Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo Perversifier

Biographie

Perversifier

Perversifier est fondé en 2009 par K. Desecrator (ex-PicturedDemonic OathAbnorm...) comme un one man band de Thrash / Black Metal. Très rapidement, le musicien enregistre une première démo, Thrash'n'Black Assault qui sort chez Devil's Blood Production, vite suivie par un split aux côtés de Hell Torment et de Guerra Total. En 2013, Perversifier devient un trio avec Max Abomination (Basse) et Glaurung (Batterie) pour sortir son premier album, Perverting The Masses. Le groupe split fin 2015 après un dernier concert à Rennes avec Slaughter Messiah et Hexecutor.

Chronique

Perverting The Masses ( 2013 )

L'artwork de Perverting The Masses le laisse peut-être sous-entendre, mais Perversifier n'a rien à voir un groupe de Crossover Thrash à la Municipal Waste misant tout sur l'efficacité, le fun et la déconne. Le but du groupe est tout autre et évolue davantage dans un registre Thrash / Black primaire et méchant, comme à la belle époque.

Pour cet album qui fait suite à la prometteuse démo de 2009, Thrash'n'Black Assault, ainsi qu'au split avec Hell Torment et Guerra Total, son auteur, Desecrator, s'est entouré de deux membres, Max Abomination à la basse et Glaurung à la batterie, pour un meilleur rendu sonore, plus organique. Perversifier est donc devenu un "vrai" groupe et demeure fidèle à sa ligne de conduite d'un trve metal sans concession fixé depuis ses débuts en ajoutant un nouveau méfait à sa discographie, constitué de neuf titres qui taillent dans le lard sans autre forme de procès. Musicalement, tu prends des riffs rapides et agressifs, une batterie machine de guerre et une voix braillarde et rocailleuse pour désintégrer en bonne et due forme tes amplis. La recette est super simple, connue de tous et a fait ses preuves dans les années 80. Mais elle maintenue en vie par ces groupes underground et continue de fonctionner grâce à une fougue et une énergie imparable. Côté influences, pas besoin d'aller fouiller très loin non plus, on pense au Thrash teuton d'il y a 30 ans, le big three (Sodom, Kreator et Destruction) et également à sa base fondatrice, Venom.

C'est sûr, Perversifier n'est pas très original, mais si vous écoutez ce Perverting The Masses, ce n'est certainement pas ce que vous rechercherez. Le but, c'est d'envoyer un bon gros Thrash / Black des familles en ode à la saturation, à la bière et à Satan. A ce jeu là, les Bretons savent y faire, car les compositions sont solides, sans temps morts (en dehors de l'intro et d'un interlude) et gardent sous le coude une énergie Rock'n'Roll cradingue très appréciable comme sur Alcoholic Necrolord qui fleure bon la sueur de Motörhead. Dans tous les cas, le disque est rempli ras la gueule de riffs excellents et inspirés (Under Hades Command, Killing Spree Pandemy) et se veut rythmiquement fulgurant et varié comme l'indique le bien nommé Evil Speed Thrashing Metal avec une pointe de soli dévastateurs (Raise The Black Fire).

A partir de là, que dire de plus? Tu veux un bon disque de Thrash / Black pour ventiler ta chevelure et secouer tes cervicales endormies par des groupes de prog' chiants? Perverting The Masses de Perversifier t'attend en CD chez Armée De La Mort Records et en LP chez Forgotten Wisdom Productions.

A écouter : Killing Spree Pandemy, Alcoholic Necrolord