logo No Place For Soul

Biographie

No Place For Soul

No Place For Soul est déjà bien installé en Bretagne mais il aura fallut attendre 2002 pour que le groupe sorte un album afin de conquérir la France entière avec un métal-indus des plus fracassant. 2 démos, des textes percutants et une musique explosive auront permis au groupe de signer sur Enragés Prod. Malheureusement le groupe met fin à sa carrière à la fin de l’année 2003.

Chronique

14.5 / 20
3 commentaires (14.83/20).
logo amazon

Full Global Racket ( 2002 )

No Place For Soul donne dans le métal-indus et la comparaison avec Mass Hysteria n'est pas fortuite, mais on fait pire comme référence ! En effet de Mass Hysteria No Place For Soul à la fougue, la puissance et cet alliage détonnant de machine et de métal ; mais restreindre No Place For Soul à un ersatz de Mass Hysteria serait une bien grande erreur, Full Global Racket est bien plus agressif, fait appelle aux machines de façon intensive (et avec brio) et les textes bien plus acide que les hystériques.
Les 10 titres (dont 2 issues de leurs 4 titres) regorge de perles électro-métal, Autocritique par exemple avec des samples hypnotisant ne vous permettra pas de rester statique à son écoute ; A.I.M. avec une intro digne d'un groupe de hardcore techno fera de même, rage, fureur, que ce soit en anglais, espagnol ou en français le message passe sans que l'on est à se pencher sur les paroles. D'ailleurs parlant des paroles elles aussi enragées, le groupe aborde le thème de la mondialisation comme peu de groupe l'a encore fait, des textes instructifs et extrêmement bien ficelé.
Et ce sont certainement ces mots : fureur, rage qui décrive le mieux la musique de No Place For Soul. Techno, Indus, Métal sont fusionnés dans une explosion qui ne laissera pas grand monde de marbre. Fan de Mass Hysteria, Crossbreed ou de Prodigy (dont le groupe fait une reprise bien sentie sur No Perfection) ruez vous sur ce skeud. On pourra tout de même reprocher un son de guitare qui devient de plus en plus classique, certainement à imputer la production Weber qui a tout de même fait un travail énorme sur ce disque mais que l'on retrouve sur beaucoup de groupes.

L'écoute de cet album nous fait frémir à l'idée d'un live, vivement que le groupe viennent dispenser sa bonne paroles et sa zic sur vitaminée dans toutes les salles de France, ce qui ne devrait pas tarder vus la qualité de ce Full Global Racket.

A écouter : N.P.F.S. - Autocritique - No Perfection