Chroniques

Tell-Tale Hearts Seas
4.5 / 5
1 commentaire (18/20).
logo amazon

Tell-Tale Hearts ( 2013 )

La première écoute fut décisive : Tell-Tale Hearts est au premier abord intrigant et donne envie d’y retourner très rapidement. Ce nouvel EP de Now, Voyager s’évertue à montrer plus de facettes du combo que Seas, avec notamment diverses ambiances axées autour d’un Metal moins foufou que sur son prédécesseur.
Des passages avec quelques airs de Thrice entremêlés de cassures rythmiques bondissantes prépondérantes au genre (l’excellent « Where We’ll Start ») aux aspects plus aériens de « To the Heart » rappelant Devil Sold His Soul ou Rinoa, le combo met du coeur à l’ouvrage, avec beaucoup de passion (les choeurs du dernier morceau, classiques mais efficaces) et une prod assez imposante tant dans les moments plus légers que les plus massifs.
Il est d’ailleurs délicat d’en sortir un titre plus marquant qu’un autre ou de trouver une faute : Tell-Tale Hearts est homogène et se renouvelle suffisamment en une quinzaine de minutes pour éviter de tourner en rond après les dix premières écoutes. Avec force de conviction, Now, Voyager mélange chant clair et hurlé, passages 100% Metal catchy et bouffées d’air frais. Tout ceci avec quelques intros / outro de morceaux posant les ambiances et une ligne vocale qui tient la route sur la longueur (même sur les alternances sonores du frontman). Rien à jeter, tout est parfaitement calé jusqu’à la moindre mesure.

Bien plus riche et prenant que SeasTell-Tale Hearts s’avère une excellent mise en bouche pour découvrir Now, Voyager en attendant un premier LP. C’est d’ailleurs une belle surprise si l’on compare au constat que l’on pouvait faire sur l’EP précédent tant l’évolution est marquée.

3.25 / 5
0 commentaire

Seas ( 2012 )

Une invitation à voyager en douceur ? Pas sûr vu l'orientation musicale de Now, Voyager. Metal rythmé et bondissant, influencé par une vague US qui cartonne depuis des années, les compos de Seas n'auraient pas dépareillées sur une galette de Every Time I Die ou The Dillinger Escape Plan, le côté "modulation de voix" en moins. En somme, un mix entre Hardcore'N'Roll, Post-Hardcore (bien que ce terme soit légèrement exploité pour tout et n'importe quoi) ou bien Metalcore Syncopé. Si ces styles en font rêver plus d'un, ceux-ci trouveront leur compte sur cet EP des Belges : Tout y est pour faire un combo gagnant : gros son, cassures de rythmes, quelques passages à double-chant (dont je doute encore de l'utilité - sur "Foundations"), d'autres plus posés et frontman qui maîtrise son organe pour insuffler quelques agréables variations.
Heureusement, dans cet océan de fureur, Now, Voyager incorpore quelques instants plus aériens ("Tabula Rasa" ou "Seas") qui montrent que le groupe sait aussi faire preuve de poésie, même si la rupture peut se faire assez nette et déconcertante. Ces 2 titres sont de bonne facture, mais manque d'un petit quelque chose pour véritablement transporter ou ravir l'auditeur.

Même si l'ensemble tient la route, la spontanéité de Now, Voyager se voit entachée de quelques passages plus prévisibles - sans pour autant être inintéressants - qui font immédiatement penser aux cadors d'outre-Atlantique (les cassures de "Seas"). On notera aussi le double chant de "Foundations" (dont l'effet dépendra de l'auditeur) assez classique ou les plans parfois purement typés Metalcore, même si heureusement souvent au-dessus de la moyenne.

Alors si l'on omet la grosse filiation avec The Dillinger Escape Plan, que reste-t'il ? Un bon gros EP catchy avec quelques passages malheureusement maladroits. L'ensemble tient la route et s'écoute agréablement, même si ce sont clairement des titres comme "The Surface" et "To Every Beginning" qui retiendront notre attention sur les premiers passages.

Now, Voyager

Style : Metalcore / Metal
Tags : - -
Origine : Belgique
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :