Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus
Pochette The Cabinet of Numinous Song

Biographie

Pond

L'histoire de Pond commence comme une vaste blague, lorsque des membres de Tame Impala, Nick Allbrook et Jay Watson, décident réunir des potes dans un projet où chacun jouera ce qu'il lui passe par la tête. Cela donne un premier album foutraque, Psychedelic Mango où, pêle-mêle, on retrouve du Bruce Springsteen, du Frank Zappa ou du David Bowie, tous sous ecsta.

Avec un line up interchangeable, Pond se structure néanmoins jusqu'à faire émerger une structure cohérente qui sortira coup sur coup Beard, Wives, Denim en 2012, et Hobo Rocket, l'année d'après, qui mèneront le groupe à la reconnaissance publique, bien aidé dans le même temps par l'éclosion de Tame Impala, avec lequel il partage 3 membres à l'époque.

Sans perdre son approche garage pop psychédélique bigarrée et kaléidoscopique, Pond sort Man, It Feels Like Space Again en 2015.

Chronique

14 / 20
1 commentaire (14.5/20).
logo amazon

Man, It Feels Like Space Again ( 2015 )

C'est peut-être leur sixième album, mais les mecs de Pond ressemblent toujours à d'éternels adolescents. Ceci posé, on ne pourra pas dire que Man, It Feels Like Space Again est l'album de leur maturité. Mais c'est une bonne excuse pour l'écouter avec un plaisir régressif certain.

Bizarroïde De l'aveu de Nick Allbrook, chanteur et guitariste, Feels Like Space... fut écrit avant Hobo Rocket, son prédécesseur, mais le groupe a décidé de prendre du recul, de le remettre à plat et de différer sa sortie. La volonté affichée était de retravailler ses textures pour lui apporter une touche plus dark. Hobo Rocket avait en effet tout du bordel spontané et un enthousiasme communicatif. Feels Like Space... voudrait donc s'affirmer à l'inverse comme plus tempéré et plus réfléchi.
Pari en partie perdu pour les Australiens puisque Pond manifeste toujours cette capacité à déclencher l'étincelle délirante qui embarque ses compositions dans des sphères pop bizarroïdes. La synthétique "Zond", qui n'aurait pas déplu outre mesure à Kevin Barnes (of Montreal) dans ses frasques vocales, n'a pas son pareil pour provoquer d'instinctifs déhanchements. Le titre est d'autant plus efficace qu'il succède à une lénifiante ballade "Holding out for You", exercice dans lequel, d'ailleurs, Pond n'excelle pas. "Sitting up on Our Crane" est un autre exemple pompeux qui colle peu à l'ambiance générale du disque. En revanche, la très disco "Outside Is The Right Side" figure en bonne place sur la piste avec ses wah-wah débridées ses sonorités spatiales. Sur Feels Like Space..., les synthés sont d'ailleurs globalement plus présents qu'autrefois, l'emportant largement sur les guitares, dans un souci d'élargir l'amplitude sonore ; ils contribuent ainsi à ancrer le disque dans une certaine idée des années 70. A l'inverse de beaucoup de groupes qui ont encouragé le revival actuel, Pond le fait bien, avec un effet immédiat.

Vitalité Si la filiation avec le grand frère Tame Impala est toujours audible, Allbrook&co aspirent de plus en plus à s'éloigner de leurs terrains de jeu traditionnels. En témoigne le morceau titre qui clôt le disque, et son outro psychédélique au prisme du kaléidoscope des Flaming Lips. En expérimentant, Pond s'amuse encore et divertit son auditoire. Il y a dans leur Pop suffisamment d'insouciance et de vitalité pour paraître honnête ("Elvis' Flaming Star"), pourvu qu'elle ne tombe pas dans la naïveté excessive ("Holding out for You", déjà mentionnée, ou "Sitting up on Our Crane").

Feels Like Space... est le premier album réellement travaillé de Pond, et ça se sent. Leurs compositions perdent en spontanéité ce qu'elles gagnent en richesse sonore. L'écoute n'est pas la même que sur Hobo Rocket ou que sur Beard, Wives And Denim. Mais le fond reste le même : du fun et un beau bazar.