logo P.O.D

Biographie

P.O.D

Formé en 1992, Payable On Death, plus souvent appellé P.O.D. est l'un des groupes précurseur du Néo Metal. Pourtant, dès ses débuts, le groupe n'a pas reçu le même accueil que Korn ou Limp Bizkit. Ce n'est qu'avec la sortie de Fundamental Elements Of Southtown que le groupe perce après sept ans passé dans l'underground.
Les membres de P.O.D. sont croyants et le font savoir dans leur musique mélangeant Metal,  Hip-Hop et Reggae.

Chronique

14 / 20
13 commentaires (13.15/20).
logo amazon

Satellite ( 2001 )

L'histoire retiendra que ce n'est qu'à partir de leur sixième album que les membres de POD auront acquis une forme de reconnaissance de la part du consommateur métal. Il y avait déjà eu quatre albums sur des labels indépendants dont personne n'a jamais vu la couleur, puis il y a deux ans sortait " The fundamental elements of southtown " et là on commencé à entendre parler de POD. Ce qui a révélé se groupe c'est sans aucun doute leur tournée en première partie de Korn. La bande à Jonathan Davis ne s'était pas trompé sur le potentiel du groupe, car à l'heure où le neo-metal américain ne cesse d'engendrer des groupes moisis et incapables de la moindre innovation, c'est la vieille garde qui apporte un souffle nouveau au genre. Avec POD on passe à un autre niveau, celui du World métal. Car plus que le discours religieux c'est le brassage des cultures et l'ouverture sur le monde que l'on ressent en écoutant "Satellite". Cet album est définitivement celui de la sérénité et de la maturité pour POD. On y retrouvent les sonorités reggae présentes sur le précédant opus, bien heureusement ici il n'est plus question de mélange, les morceaux reggae (" Ridiculous ", " Without Jah, Nothin' ") et les morceaux métal (qui constitue la majeur partie de la galette tout de même) sont nettement séparés pour la plus grande joie de l'auditeur. On commence sur "Set it off ", tout de suite on remarque que POD a mis les moyens, gros son, beaucoup d'arrangements, utilisation de tout les effets possibles et inimaginables. The american touch en somme. La voix de notre ami Sonny est à son meilleur niveau, une sorte de mélange entre Zach de la Rocha pour les parties rappées et du chanteur d'At the drive-in (R.I.P). S'en suit "Alive " et son refrain hypnotisant, "Boom " se passe de commentaire, " Youth of the nation " pourrait très bien être l' " Another brick on the wall " de la nouvelle génération avec son chœur d'enfant sur le refrain. " Celestial " est pour le moins… céleste ! (Morceau instrumental de toute beauté), " Messenjah " représente le coté reggae de POD associé à leur métal puissant et grooviesque. "Anything right " semble être la synthèse de tout leur talent et le point culminant de l'album. Enfin " Without jah nothin' " vous surprendra avec son intro punk et son break reggae.
Beaucoup de choses intéressantes dans cet album vous l'aurez compris, et surtout a aucun moment l'impression de s'ennuyer, ce qui était courant avec les groupes de métal américain c'est dernier temps ! Ouf on respire le génie est encore présent de l'autre coté de l'atlantique.

A écouter : Alive - Youth Of the nation - Anything right