Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump
Pochette Hier Déjà Mort Pochette Lost Empyrean
Chroniques
Pochette The Sublime
Pochette Pantophobie
Pochette Berserker
Pochette I, The Mask
Pochette Broken
Pochette Algorythm Pochette Traveler
Découverte
Pochette Nosebleeds

logo Orchid

Biographie

Orchid

Orchid n'est plus, mais en seulement 3 disques, le combo s'est imposé comme un pilier de la scène emo hardcore, dont l'influence se fait sentir autant dans le screamo US que dans celui d'outre-Atlantique, en particulier en Allemagne (The Apoplexy Twist Orchestra, Louise Cyphre). Influencé par l'emo 90's way (Policy Of 3 en tête), Orchid est de ceux, qui dotés d'une force créatrice intense, donnent un nouveau souffle à un genre. Dès leur premier album en 2000 (Chaos Is Me), le groupe s'impose à travers une musique agressive et émotionnelle sans égal. Par la suite, Orchid ne fera que sublimer encore et encore son univers violent et cathartique. En 2002, l'album éponyme marque un terme à la courte et viscérale carrière des américains. Les membres d'Orchid iront jouer dans Ampere, Wolves et Bucket Full Of Teeth.

18 / 20
7 commentaires (19.14/20).

Orchid ( 2002 )

Ecrire un album éponyme est souvent une étape importante pour un groupe. Ici, il marque la fin de son existence. Trois petits tours et puis s'en va et déjà, Orchid est culte. Comment cela s'explique-t-il ?

Orchid s'est toujours attaché au genre qu'il a lui même révolutionné, en gardant les bases qui ont forgé son nom. Pourtant, chaque effort a apporté son plus, son feeling différent, et ceci est d'autant plus notable sur cet ultime disque plein de contrastes.

Orchid par Orchid est un filtre. La quintessence de la musique du groupe. Orchid épure la densité des majestueux Chaos Is Me et Dance tonight! Revolution Tomorrow!. Massif et concentré, le son atteint un certain paroxysme. Il existe un je ne sais quoi qui caractérise le son d'Orchid, une sorte de voile pluvieux qui se transforme parfois en ouragan, mais qui soutient une saturation tout le long. Saturation d'un tout, pas d'un instrument en particulier, qui laisse planer une ambiance sombre et desespérée.
De surcroît, Orchid extrêmise les éléments qu'il distille. En terme de durée (30 minutes, soit le double des disques précédents) mais aussi en terme d'inspiration mélodique. "None More Black" renforce ainsi les accents de "And The Cat Turned To Smoke" et "Tigers" communique un désespoir palpable, lent et lancinant, qui contraste avec ce que le groupe avait fait auparavant. Orchid va plus loin.
Quant à la voix, elle reste indéniablement la plus intéressante du genre, aigue et criarde, incisive et prenante, tout en restant desespérée et teintée d'espoir. Il est vrai que cet ultime production est plus lumineuse. Orchid y montre sa face la plus sensible, avec une touche très poétique, à fleur de peau. Les mélodies sont triturées jusqu'à plus soif ("Loft Party"), parfois ponctuées par des interludes moins éprouvantes. Orchid aére un peu le tout mais reste homogène. 

Orchid signe son Requiem. C'est l'éclosion finale d'un groupe incontournable dans la fleur de son âge. Le feeling dégagé par l'ensemble reste unique et jouissif, tellement classe que l'on ne peut que les laisser mourir en paix. Adieu.

A écouter : Indéniablement
18.5 / 20
4 commentaires (19.13/20).

Dance tonight ! Revolution Tomorrow ( 2001 )

Orchid a définitivement marqué les esprits avec le brûlot Chaos Is Me. Quid de la suite ? Orchid peut-il enfoncer le clou ? Réponse : Un Oui, franc et massif.

Orchid communique La Douleur, vive et profonde. Le combo distille la quintessence de la violence en musique en nous percutant d'une force inouie. En ce sens, il est fort difficile de sortir indemne des premières déflagrations sonores infligées par Orchid. Etourdi, on se laisse pourtant peu à peu dompter au fil des écoutes, que l'on devra multiplier, tant l'album est court (une quinzaine de minutes). Dance Tonight ! Revolution Tomorrow est une matrice emo violence, construite et déconstruite, qui mène au chaos. Le ravageur "Destination : Blood !" introduit la rapide et chaotique progression vers les abîmes. La puissance mélodique du groupe giffle, lacère et électrise pour générer une atmosphère à la fois mélancolique et violente, dont l'ampleur se veut de plus en plus pesante, de moins en moins soutenable. On croule sous les attaques courtes à la brutalité exacerbée ("To Praise Prothesis", "Anna Karina"). Au centre, le pilier - "I Am Nietzsche" - avec son introduction ouvrant lentement la soupape, ses passages chaotiques à l'énergie débordante et un final à couper le souffle, très caractéristique du groupe, comprenez des riffs tranchants, abrasifs et éthérés imparables. Du fil barbelé sur les chairs.

Sous son aspect extrême, l'album mélange à la fois des influences punk, une énergie purement rock'n'roll et dégage un condensé brut d'émotions diverses. Mais d'une manière générale, de Dance tonight ! Revolution Tomorrow s'echappe une atmosphère malsaine et dérangée. C'est d'ailleurs le principal sentiment perceptible en fin de course, un mélange de frayeur et de paranoïa. Un sentiment développé à son comble via "And The Cat Turned To Smoke", une terminaison sulfureuse et majestueuse qui cerne assez bien la ligne conductrice du disque. Rien ne peut vraiment décrire l'état dans lequel on peut se trouver au terme de l'écoute de cet ultime morceau.

Orchid signe une pièce maitresse et magistrale dans l'horizon musical hardcore et plus précisement dans le style estampillé screamo hardcore. Le seul reproche que l'on pourrait faire concerne la durée du disque. En encore... Si l'album avait été plus long, le propos aurait perdu en impact. Orchid a pour caractéristique principale d'aller droit à l'essentiel et c'est cela que l'on apprécie le plus chez eux : La spontanéité du moment présent.

A écouter : Du matin au soir. Et du soir au matin.
19 / 20
5 commentaires (19.5/20).

Chaos Is Me ( 2000 )

Après une série de split-albums aux côtés d'excellentes formations issues de la scène hardcore extrême (The Red Scare, CombatWoundedVeteran, Pig Destroyer), Orchid veut avancer de ses propres ailes. Revigoré et inspiré de ses diverses expériences, le combo est fin prêt à balancer ses propres bombes sonores avec une certaine cohérence et un propos singulier. Car nombreuses ont été les critiques acerbes face au soin relatif apporté aux paroles et au sens profond de leurs précédentes productions. Textes pseudo-révolutionnaires et énervés, mais finalement plats ? Il y avait de cela, mais Orchid a trouvé sa propre voie, incarnée par la philosophie d’Albert Camus et une de ses citations : "Today collective passions make us run the risk of universal destruction". Orchid ouvre le bal par "Orchid".

Une ambiance glauque, des gouttes qui tombent dans un hangar malodorant et mal éclairé, puis la première déflagration sonore fuse. Attendue mais surprenante, comme la lame d'une guillotine. La production laisse directement sa marque et vient se poser comme une partition forte de l'ADN du groupe. A moitié limpide, à moitié crade, le son leur colle à la peau et met en valeur une rage exacerbée. Une fureur matérialisée par des riffs abrasifs et étirés tout comme par le spectre vocal, mélange de fragilité et d'explosion ténébreuse. Puis tout s'enchaîne, avec une rapidité bouleversante et une colère intense dictée par une section rythmique totalement folle. Un STOP, "New Jersey Vs. Valhala", mais immédiatement c'est déjà l'heure du GO et des mélodies disséquées en accélérations et ralentissements. Fou !

A partir de là, l’intensité émotionnelle de la galette prend le dessus et offre perle sur perle : "Week And At The Fire Academy" et ses sonorités purement punk, "The Action Index" et sa basse désespérée qui annonce une montée en puissance de la guitare, et "Boys With No Arms" et sa mélodie introductive débouchant sur un pur chaos doublé de paroles drôles, mais finalement glauques et inquiétantes. Le point de non retour est atteint avec "Epilogue Of A Car Crash", bouleversante conclusion et morceau essentiel où le chant explose en larmes de feu.

Orchid livre un disque d’une cohérence absolue, d’une densité inouïe pour sa faible durée, mais aussi et surtout, la manifestation d’un talent déjà mythique dans la scène punk. Copié 1000 fois, distillant son inspiration jusque de part chez nous (The Death Of Anna Karina , Raein, The Apoplexy Twist Orchestra, The Flying Worker et un grand nombre d'héritiers screamo), Orchid ne sera pourtant que rarement égalé ou du moins surpassé.

A écouter : D'une traite