logo Opak

Biographie

Opak

Opak existe depuis 1999, formé par deux amis musiciens de longue date le groupe fait tout par lui même, à deux ils explorent des styles musicaux diverses comme l'électro, trip-hop, rock, ambient, ... Aprés plusieurs colaboration sur différentes compilations et une bande originale pour une exposition le groupe sort en 2003 sur Urgence Disks leur premier véritable CD : Prolog. Sublime... tout comme la suite qui voit le jour en 2005 : Two sleepwalkers on a tight-rope après l'enregistrement de quelques BO pour des court métrages.

Two sleepwalkers on a tight-rope ( 2005 )

Opak qui m’avait soufflé avec leur première production (Prolog) revient, toujours de façon très discrète, avec un second album : Two sleepwalkers on a tight-rope.
La seconde production de ces suisses vient confirmer leur talent et agrandir mon incompréhension quant à leur notoriété quasi inexistante. Le duo continue à explorer les sons, les ambiances et triturer les différents instruments, machines, […] pouvant leur passer sous la main. Les 9 titres de cet album vont nous faire voyager d’ambiances pesantes à d’aériens passages, du post rock vers, son proche voisin, l’électro. Le groupe habitué à réaliser des BO semble ici créer son propre film et fait défiler les scènes grâce aux différentes pistes. A la manière de Craig Armstrong, un autre habitué des BO, le groupe nous plonge dans son univers lors de longs morceaux ; parfois assez rock (comme Epilog) ou complétement électro (dewa che). Le duo s’est quelque peu affranchi de ses influences que l’on sentait encore très présente sur Prolog et a su se sculpter un rôle sur mesure.
L’album semble créer comme une histoire avec mise en abîme dans un univers très froid, synthétique voir futuriste avec dewa che, une fois cette immersion faites Opak vient jouer sur la corde sensible avec le magnifique couple Epilog / Hypoxic, qui sont être identiques semble être une même entité se prolongeant l’un sur l’autre, comme si l’on suivait deux personnages aux caractères semblables. Amplitude pourrait être la rencontre de ces personnages, rencontre qui ne se passerait pas au mieux vu la teneur du morceau avec le retour vers des sons binaires. Là s’en suivrait une longue agonie, une plainte, un râle quasi insoutenable à la manière du strident Radiomagnet. Omen symboliserais la renaissance, la fin de cette douleur, un retour à la vie grâce à une composition moins austère et bien plus rock. Et là surprise, avec le 7ème titre on est surpris, on ne comprend plus tout, un rebondissement dans l’action, une tournure inattendu, ce mystique « le paysage était d'une beauté scandaleuse » intrigue, véritable expérimentation sonore Opak marie ici parfaitement électrique et électronique et donne naissance a un second couple Looping / Landing breaking qui conclue ce Two sleepwalkers on a tight-rope dans une chaos étourdissant après une chaude intro presque dub.
Avec un second album très personnel Opak allie électronique et rock pour un résultat qui devrait enthousiasmer les amateurs du genre, moins orienté post rock que le précédent le groupe trace petit à petit sa route et on ne peut que les encourager à le faire. En attendant on se délecte de ce second opus fort réussi.


Pour

A écouter : Looping, Landing breaking, epilog

Prolog ( 2003 )

Les amateurs de Post Rock associent le plus souvent Post Rock à Canada, Godspeed You! Black Emperor et surtout le label Constellation en sont originaire. Il va pourtant falloir y inclure dorénavant la Suisse, le label Urgence Disks et surtout l’objet de cette chronique : Opak.
En effet ce genre musical encore jeune, peu connu semble avoir de plus en plus d’adeptes, tous amoureux de la musique et des sons recherchés et travaillés. Souvent sans chant, avec des morceaux de plusieurs dizaines de minutes parfois on est loin des standards FM et c’est tant mieux. Opak donne dans ce style, mélant électro, rock, ambiance et trituration en tout genre pour un résultat tout simplement bluffant de maturité. C’est en effet le premier vrai CD de ces deux gaillards, car oui ils ne sont que deux, le respect n’en est que plus grand.
Décrire la musique de Opak semble mission impossible, tout d’abord les influences sont multiples et les connaître, reconnaître toutes n’est pas dans mes capacités. Je citerais bien volontiers Godspeed You Black Emperor (Epilepscope), The Silver Mt Zion, Amon Tobin (Pentide), Radian, Mogway, Sigur Ros (Luminscence) ou encore Explosions In The Sky mais cela semble bien maigre face à la richesse de la musique d’Opak.
Car oui Opak est un peu de tout ça, mais on se rend compte que Amon Tobin et Mogwai n’ont pas forcément grand-chose à voir l’un avec l’autre ; l’un électro jazzy l’autre rock psyché ; mais Opak arrive au fil de ces 7 morceaux à une osmose quasi parfaite de la chaleur d’un piano mêlé a la dureté d’un beat électro saturé le tout agrémenté de son dont on se demande l’origine (Pentide). Le groupe tisse une ambiance à la fois douce, inquiétante, sombre, chaude, confortable et joue avec ces tonalités avec une aisance déconcertante.
Prolog est un album à posséder pour tous les amateurs de musique planante, douce et recherchée. Si vous aimez l’un des groupes cités dans cette chronique vous allez aimer, nul doute la dessus. Et si vous n’en connaissez aucun Opak semble être un bon moyen de mettre pied dans ce style magique… Affaire à suivre.

A écouter : du d