Chroniques
Pochette Probables
Pochette Relentless Mutation
Pochette Lese Majesty
Pochette Sonic Citadel Pochette War Music

Biographie

Lille. Dans le Nord de la France, Oddism prend ses origines en 2014 avec un premier EP autoproduit The Odd One. Officiant dans un (Post)Hardcore un brin classique à ses débuts, le combo poursuit sa route avec ALONE l'année suivante et un premier album, clairement Mathcore, Dance In the Maze, fin 2017.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Dance in the Maze ( 2017 )

Il y a maintenant quelques années, une foule de groupes s’orientaient vers un Hardcore Chaotique et sortaient une vague d’albums cultes : Bless the Martyr and Kiss the Child pour Norma JeanWe Came The Romans de BotchMiss Machine de The Dillinger Escape Plan ou plus simplement les premiers Converge. Tous différents, mais avec un amour des changements de rythmes saccadés, de cassages de nuques. Nous avions eu quelques relents sur le territoire français avec le très bon How Hate Is Hard To Define de Plebeian Grandstand un peu plus tard, mais certains n’ont pas éteint le flambeau, comme le prouve Oddism avec Dance In the Maze.

Difficile de passer après autant d’années, surtout qu’au final les gens ont tendance à murmurer souvent les mêmes noms, et ce même si toute nouvelle formation donne le meilleur d’elle-même. On en retiendra aussi quelques noms plus obscures (Playing Enemy) mais Oddism semble décidé à prendre toutes les cartes en main pour faire la meilleure impression possible : de l’entrée en matière bruitiste de « Foul Scale » rappelant légèrement un « Memphis Will Be Laid To Waste » avec ses plans millimétrés, « Lost Sleeper » s’essayant à des variations vocales entrecoupées de larsens, c’est un opus hétérogène mais aussi malheureusement un brin prévisible que livre Oddism.
L’effet « Chaoscore » n’est en effet pas surprenant. On devine que l’on sera malmené, chahuté, et on s’y attend tellement que des titres comme « Golden Heavens » seront l’attendu, dans un style qui veut que l’on soit déstabilisé. L’absence de schémas sera classique et les musiciens connaissent bien les ficelles inhérentes au genre, ce qui permet au disque de ne pas s’auto-étouffer : on parlera encore d’efficacité, qui est au final un minimum, mais qui bénéficie d’une production assez clean sur son ensemble (« Golden Heavens » justement).

Soyons fou. Prenons le disque à l’envers, laissons-nous bousculer par « Young Bones », puisqu’au final c’est en cela que Oddism s’en sort le mieux : créer des morceaux syncopés, et la partie instrumentale s’y évertue. Que l’on compare aux noms précédemment cités ne serait pas un décalage avec la perception que l’on peut avoir de Dance In the Maze, même si l’on aurait pu souhaiter un grain de folie un peu plus développé sur l’ensemble que la trop calme « Dum Anima Est ». Néanmoins, reconnaissons l’une des vraies qualité de cet opus, à savoir proposer des sonorités qui se font un peu trop discrètes actuellement, et ne pas en faire un brouhaha inécoutable, et ce sur un premier album. Le résultat est là, clairement, surtout si l’on prend en comparaison les deux premiers EPs beaucoup plus classiques.

Bon, pour les fans de la période early-2000 de Norma Jean, The Chariot ou Converge, voire même des délires capharnaümiques de Botch, Oddism livre avec Dance in the Maze tous les éléments attendus pour relâcher un opus chaotique au possible. Certes, on aura toujours l’envie de s’acoquiner avec les classiques, mais une petite entorse aux habitudes ne fait pas de mal parfois.

A écouter : Foul Scale - Aegroto
Oddism

Style : Chaoscore / Mathcore
Tags : -
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 1 amateur Facebook :