Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump
Pochette Hier Déjà Mort Pochette Lost Empyrean
Chroniques
Pochette I, The Mask
Pochette Broken
Pochette Algorythm
Pochette Traveler
Pochette Rituals of Power
Pochette 2020 Pochette VLF
Découverte
Pochette Nosebleeds

logo Pagan Altar

Biographie

Pagan Altar

Line-up :

- Terry Jones (Chant)
- Alan Jones (Guitare)
- Trevor Portch (Basse)
- Mark Elliot (batterie)

Pagan Altar est une formation culte dans l’histoire du Doom puisqu’elle forme, en compagnie de Trouble, Pentagram et Saint Vitus, le carré d’as de ce qu’on a coutume d’appeler le Maryland Doom, le nom provenant du son si particulier des groupes de Doom originaires de cet Etat des Etats-Unis.
Pour autant, Pagan Altar n’est pas une formation américaine mais bien britannique, puisque fondée à Brockley en 1978 par les cousins Alan et Terry Jones. Très influencés par leurs compatriotes de Black Sabbath mais aussi par Uriah Heep, Deep Purple ou encore Jethro Tull, les deux compères recrutent des musiciens et se lancent dans le grand bain de la composition.
Il faut cependant attendre 1982 pour voir débouler Volume 1, premier album conceptuel centré sur la magie, la sorcellerie et l’occulte, aux paroles empreintes de satanisme. D’un point de vue musical, on a affaire à une forme primitive de Doom traditionnel de très grande qualité, aux relents Rock, Blues, voire NWOBHM.
Le groupe reste toutefois plus connu pour ses prestations lives, très proches d’une pièce de théâtre puisque exécutées en costumes au milieu de décors, scénettes, bref tout le nécessaire pour véhiculer au mieux les messages qu’entend faire passer la formation.
Malgré cela, le groupe finit par tomber dans l’oubli comme leurs compatriotes de Witchfinder General, victime de sa musique entre deux genres, pas assez Heavy Metal ni assez Doom.
Pourtant, plus de vingt-deux ans après, Pagan Altar fait un retour fracassant avec un nouvel opus, The Lords of Hypocrisy, centré cette fois sur le concept de l’inhumanité de l’Homme envers l’Homme. Les critiques couvrent d'éloges ce disque comme sorti des brûmes du temps.
Cette réapparition n’est pas qu’un feu de paille mais bel et bien une résurrection, puisque la même année sort un best-of, The Time Lord, suivi deux ans plus tard par Mythical & Magical qui là encore recevra un accueil dithyrambique.
A noter que la discographie du groupe ayant été maintes fois rééditées avec parfois des titres différents, il est par conséquent difficile de s’accorder sur le nombre réel de sorties officielles.