Albums du moment
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds
Pochette The Quiet Earth Pochette Impera
Chroniques
Pochette Zeit
Pochette Nera
Pochette Ecstasies of Never Ending Night
Pochette Myopia
Pochette Inward Pochette Esquive les Ruines

Titre : Manifest Decimation Année : 2013
Nombre de titres : 8
Acheter : logo amazon
Label : Southern Lord Recordings
Collection : 1 membre possède cet album.

Moyenne lecteurs : 16.63/20 (4 avis dont 1 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Les membres qui ont aimé Manifest Decimation aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Craipo 16 / 20 Le 06/11/2013 à 20H16

Je me souviens encore de cette foutue démo il y a cinq ans de ça. A l'époque le groupe impressionnait déjà à défaut de montrer une maîtrise à toute épreuve, peu aidé qu'il était, il est vrai - par une prod playskool qui fleurait bon la grosse dèche et le bricolage maison.

Puis pour être honnête j'ai totalement laissé tombé le groupe. Iron Age avait sorti son très bon The Sleeping Eye à une époque où Crossover Thrash et succès rimaient encore essentiellement avec Municipal Waste et un peu enterré mon intérêt pour leurs (très jeunes) voisins. Imaginez un peu la bonne surprise lorsque je retombe par hasard sur les premiers extraits de Manifest Decimation il y a quelques mois ça car ces types sont devenus tout simplement énormes.

On lit ici et là beaucoup de références à la scène crossover thrash originelle au moment d'évoquer ce LP. A raison. Mais ce qui fait l'immense force de Power Trip en 2013 c'est que si le groupe, qui vient bien plus du Hardcore que du Thrash, doit beaucoup à ses aînés aux cheveux longs ("Conditionned to Death" par exemple), oublier Integrity en route serait une énorme connerie. Car non content d'être féroce, bardé de killer-riffs et de refuser tout temps mort sans jamais flirter avec la zone rouge, Manifest Decimation se cape d'une aura de haine glaciale, directe et déshumanisée qui le fait allègrement passer de la troupe des gentils revivalistes à la cour des grands. Il suffit d'encaisser "Hammer of Doubt" en clôture du disque pour le comprendre immédiatement.

La branlée inattendue de l'année.