logo Oomph!

Biographie

Oomph!

Quand on parle de Metal Indus outre-Rhin, le nom de Rammstein s’impose avec lourdeur. C’est pourtant presque 5 ans avant que Oomph! prends vie avec un premier album éponyme sorti en 1991. Débuts très électro et brutal dans la ligné de Ministry, le groupe continue sur sa lancée avec Sperm, sorti 3 ans plus tard, en jouant la carte de la provocation avec un visuel assez suggestif, ce qui fait parler d’eux ! Les deux albums suivants, Defekt et Wunshkind, explorent des terres plus électrique, plus metalliques. Unrein sorti en 1998 est sûrement l’album le plus violent de leur discographie : visuel satanique et autres réjouissances sont au rendez-vous. 1999 est l’année du tournant : crucifix, hurlements, orgues et chants grégoriens sont mis au placard et Oomph! dévoile une facette plus lumineuse où mélodies et subtilités se partagent l’affiche avec Plastik où figure tout de même un duo avec Nina HagenEgo paru en 2001 pousse encore plus loin dans cette voie avec un son plus abouti, Oomph! a parcouru beaucoup de chemin dans l’ombre de leurs célèbres collègues en cultivant un son plus organique et sincère. En 2004 sort Whareit Oder Pflicht qui, comme à chaque fois, recèle d’un contenu imprévisible et bluffant, suivit en 2006 par GlaubeLiebeTod. Oomph! revient en 2008 avec Monster. son dixième album, après près de vingt ans de carrière.

Chronique

16.5 / 20
13 commentaires (16.62/20).
logo amazon

Wahrheit oder Pflicht ( 2004 )

Le métal industriel peut engendrer bien des monstres, aussi bien sur scène qu’en studio et, même si le public non germanique n’est pas nécessairement au rendez-vous, cet effort ne peut qu’en faire partie. Whareit oder Pflicht impressionne par bien des aspects, devait-on en atteindre moins de ce trio qui dispense samples cradasses et gros riffs depuis déjà 13 ans ? Le groupe a su évoluer et s’est parfois un peu perdu dans ses expérimentations sonores mais ici l’évolution s’approche plus de l’assimilation : les incursions dans divers styles sont digérées, la leçon est retenue et appliquée … Diversité et efficacité règnent en maître sur cette petite merveille. La totalité de l’album est chantée dans leur langue maternelle et pourtant celle-ci est plus fluide, plus vivante et moins rude que chez Rammstein. On serait tenté de les ranger dans deux tiroirs différents Oomph! s’éloignant beaucoup d’un métal indus « traditionnel » où riffs répétitifs et rythmes binaires s’accouplent contre l’avis de leur parents (désolé …). Malgré tout, certaines compos demeurent dans cette tradition (Tausend neue lügen)mais sont largement allégée par de séduisants refrains qui dérouteront peut-être les novices de par la voix particulière de Dero (un chant qui pourrait se rapprocher de celui de Burton C. Bell de Fear Factory sur les parties chantées).
Un versant plus éclairé par NIN fait également jour : quasi absence de guitares, seuls claviers et samples soutiennent un chant doux et sincère ( Im Licht et le magnifique morceau caché I’m going down). On sent que les élucubrations de The Fragile ont eu un fort écho chez les trois teutons. Mais là où Oomph! excelle et applique la totalité de son potentiel, c’est dans l’exercice de SON métal indus, un style qui leur ai propre et qu’ils ont forgé peu à peu en empruntant à tout les styles, quels qu’ils soient. Créative et respirables est la bonne parole dispensée par le groupe. Augen auf, Dein Feuer ou encore Wenn du weinst sont autant de petit bijoux qui, bien que ne brillant pas par une originalité sans failles, font office d’incontournables … grattes flirtant avec les envolées korniennes, puissance et groove, en un mot efficacité (c’est la fosse qui bientôt souffrira). Un rendu entre ombre et lumière se retrouvant à tout les niveaux mais surtout à celui du chant partagé entre partie impressionnantes de clarté et délires vocaux maniaques et torturés. Les compos vont même jusqu’au limite d’une pop hybridée avec une agressivité à peine contenue. Sex hat keine Macht et Der Strom se font digne représentantes de la face la plus mélodique du groupe qui prédominait sur les deux albums précédents. Mention « bombe en puissance » pour Dein Weg, qui je ne sais exactement pour quelle raison heurte plus violemment ma sensibilité : refrain violent et haché, samples distordu qu’on croirait tout droit sortis d’une chanson des 80’s, montées en puissances émoustillantes … ils ne lésinent pas sur les moyens pour bousculer mes neurones.
Les expériences n’effraient pas Oomph!, leur parcours en ai l’explicite reflet, pourtant cette album m’apparaît plus comme une synthèse de leur œuvre, ou la violence des premiers efforts rejoins la douceur des plus récents. Ils ont peut-être atteint une forme de maturation, si c’est le cas, on ne peux que se réjouir. D’un autre côté ce n’est sûrement qu’un palier, l’inconnu entretient ses charmes. De part et d’autre nous en sortiront à coups sûr séduit. Pour les plus rapides, une version collector apporteront encore une raison de plus de leur voué un culte avec trois titres inédits en anglais (dont le magnifique Nothing) et le déroutant clip de Augen auf.
Du spielst gott … il semblerai qu’ils ne s’en privent pas, les nouveaux fidèles devraient bientôt accourir.

A écouter : Dein Weg, Augen auf, Sex hat keine Macht, Dein Feuer