Albums du moment
Pochette Glow On
Pochette Wildhund
Pochette Anabasis Pochette In Transmission
Chroniques
Pochette Exhumed Information
Pochette Savigaila
Pochette How To Tune A Parrot
Pochette Lower forms of life Pochette Welcome To The Nightmare
Découverte
Pochette No Way

Titre : Bad Witch Année : 2018
Nombre de titres : 6

Tracklist
01. Shit Mirror
02. Ahead Of Ourselves
03. Play the Goddamned Part
04. God Break Down The Door
05. I'm Not From This World
06. Over And Out
Acheter : logo amazon
Label : The Null Corporation
Collection : 2 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 13.67/20 (6 avis dont 3 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

James Sunderland 17 / 20 Le 28/07/2018 à 22H13

Pour le coup je trouve pas que ça soit le plus recherché de la trilogie, mais c'est celui auquel j'accroche le plus, une ambiance plus immédiate et plus sombre que les deux autres. Après j'aurais bien aimé qu'il aille plus loin dans les deux dernières pistes, elles finissent un peu trop vite. Shit Mirror, Ahead of Ourselves et God Break Down the Doit sont des grosses tueries. Une belle conclusion mais j'attends quand même la suite !

Staphylin 16 / 20 Le 08/07/2018 à 00H07

Album très inégal

D'un côté "Shit Mirror" (le refrain) est incroyable et serait à garder si un jour un best-of de nin voyait le jour
I'm Not From This World dégage quelque chose d'incroyable si on se plonge réellement dedans. Non ce n'est clairement pas que du bruit. C'est peut-être même l'une de ses meilleures instrumentales et elle aurait eu sa place sur, soyons fou, Broken. Vous me direz "mais tu dis n'importe quoi, Broken c'était que des guitares violentes, ça c'est long et du bruit ça n'a aucun rapport." Faux, l'univers de Broken était sombre, flippante, malsaine, et cette longues instrumentale colle à l'univers Broken, elle est même carrément flippante. C'est même la chanson la plus flippante que Trent a jamais fait.

Le reste en revanche...
Très long, très calme, très ennuyant, avec trop peu de bons moments (les saxophones sur Play the Goddamned Part).
Atticuss Ross était déjà avec Trent depuis With Teeth, l'officialisation ne change rien à son rôle, et je pense qu'il apporte un plus, mais le Trent n'a plus d'inspiration et ça se ressent, et les fans le lui ont dit. D'ailleurs, il repousse ses sorties à cause de cela. Les plus grands fans se rappeleront du "suck my entire cock" lancé de Trent quand un fan lui a reproché de repoussé la sortie de ce disque uniquement par manque d'inspiration.

Le saxophone qui était apparu déjà sur la chanson de NIN Purest Feeling en 1988, qui était revenu sur le titre de Trent de la BO de Lost Highway "Driver Down", et qui revient une nouvelle fois en temps qu'instrument fétiche de Trent (après entre autre, le tambourin (2005), le marimba (2008) et le swarmatron (2010) vient s'imposer ici comme pour refermer la boucle lancée par ce Purest Feeling en 1988. 30 ans de carrière.

Ahead Of Ourselves a une batterie qui sonne bien, y avait de quoi faire quelque chose de bien, c'est drôle à quel point on a l'impression que le morceau dure 15 minutes alors qu'il ne dure que 3 minutes. Il est long car à part ce son de batterie, rien de beau à montrer.
God Break Down The Door est à jeter et Trent est bien le seul à ressentir "la magie Bowie dessus", nous on s'emmerde.
Over And Out a l'intro la plus cool que NIN ait jamais fait, et retombe ensuite comme un flan périmé sorti du four. Sauvé quelque peu par la voix de Trent qui vient un peu sauver les dégâts.

Dans l'ensemble, il y a 2 titres à garder pour son Ipod.

Au final, sur ces 3 EPs, on a quand même eu des très très bons titres (Burning Bright, Less Than, Shit Mirror, I'm Not From This World) qui sont toujours un plus à rajouter à la très longue liste des oeuvres marquantes de l'identité Nine Inch Nails.

SLYCORE 8 / 20 Le 01/07/2018 à 14H56

Je suis assez déçu de cet album. La production ne me semble pas à la hauteur. Le son est très bas et étouffé sur quasiment l'ensemble de la galette. Un comble pour nine inch nails. Tout se noie sous un océan de saturation qui ne parait pas utile. Niveau créativité, 6 titres c'est déjà court mais quand la plupart des morceaux sont de longues plages répétitives de sons déjà entendues chez Nine inch nails, on ne peut que se rendre à l'évidence: Trent est en grand manque d'inspiration.
De préférence il vaut mieux écouter l'ensemble de la trilogie comme un seul album, pour faire passer la pilule.