huilée. Bonne ambiance, énergie : Rancid donc?
 
Autopsy :
Autopsy n'est pas une tête que l'on voit souvent dans nos contrées, pas d'excuse pour rater les garçons bouchers du Death-Doom en cette fin de soirée. « We are Autopsy and we play Death Fucking Metal » : Chris Reifert annonce la couleur du haut de sa batterie et entame les hostilités. Et le sieur et ses sbires nous ont réservé un grand écart discographique, allant de Severed Survival en passant par Mental Funeral pour aboutir sur le dernier EP Skull Grinder. Quelque peu taquin avec l'audience éparse et un peu engourdie, le leader n'aura de cesse d'envoyer pain sur pain derrière les fûts tout en haranguant la foule de sa voix grasse. Tu t'endors un peu avec les pavés Doom-Death et leurs mélodies lugubres ? Compte sur Autopsy pour te caler des départs en trombe foutrement idiots mais efficaces qui font simplement remuer la tête sans réfléchir malgré la fatigue. Accompagnée d'un son très correct, cette rareté scénique aura fait son effet malgré une affluence injustement basse.  
 
In Flames :
Ne nous voilons pas la face : les deux derniers albums d'In Flames sont insipides, pour rester poli. L'épreuve du live avait tout pour effrayer, d'autant plus qu'on découvre que le groupe est agrémenté d'un claviériste full hipster, mais le groupe s'en sort finalement extrêmement bien. Les récents titres fades sont boostés par l'énergie de la scène et réussissent presque à passer inaperçus au milieu des vieux titres joués (Cloud Connected, Only For The Weak... même Deliver Us passe crème !). Seul bémol, le hit Take This Life, joué en toute fin de concert, est le titre de trop pour Anders Fridén. Son chant, vraiment en place sur le reste du set, était une preuve que l'évolution musicale du groupe n'est pas liée à la perte de ses capacités de screameur. Mais la fatigue d'une heure intense doit avoir eu raison de lui, et les refrains de Take This Life sont méconnaissables... Malgré tout, le groupe partait de loin et la surprise est très bonne pour clore ce premier jour.
A peine le show d’In Flames terminé que résonne dans les haut-parleurs des Mainstages le célèbre Black Hole Sun de Soundgarden. Un hommage non dissimulé à Chris Cornell qui nous a quitté il y a déjà un mois de cela.
 
The Damned :
"We are The Damned. Fuck brexit." C’est au punk-gothic de The Damned qu’il revient cette année de résonner sur la Warzone pour clôturer cette première journée. Les anglais, et tout particulièrement leur claviériste fou qui ne tient pas une seconde en place, déploient une forte énergie pour maintenir éveiller les festivaliers qui sont venus en nombre assister à leur prestation. Sous le regard de sa statue qui surplombe le côté Punk/Hardcore du festival, le combo londonien dédie Love Song, morceau d’ouverture de l’excellent Machine Gun Etiquette, à feu Lemmy Kilmister.
 
 
Le top 3 des chroniqueurs présent :
 
Bacteries : Subrosa, Rancid, Deep Purple
Pentacle : Subrosa, Electric Wizard, Verdun
Max : Cryptopsy (1er ex-aequo), Powerwolf (1er ex-aequo), Autopsy
Zbrlah : Devin Townsend Project, Deep Purple, Myrath
Meo : Electric Wizard, Monster Magnet, Red Fang
Nonohate : Cryptopsy, Electric Wizard, Autopsy
Julien : Rob Zombie, Behemoth, Avatar
 

Mercredi 15 mars 2017

Le Festival des Artefacts aura lieu à Strasbourg le 25 juin 2017 au Zénith de Strasbourg, on y retrouvera AnthraxTrust, Mastodon, Powerwolf, Flogging Molly et Royal Republic. Les places sont disponibles ici.

Jeudi 15 septembre 2016

Interview : c'est dans quinze jours qu'Epica sortira son septième album, The Holographic Principle (préco). Un album qui tape fort et qui, surtout, ne comporte que de vrais instruments pour les parties symphoniques, une première pour le groupe. Mais pour en savoir plus sur la genèse de ce disque, laissons la parole à Simone Simons (chant) et Mark Jansen (chant/guitare). Un entretien à lire ici.
Epica sera en concert au Zénith de Paris le 4 février 2017 avec Powerwolf (event FB / Digitick)

Mardi 09 août 2016

L'édition 2016 du Wacken Open Air venant tout juste de prendre fin, vous pouvez vous y replonger à travers plusieurs concerts visibles dans leurs intégralités sur Arte Concert avec notamment Triptykon, Entombed A.D. ou encore Bullet For My Valentine.

Le festival annonce déjà les premiers noms de l'édition 2017 avec Amon Amarth, Avantasia, Kreator, Mayhem De Mysteriis Dom Sathanas set, Paradise Lost, Heaven Shall Burn, Lacuna Coil, Powerwolf, Candlemass, Sonata Arctica, Hämatom et Saltatio Mortis.

Jeudi 31 mars 2016

Epica et Powerwolf seront de retour à Paris (Zénith) le 4 février. Les places sont en vente sur la Fnac. Event FB.

Samedi 05 mars 2016

Lonewolf (Power Metal - Claix) sortira son nouvel album intitulé The Heathen Dawn le 20 mai chez Massacre Records. Il a été enregistré au Microclimat Studio par Xaivier Sindt et c'est Charles Greywolf (Powerwolf) qui a pris en charge le mixage et le mastering. Voici la pochette réalisée par Péter Sallai (BattlecrossHammercultSavage Messiah).

Mardi 15 décembre 2015

Powerwolf sera en tournée européenne en avril :
02.04.16 - Clermont-Ferrand, La Coopérative de mai
06.04.16 - Toulouse, Le Bikini
07.04.16 - Cognac, West Rock
08.04.16 - Solothurn, Kulturfabrik Kofmehl (Suisse)
09.04.16 - Bomal-sur-Ourthe, Durbuy Rock Festival (Belgique)

Samedi 12 décembre 2015

Le Durbuy Rock Festival (Bomal, Belgique) vient de dévoiler les premiers noms qui composeront leur affiche des 8 et 9 avril prochains : Mass Hysteria, Korpiklaani, PowerwolfLe Bal des EnragésDo Or Die, Ithilien, Leprous et Voyager.

Mardi 24 novembre 2015

Napalm Records a mis en ligne un sampler de 25 titres (Draconian, Coal Chamber, Powerwolf,..), ça se trouve ici en cliquant sur "Download Sampler"

Mercredi 18 novembre 2015

18 noms se sont ajoutés à l'affiche du Graspop 2016 (Dessel en Belgique) il s'agit de : Megadeth, Disturbed, Dropkick MurphysForeigner, Down, Killswitch EngageSIXX:A.M., Pennywise, Powerwolf, Obituary, Paradise LostEisebrecherFirewindShining, Tesseract, Thy Art is MurderGod Dethroned et Norma Jean. Le festival se tient le même week-end que le Hellfest. 

Lundi 10 août 2015

Chronique avec Powerwolf et son Blessed&Possessed : " La formule reste la même ; une base de power metal, un peu de speed et de heavy, des paroles à base de loups-garous et une vingtaine de "Hallelujah" étallés sur environ cinquante minutes[...]"

Mardi 07 juillet 2015

Puissanceloup qui reprend Out In The Fields de Gary Moore, ça s'écoute dans la suite.

Samedi 27 juin 2015

Nouveau clip pour Powerwolf avec Army of the Night. Il se regarde et s’écoute iciBlessed&Possessed sort le 17 juillet chez Napalm Records. 

Mercredi 03 juin 2015

Napalm Records met en ligne un premier titre pour le prochain Powerwolf. Le clip de Armata Strigoi se regarde ici.