Titre : What We All Come To Need Année : 2009
Nombre de titres : 8
Acheter : logo amazon
Labels : Daymare Recordings , Southern Lord Recordings
Collection : 11 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 11.13/20 (8 avis dont 7 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé What We All Come To Need aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Ajite 11 / 20 Le 17/01/2011 à 15H51

Gros fan des 3 premiers albums de Pelican, je suis super déçu par ce nouveau disque ; mou, monotone, répétitif, production assez terne. Je l'ai écouté encore et encore mais rien à faire, je ne le trouve pas complètement infâme (quelques riffs accrocheurs), mais vraiment en dessous de mes attentes.

burning frost 13 / 20 Le 28/03/2010 à 14H25

Houlà! Difficile à commenter cet album, d'un côté une innovation bien venue, de l'autre elle semble mal assimilée ou peut-être trop assimilée. D'un côté des passages sublimes, de l'autre des moments chaints.

Bref nous sommes face à un album qui possède tout et son contraire. A garder pour ses quelques moments fantastiques, à jeter pour ses pièces ratées.

Senti 9 / 20 Le 13/03/2010 à 10H50

Un album chiant comme la mort. Le chant n'apporte vraiment strictement rien. Les morceaux deviennent irritant au bout d'une minute tant c'est mou et rébarbatif. Ephemeral, sorti en même temps est autrement plus excitant. Comme si Pelican ne savait plus trop quoi faire, ou bien, voulait trop en faire.

Elrickh 6 / 20 Le 12/03/2010 à 07H29

Je suis très déçu par cet album, comme je l'avais déjà étais par le précédent d'ailleurs. Les compositions sont fades, ont dirait des mauvaises reprises de leurs anciens titres pour la plupart.
C'est un groupe que je vais donc arrêter de suivre et puis faut vraiment qu'ils changent de batteur.

Radioshack 13 / 20 Le 18/01/2010 à 00H21

ça devient de plus en plus chiant... Mais j'aime bien le petit côté stoner sur certains morceaux. Sinon mention spécial à The Creeper, Strung Up From The Sky mais surtout Final Breath et la voix de Allen Epley (The Life and Times, Shiner) avec les paroles issus du poème "My Love is like a Red, Red Rose" de Robert Burns (quelque peu modernisé par rapport au viel anglais).

"O my Luve's like a red, red rose
That’s newly sprung in June;
O my Luve's like the melodie
That’s sweetly play'd in tune.

As fair art thou, my bonnie lass,
So deep in luve am I:
And I will luve thee still, my dear,
Till a’ the seas gang dry:

Till a’ the seas gang dry, my dear,
And the rocks melt wi’ the sun:
I will luve thee still, my dear,
While the sands o’ life shall run.

And fare thee well, my only Luve
And fare thee well, a while!
And I will come again, my Luve,
Tho’ it were ten thousand mile."

//psychotic// 15 / 20 Le 17/01/2010 à 11H33

Un album de Pelican parais toujours impossible à décrire, donc si quelqu'un dois expliquer a quoi ressemble cet album, et bien il faudrait dire qu'il s'agit là d'un album de Pelican tout simplement.
Effectivement, cet album est assez basique. On est tout de même surpris lorsque on entend une voix lors de la chanson Final Breath. Un effort du groupe est donc présent. Cet album de dois pas se fier a la première écoute, car celle ci ennuie la personne qui écoute cet album, et cela par la simplicité des son et la répétition des mélodie. Pourtant au fur et a mesure de l'écoute on aperçois des progressions intéressantes entre les morceaux avec des parties plutôt mélodique ainsi que des parties plutôt rythmique et c'est un délice des les écouter encore et encore une fois que notre oreille y est habitué.
Cet album de Pelican n'est pas parfais tout de même, mais a le mérite d'être un très bon album et d'être écoute de nombreuse fois. Le post métal ne s'est pas perdu, cela se ressent. Mention spécial à Specks Of Light, ainsi qu'à Strung up from the sky, des chansons exceptionnelles a mes yeux !

blood mountain 11 / 20 Le 29/10/2009 à 20H45

Après une première écoute, je suis un peu déçu de cet album.

On retrouve la marque de fabrique de Pelican (ce qui est toujours aussi bon) mais après, pour moi, un excellent City of Echoes, je trouve que le groupe peine un peu dans les compos qui m'apparaissent comme répétitives et sans grand intérêt et ayant perdu le putch qui était sur le précédent opus.
On reconnaitra aisément la petite et brève intervention de Greg Anderson, album sur le label oblige, qui n'apporte pas grand chose à la musique du groupe.

Enfin ce n'est qu'une première écoute, en espérant que les prochaines seront meilleures.