Dimanche 22 juin 2014

Retour sur le samedi au Hellfest ! (Pour vendredi : photos, report)
Pour samedi : nos photos (groupes et public / ambiance).

Et pour la journée en direct RDV sur Twitter

Compte rendu du samedi :

Seconde journée présidée par Aerosmith et Deep Purple sur les mainstages. Comme vendredi le soleil est radieux, les ventes de biafine ont dû augmenter dans l’agglomération clissonaise…

Démarrer très très fort avec Benighted, c’est toujours un challenge qui mérite d’être relevé sur les coups de midi. De quoi se mettre dans le bain direct et se faire péter quelques dents. Après tout le monde connait déjà le truc : les mecs tout sourire, du blast, du gruik c’est plié / remballé. Petit final sur un Slut qui va bien et c’est hélas un peu vite torché. On aurait bien voulu Spit avec en featuring Niklas Kvarforth de Shining qui jouait plus tard dans la journée.

Borgne n’en a strictement rien à foutre. Une ouverture qui ressemble à du Darkspace, regards haineux, Black Metal froid et nihiliste, tout est fait pour laisser de côté un public non-connaisseur qui aurait osé s’aventurer en dehors des mainstages. S’en était délectable.

Tout ne pouvait pas être parfait, et c’est avec Skid Row que nous auront droit à une légère déception, tant les titres cultes du groupes seront joués presque timidement par les cinq américains. Monkey Business, Slave To The Grind, Youth Gone Wild… sur lesquels Johnny Solinger s’évertuera à chanter pourtant à la perfection, mais il manquait un petit quelque chose, surement le charisme de Sebastian Bach, pour faire la différence. Ce qui nous fera regretter la performance de ce dernier en 2013.

Supuration, le pendant death de S.U.P viendra défendre son dernier méfait, CU3E, sous une Altar complètement possédée par la panoplie de riffs death technique et les plans progressifs d’un groupe qui fait finalement ce qu’on pourrait appeler du death intelligent comme personne (à part Gorguts ?). Ils sont tellement rares en festival que ça aurait été franchement dommage de passer à côté d’une telle claque. Gojira ça vous dit quelque chose ? Et bien ma main à couper que le combo de Bayonne a déjà entendu parler de Supuration tant les similitudes entre les deux groupes crèvent les yeux...

Burning Heads fête ses 25 ans sous le soleil de la Warzone, parfait pour débuter la journée. Les vétérans jouent devant un public encore clairsemé (ça sera d’ailleurs pas mal le cas sur la journée pour les groupes punk-rock), mais assurent avec énergie et dynamisme.

Première découverte de la journée, Subrosa a déchargé son stoner/doom grassouillet, pas très loin d’un Kadavar dans l’esprit 70’s. Voix féminine pas toujours calée avec l’orchestre mais capable de belles fulgurances. Les deux violons donnent un aspect baroque, voir lyrique intéressant. Les mormons (from Salt Lake City) ont fait preuve d’un beau feeling lourd, mélancolique et consistant. A revoir en salle à l’occasion.

Même tranche de gras, mais cette fois-ci pour le côté Death Metal de la chose avec Incantation qui réalise un concert net et sans bavure qui fait évidement effet pour les amateurs d’old school avec en bonus des titres de Dirges Of Elysium qui vient juste de sortir.

Encore du Punk-Rock, cette fois-ci suédois, avec Misconduct. Le groupe motivé semble même un peu déçu par l’apathie du public. Le chanteur avec inscrit “Stage Dive?” à l’arrière de sa gratte et le second guitariste joue avec le public, les photographes, … Le groupe indique aussi qu’il tourne son prochain clip lors du concert.

Plaisir coupable avec We Came As Romans. On se dit qu’il y a des bonnes choses (des lignes mélodiques, certains refrains, des moshparts efficaces), mais bon dieu, il faudrait que le second chanteur en voix claire façon American Idol soit crucifié pour de bon, tellement il gâche beaucoup de titres de part son organe horripilant. Mais si l’on fait abstraction de cela, l’ensemble est largement correct pour les groupes récents de la scène Metalcore.

Autant le dire de suite, Extreme n’avait pas entamé de la meilleure façon son set sur la Mainstage 1 : un Gary Cheronne avec la voix encore à l’échauffement qui avait du mal à chanter avec justesse, et Nuno Bettencourt qui foirait magistralement un plan en tapping à la fin de son premier solo… Cette Decadence Dance fut donc bien massacrée. Heureusement ces défauts furent rapidement gommés, ainsi qu’un son mettant la batterie bien trop en avant, et le reste fut parfait  : un gros enchainement de leurs tubes, même si nous n’aurons pas eu droit à l’intégralité de Pornograffiti tel que promis par la banderole du groupe en arrière plan. Mais nous auront droit à l’essentiel avec Get The Funk Out en final avec le vol du bourdon magistralement exécuté en intro, (She’s A Monster, Hole-Hearted et surtout More Than Words, repris en chœur par une grande partie du public pendant l’intégralité de la chanson. On notera au passage une altercation entre Nuno et un spectateur, et ce dernier fut gratifié par le premier d’un geste obscène.

Toujours placé sous la Valley, Witch Mountain a fait le taff, étalant son doom/sludge adipeux et lancinant, parfois un peu longuet, satisfait dans sa lourdeur, néanmoins bien agencé, efficace et rythmiquement plutôt monumental. Tout ça manquait simplement d’un zeste d’originalité.

Direction Warzone - une fois n’est pas coutume - pour capter le set de Bl’ast, comprenant des éléments d’importance tels que Nick Oliveri (ex-Kyuss/ex-Queens Of The Stone Age/Mondo Generator) et Joey Castillo (Queens Of The Stone Age, Eagles Of Death Metal). Grosse attente donc, pour un résultat un peu mitigé, le groupe alternant le très bon avec le moins bandant, les ricains suffisamment alcoolisés se sont contentés d’envoyer la sauce sans chercher la moindre subtilité, devant une Warzone toujours bien trop clairsemée.

A partir du moment où tu aimes Acid King, alors ça reste quasi-indispensable à voir en concert. Le trio est en forme, le son impeccable rendant avec justesse le chant de Lori S. qui joue grandement dans l’appréciation de leur Stoner / Doom psyché. Un très bon concert des californiens que le public de la Valley semble avoir beaucoup apprécié.

Il est 18 heures, il fait chaud, et Dagoba fait du Dagoba, pas de doute possible. Les fans apprécieront la purée qualité mousseline que le groupe balance sans pitié sous une chaleur insupportable. C’est carré, fort et un peu bas du front, et pas franchement mémorable, mais la prestation est à la hauteur de la réputation scénique du groupe, qui s’améliore d’années en années.

Voir Status Quo a l’affiche du Hellfest avait quelque chose de surprenant, suffisamment pour aiguiser la curiosité et pousser jusqu’à assister à l’intégralité du show de ces papys du Rock, alors même que nous ne connaissions, comme très certainement une grosse majorité du public, qu’un seul de leur titre, In The Army Now. Nous y aurons droit, évidemment, et ce fut un des moments forts de la journée sur la Mainstage, avec le public partant en sing-along. Mais le reste de leur set fut à la hauteur, le groupe délivrant un Rock ne pouvant pas forcément être qualifié de “hard”, mais avec suffisamment de conviction et surtout de plaisir pour convaincre l’audience.

Et tout à coup Gorguts débarque sous l’Altar, équipé de son mur de son, de son batteur polymorphe et de sa bonne humeur irradiante. Les canadiens ont exposé leurs tripes jovialement, en communication permanente avec le public en extase. L’équilibre technique/émotion ressenti sur album (Colored Sands en particulier) était parfaitement retranscrit. Les morceaux s’enchainaient naturellement, à tel point que la fin du concert semblait bien trop proche. LA claque de la journée. In.con.tes.table.

C’est la même histoire à chaque fois que le Hellfest programme un groupe de metal progressif, l’organisation semble ne jamais savoir quelle scène lui correspond le mieux. Initialement annoncés sur la Mainstage 2 au dévoilement de l’affiche du festival quelques mois auparavant, c’est finalement sur la Warzone que les Canadiens viennent fouler les terres clissonaises, casquettes et lunettes de soleil vissées sur la tête. La prestation xs Protest The Hero débute doucement, peut-être trop d’ailleurs. Les musiciens stoïques jouent chaque morceau à la perfection tandis que le chanteur prend la parole à chaque pose et transforme le concert en véritable one-man show, traitant aussi bien du mondial de football que de la mode des “side-cuts” en passant par leur difficulté à parler Français. Alors que les titres s’enchainent, le groupe semble enfin prendre plaisir à jouer devant nous, ou peut-être est-ce le fait que leur set touche bientôt à sa fin, mais en voyant comment ils ont quitté la scène, je ne me pose plus la question…

Avec Hatebreed, nous avons pu constater qu’il pouvait y avoir de la fumée sans feu, même s’il s’agissait en fait de poussière. Hatebreed a fait du Hatebreed, ultra-bourrin, ultra-carré, ultra-efficace, nous avons eu droit à plein de nouveaux titres qui s’incorporaient parfaitement bien avec les incontournables que sont Defeatist, Everyone Bleeds Now, Last Breath… Impossible d’être déçu, le service était garanti !

Le soleil commençait alors à se coucher tandis que Clutch - habitués du Hellfest, annulés l’an dernier - entamaient ses hostilités grasses mais plus accessibles sur leurs dernières productions. Dur de se faufiler dans la Valley à ce moment précis. On a rarement vu une telle affluence sous cette tente. Musicalement rien à redire, on est confronté à du classique Clutchien, l’avantage étant que leurs intentions artistiques parlent à tout le monde. De fait le public était ultra réceptif. Belle réussite, une fois de plus. Sans vraiment de surprise toutefois.

Un, dos, tres, quatros… Oui, une fois de plus papa Cavalera est là, pour le meilleur et surtout pour le pire… Si les prestations de Soulfly sont ultra décevantes depuis plusieurs années, faute en grande partie à un front man au bout du rouleau, force est de constater que pour cette nouvelle édition du Hellfest les brésiliens sont en forme. L’effet coupe du monde ? Mouais…pas forcément envie de savoir… En tout cas papy Cavalera est en forme, et à défaut d’avoir de nouveaux titres intéressants dans son sac, il réussit à faire sauter une main stage sur-bondée, ultra enthousiaste dès les premières notes de gros classiques comme Roots Bloody Roots, Back To The Roots ou le fameux "jumpdafuckup modafuckup, jump un dos tres quatro jump bitch…" Rien d’exceptionnel, mais c’était assez péchu, bien exécuté et assez authentique (pour une fois) pour qu’un semblant de plaisir non simulé soit au rendez vous.

Hop, allez on bouge sa carcasse déjà bien imbibée et accessoirement cramée (déjà de la veille) vers la Warzone pour se manger un Comeback Kid en jambe, gavé d’amplitude et de bonnes intentions, mais confronté à un public partiellement absent. Dommage. Ces vétérans du Punk-Hardcore mélodique méritaient mieux comme accueil.

Deep Purple était attendu au tournant, pour sa première participation à ce festival dédié à un genre dont il avait lui même posé les jalons il y a plus de 40 ans. On pourra regretter l’absence de Highway Star de la setlist (ou alors, ils l’ont joué avant que je n’arrive ?), mais lorsque le riff d’intro de Smoke On The Water retentit sur la colline du Hellfest, une clameur s’éleva du public, qui ne se gêna pas de chanter une nouvelle fois tout le long du titre. Strange Kind Of Woman, Space Truckin’ et surtout Hush mirent également le public à contribution. Un show qui se délecta comme une madeleine de Proust.

Monster Magnet sous la Valley, ça fait toujours quelque chose. Un set sur-vitaminé, un son bien lourd et un chapiteau qui dégueule de fans de tous les côtés, voilà ce que l’on peut retenir du passage des américains à Clisson. Un show mortel pour entamer la dernière ligne droite de cette journée, une atmosphère ultra lourde pour un enchaînement de titres tous plus électriques les uns que les autres. Non vraiment il ne fallait pas rater ça. Tant pis pour violet profond qui joue sur la main stage, l’appel du magnéto-monstre est irrésistible…

Grâce aux conseils du Grum Lee on a pu découvrir Against Me! en zone guerrière, encore assez disparate en terme d’affluence. Leur set fut néanmoins particulièrement bien agencé, incluant même quelques parties afrobeat franchement rafraîchissantes, sous ce soleil de plomb.

C’est sans prétention et le sourire au lèvres que les Américains de Nile se sont présentés à la fin de Eluveitie pour faire leurs balances, visiblement heureux de l’accueil réservé par le public du Hellfest. A peine cinq minutes de réglage avant le début de leur set, autant vous dire qu’il ne leur en fallait pas plus! Le son parfait permettra de discerner chaque note que ce soit lors d’un solo ultra rapide et aigu ou lors d’un riff déstructuré. Lumières fixes sur scène, les Américains choisissent de se concentrer sur la complexité de sa musique, délaissant tout ce qui est superflu. Les orchestrations entrecoupées de blasts se mêlent aux chants égyptiens comme sur l’enchainement Kafir / Hittite Dung Incantation. Le groupe qui travaille actuellement sur le successeur de At The Gate Of Sethu promet d’être de retour très bientôt avant de clôturer leur prestation par un Black Seed Of Vengeance reprit en chœur par tout le public de la Altar.

La tête d’affiche de la journée c'est bien sûr Aerosmith, groupe énormissime dans certains pays, mais un peu moins chez nous (où seulement la BO de Armageddon, voire Dream On, semblent avoir marqués les esprits, alors que le groupe compte une tripotée de hits), va nous gratifier d’un set de deux heures en enchaînant les tubes et quelques nouveautés (pour justifier la tournée?). Le concert est ultra carré, musicalement déjà (sauf le premier titre) et aussi dans la gestuelle (tout est calculé pour être synchronisé avec les caméras par exemple, jusque dans les moindres facéties de Steven Tyler). Au programme Walk This Way, Crying, I Don’t Want To Miss A Thing, Love In An Elevator, Dude Looks Like A Lady et un rappel avec Dream On et Sweet Emotion pour conclure. Un bon concert donc si c’est la première expérience avec Aerosmith, mais qui doit grandement sentir le réchauffé si on les a déjà vu.

Le groupe le plus evil du Black Metal est à Clisson. Aucun doute possible, tout est fait pour rendre le set de Gorgoroth le plus clinquant possible. 666 et “Hell” rouge sang, croix renversées lumineuses, les ingés lumières en font tellement des caisses que ça en devient génial. C’est sans compter la prestation de Pest, remonté et au bord de la rupture, capable de péter à plomb à tout moment et d’écraser son pied de micro sur la tête des photographes. Le reste, musicalement parlant donc, est plus que correct, classiquement méchant et sans concession (si l’on excepte un titre Pagan Black assez étonnant). Pas besoin d’avoir une sono de malade pour ce type de Black Metal, ici ça passe comme une lettre à la poste.

C’est ainsi que Philip H. Anselmo débarque avec ses illégaux sous la Valley, remontés comme des pendules, devant un parterre de corps présentement fatigués mais vite réveillés par une décharge sonore massive, et surtout génialement communiqués par un Philou en mode extrême, toujours très bavard, et toujours excellent. Les pogos et les slams ne se sont pas fait attendre. Phil Anselmo And The Illegals navigue sans complexe entre grindcore, death-metal, incluant fluidement mosh-parts de furieux, propice à l’éclatement de la folie ambiante. La Valley était naturellement surchargée (une Warzone aurait été sans doute plus encline à accueillir les affreux) mais remplie de violence heureuse. Set mémorable, donc. Un Phil mal rasé mais au taquet, omniprésent, chez lui. Que du bonheur.

Carcass c’est bien. Vous en doutiez? Quelques riffs et blasts, à travers un écran de fumée quelque peu abusif, suffisent pour sentir toute la signification qu’il y a derrière le mot Death-Metal. Incroyablement bien ficelés, intenses et maîtrisés les yeux fermés, les titres du combo anglais défilent et ne se ressemblent pas, respirent la violence et c’est visiblement ce que le public de l’Altar était venu chercher, en clôture de cette deuxième journée… Excellente prestation et sans conteste un temps fort de la journée. Et “ceux qui vont voir Avenged Sevenfold à la place sont des gros pédés”… c’est Jeff Walker qui l’a dit, et faut pas le contrarier, le machin…

Mais on le fera quand même ! Car le dernier passage de Avenged Sevenfold en terre clissonnaise n’avait pas laissé un souvenir impérissable au public (qui s’était rué en masse devant la scène seulement pendant la reprise de Walk de Pantera), et surement pas au groupe non plus. Là, c’est avec une scène et un show grandiose dans la mise en scène (rampe lance-flamme, scène à plusieurs niveaux, feux d’artifice) mais aussi avec beaucoup d’humilité qu’ils font leur retour. La différence se sent dans les propos de Mr Shadow, surtout au moment d’évoquer la mort du batteur The Rev. La setlist est plutôt axée sur les récents albums du groupe, mais le public réussira à arracher un rappel à Avenged Sevenfold, au bout de la nuit, et aura ainsi droit à un Unholy Confessions bien mené pour conclure cette deuxième journée.

Top 3 :
Bacteries : Monster Magnet, Subrosa, Aerosmith
LeLag : Gorguts, Supuration, Gorgoroth
Grumlee : Deep Purple, Aerosmith, Extreme
Manuwino : Phil Anselmo And The Illegals, Clutch, Bl’ast
nonohate : Subrosa, Nile, Shining
Pentacle : Subrosa, We Came As Romans, Gorgoroth
Tang : Gorguts, Subrosa, Phil Anselmo And The Illegals

Lundi 30 décembre 2013

Le guitariste de Nile, Dallas Toler-Wade, vient d'annoncer un premier album solo sous le nom de Narcotic Wasteland. Sortie prévue pour janvier. Plus d'informations par ici.

Mercredi 04 décembre 2013

Et voilà l'annonce des groupes pour le Hellfest 2014, même si les médias traditionnels ont fait fuiter ça comme des gorets avant que le Hellfest ne puisse l'annoncer lui même (mais en oubliant quelques infos!). L'annonce comme promis par l'orga est monstrueuse, les têtes d'affiches annoncées via rumeurs depuis un baille sont confirmées (Iron Maiden, Black SabbathAerosmith) et pour ceux qui aiment les choses moins mainstream, les tentes ont encore leurs lots de pépites. Il manque très peu de groupe à l'affiche, et cette année les pass risquent de partir très vite, du coup un parfait cadeau de Noël!

Voilà les groupes jour par jour, avec les liens quand on a la page histoire de découvrir si besoin.

Vendredi 20 juin :
- Mainstage 1 : Iron Maiden, Rob ZombieQueensrÿcheTherapySatanCrossfaithNightmareWalking Pappers
- Mainstage 2 : Slayer, Trivium, Sepultura, Death AngelMODToxic HolocaustFueled By Fire, Angelus Apatrida.
- Altar : DeathKataklysm, Septic Flesh, Pungent StenchNocturnus ADKronosLoudblast, Blockheads.
- Temple : Watain, Enslaved, TurisasImpaled NazareneDestroyer 666GehennaImpietyNecroblood
- Valley : Electric Wizard, Godflesh, Kylesa, KadavarRoyal ThunderDownfall Of Gaiia, CaspianConan, Mars Red Sky.
- Warzone : Walls Of JerichoPro Pain, Downset., Slapshot, DefeaterFirst BloodBrutality Will PrevailStick Your Guns + 1 groupe.

Samedi 21 juin :
- Mainstage 1 : Aerosmith, Deep PurpleStatus QuoSkid RowBuckcherryLez Zeppelin (un tribute-band féminin de Led Zeppelin), Killers.
- Mainstage 2 : Avenged Sevenfold, Soulfly, Hatebreed, Dagoba, We Came As RomansWhile She SleepsOf Mice And Men, Darkness Dynamite.
- Altar : Carcass, NileGorguts, Hail Of Bullets, IncantationSUPWeekend Nachos, Benighted.
- Temple : Gorgoroth, EluveitieTsjuder, Shining, MglaTrollfestTemple Of BaalSkyclad
- Valley : Monster Magnet, ClutchPhil Anselmo And The IllegalsAcid KingWitch Mountain, SubrosaSavioursHerderHark.
- Warzone: Millencolin, 7 secondsBl’ast !Misconduct, Burning headsAys + 2 groupes

Dimanche 22 juin :
- Mainstage 1 : Black Sabbath, Soundgarden, MegadethAlter Bridge, SeetherCrowbar, LofoforaBlues Pills.
- Mainstage 2 : EmperorIced Earth, Behemoth, AnnihilatorAngra, PowerwolfIn SolitudeScorpion ChildYear Of The Goat.
- Altar : Opeth, Paradise Lost, SoilworkThe Black Dahlia Murder, UnleashedRepulsion, UlcerateObliteration.
- Temple : 1349, Vreid Sognametal, Solstafir, EquilibriumUrfaust, Dordeduh, The Ruins Of BeverastAluk Todolo
- Valley : UnidaSpirit Caravan, DozerHouse Of Broken PromisesLowriderZodiacSatan’s Satyrs, Watertank + 1 groupe
- Warzone : TurbonegroFlogging Molly, The Misfits, Mad Sin, Comeback KidLast ResortThe Bones, Tagada Jones, Crushing Caspars, Cobra.

Les places seront en vente à 9h00 :
- Pass 3 jours
- Vendredi
- Samedi
- Dimanche

Mardi 17 septembre 2013

Rappel : Nile, Ex Deo et Svart Crown sont ce soir en concert au Divan Du Monde de Paris. Les billets sont en vente sur Digitick et Fnac.

Jeudi 05 septembre 2013

Concours : Nile, Ex Deo et Svart Crown seront en concert le mardi 17 septembre au Divan Du Monde de Paris. A Jeter Prom et Garmonbozia mettent en jeu 2 places. Pour participer rien de plus simple, il vous suffit de répondre à la question par ici. Les billets sont en vente sur Digitick et Fnac. Bonne chance!

Samedi 24 août 2013

Architect of Seth (Caen), groupe de death technique influencé par la scène 90's (DeathTheory In PracticePestilence, CoronerAtrocityNocturnus, EmperorMartyr, Necrophagist, Nile, etc...), vient de mettre en ligne le Teaser de son 1er album, intitulé The persistence of scars. Mixé au "Secret Place Studio" et masterisé au "Conkrete Studio" (GorodMinushuman, Otargos, LokurahWarattahSimplixityDungortheb, Plug-In), l'album sortira cet hiver. 

Mardi 13 août 2013

Broken Hope (Death Metal) sortira son nouvel album, Omen Of Disease, 14 ans après Grotesque Blessings. Un premier extrait, The Flesh Mechanic, est à découvrir dans la suite. L'artwork est réalisé par Wes Benscoter (Hypocrisy, Nile, Slayer, Vader, Amorphis) et l'album vient de sortir chez Century Media Records.

Lundi 15 juillet 2013

Un petit passage pour Nile en France. Ca sera le 17 septembre au Divan du Monde de Paris en compagnie d'Ex Deo et de Svart Crown.

Jeudi 13 décembre 2012

Le bassiste de Nile, Joseph Payne, s'est fait chopé le weekend dernier en Caroline du Nord avec près de 3kg de marijuana, des armes et plus de 5000$ en liquide.

Mardi 11 décembre 2012

Live Report : Kreator, Morbid Angel, Nile et Fueled By Fire ont ravagé le Bataclan le mois dernier. On y a survécu, on raconte.

Jeudi 22 novembre 2012

Nile a dévoilé la vidéo pour "Enduring The Eternal Molestation Of Flame"

Mardi 06 novembre 2012

Rappel : Ce soir, Kreator brandira le drapeau de la haine au Bataclan, accompagné pour l'occasion de Morbid Angel, Nile et Fueled By Fire. Si vous n'avez pas encore vos places, tentez ici.

Jeudi 01 novembre 2012

Concours Express : Kreator, Morbid Angel, Nile et Fueled By Fire seront en concert au Bataclan de Paris le 6 novembre prochain. A Jeter Prom met en jeu 1x2 places pour cette date. Pour participer rien de plus simple il vous suffit de répondre à une question. Les places sont en vente sur Digitick et Fnac. Toutes les infos sur le site de la salle. Bonne chance ! Fin le 4 novembre !

Mardi 30 octobre 2012

Concert : Dans une semaine précisément, vous pourrez vous défoncer les tympans au Bataclan avec Kreator, Morbid Angel, Nile et Fueled By Fire. Les places sont dispos chez Digitick et Fnac.com.
A noter que cette tournée s'arrêtera la veille 5 novembre à Rennes (le Liberté) et le 12 novembre au Transbordeur de Villeurbanne.

Samedi 28 juillet 2012

Du métal avec Tourniquet (USA) qui lâche 4 nouveaux titres sur la toile. Ca se découvre en commentaires. Sur le prochain opus, Antiseptic Bloodbath, vous pourrez retrouver en guest Marty Friedman (ex-Megadeth), Karl Sanders (Nile), Pat Travers, Bruce Franklin (Trouble) et Santiago Dobles (Aghora).

Dimanche 01 juillet 2012

Cycle sur les labels : Difficile de parler de Metal extrême sans évoquer une seule fois le nom de Relapse Records. Fondé en 1990 par Matthew F. Jacobson dans la cave de ses parents à Aurora dans le Colorado, Relapse fait désormais figure de label culte et incontournable ayant signé des acteurs majeurs de la scène Metal au sens large. Au départ, Relapse commence comme un label de Death-Metal avec des groupes aujourd'hui indispensables comme Incantation, Suffocation, Hypocrisy, AmorphisRepulsion et quelques combos de Grindcore avec Phobia, Anal Cunt ou Disrupt. En 1992, Release Entertainment, une sous-division du label est créé, spécialisée dans la musique expérimentale, l'indus, la noise et l'ambient représentée notamment par Merzbow. Vers les années 95/96, Relapse se diversifie en signant des artistes plus proches de la scène Hardcore comme Neurosis, Today Is The Day ou Unsane. Toujours très attachés au Death et Grind, Agoraphobic Nosebleed, Nile, Nasum et Brutal Truth font leur apparition dans le catalogue. Depuis les années 2000, les combos de qualité se multiplient avec The Dillinger Escape Plan, Origin, Pig Destroyer, Dying Fetus, High On Fire, jusqu'à la sortie la plus remarquée du label jusqu'alors : Remission de Mastodon en 2002. Suivront Leviathan en 2004 et Blood Mountain en 2006. Plus récemment, Baroness, Tombs, Obscura, 16, Revocation et Kylesa ont rejoint les rangs de Relapse Records. La page du label pour découvrir les albums de ces groupes (et d'autres).

Jeudi 28 juin 2012

Pour le 70 000 tons of Metal 2013 (la croisière festival metal) a donné ses 10 premiers noms dont : In Flames, Lacuna coilDoro, Nile, ImmolationDie Apokalyptischen Reiter, ... Plus d'infos sur leur site.

Dimanche 24 juin 2012

The Inevitable Degradation Of Flesh, un nouveau morceau de Nile, s'écoute par ici. Il est extrait de At The Gate Of Sethu attendu pour la fin de la semaine chez Nuclear Blast Records.

Lundi 04 juin 2012

Interview : On a pu poser quelques questions à Karl Sanders pour la future sortie de NileAt The Gate Of Sethu. Ca se lit par ici.

Jeudi 31 mai 2012

De l'interview chez Radio Metal avec In Flames, Nile et Trepalium ici, et le No Comment de la semaine.

Lundi 28 mai 2012

Nile a mis en ligne un premier extrait de son nouvel album, "The Fiends Who Come to Steal The Magick of The Deceased". Sortie de At The Gate of Sethu le 29 juin.

Samedi 26 mai 2012

Kreator, Morbid Angel et Nile passeront par la France. 
Nov. 05 - FR - Rennes, L´Etage
Nov. 06 - FR - Paris, Bataclan

Vendredi 25 mai 2012

Nile a révélé la tracklist ainsi que la pochette européenne d'At The Fate of Sethu. Autre différence notable par rapport à la version états-unienne, la galette du vieux continent sera amputée de deux morceaux instrumentaux : Enduring The Eternal Molestation of Flame et The Inevitable Degradation of Flesh. Sortie le 29 juin.

Samedi 28 avril 2012

L'artwork de At The Gates of Sethu de Nile est à découvrir.

Mercredi 25 avril 2012

At The Gate Of Sethu de Nile sortira le 3 juillet chez Nuclear Blast Records. C'est Neil Kernon (Cannibal CorpseMacabre...) qui s'est chargé de la production.

Mardi 03 avril 2012

At The Gate Of Sethu, le prochain Nile, se dévoile avec un titre joué live intitulé Supureme Humanisim Of Meglomania. Ca se découvre par là.

Vendredi 09 mars 2012

Le futur disque de Nile a trouvé un nom : At The Gate of Sethu. Ce dernier est toujours en cours de mixage et devrait sortir avant l'été.

Lundi 27 février 2012

Le nouvel album de Nile pourrait sortir cet été chez Nuclear Blast. Le groupe a désormais terminé l'enregistrement des pistes et vient de commencer le mixage.

Lundi 19 septembre 2011

Nile sortira le 11 octobre chez Goomba Music une démo jamais éditée. Elle s'appellera Worship The Animal - 1994 The Lost Recordings et en voici le détail.

Mardi 28 juin 2011

News WTF du jour : Des Cupcakes (ces petits gateaux anglais avec glaçage et décors) metal! Si si, chacun est inspiré d'un groupe et les photos (et recettes!) sont à voir ici. On y trouve des Cupcakes Pelican, Watain, Baroness, Nile, PentagramBlack Tusk, ... Un cuisinier de goût donc! Si vous voulez nous en faire n'hésitez pas (un petit Baroness SVP)!

Mardi 24 mai 2011

Karl Sanders (Nile) fera une apparition sur le prochain Gory Blister, plus précisément sur les titres The Serpent Verse et Soul-Borne Maladies.

Mardi 26 avril 2011

Du nouveau chez Dream Theater : le groupe a dévoilé les identités des 7 batteurs retenus pour succéder à Mike Portnoy : on y trouve de mecs de chez Nile, Necrophagist entre autres. Les membres avaient organisé un "casting" dont le déroulement a été filmé en entier et peut être suivi par ici. On rappelle que Mike Portnoy, leur emblématique batteur avait quitté le groupe en Septembre dernier.
Le nom des différents élus à voir dans le détail de la news.

Mercredi 23 mars 2011

Skeletonwitch s'est séparé de son batteur Derrick Nau et a trouvé un remplacant en la personne de Tony Laureano (Angelcorpse, NileDimmu Borgir, 1349).

Samedi 26 février 2011

Karl Sanders (Nile) sera en guest vocal sur le titre Shunq (To The Despaired…King Of Darkness) de Nevercell (Death / Thrash des Emirats Arabes Unis - Myspace). Le titre sera disponible sur Psychogenocide, dont la sortie est prévue pour le 2 Mai en Europe.

Vendredi 11 février 2011

Redemption (Metal prog') a révélé le titre de son cinquième album : This Mortal Coil. Produite par Neil Kernon (Deicide, Nevermore, Nile...), la galette est attendue cet automne.

Vendredi 21 janvier 2011

Dew Scented prépare en ce moment sa tournée européenne durant laquelle ils accompagneront Nile. Malgré la grosse vingtaine de dates bookées, aucune n'est prévue en France. Les deux groupes passeront cependant au Trix à Anvers le 15 février. Pour le reste des dates, c'est par ici.

Lundi 10 janvier 2011

Une interview de Karl Sanders (Nile) avant un concert à Chicago, est visible sur YouTube.

Samedi 11 décembre 2010

The Mountain Goats sortira All Eternals Deck le 29 mars sur Merge Records, tracklist visible ici. Comme pour le LP The Life of the World to Come (2009), le combo a travaillé avec plusieurs producteurs incluant John Congleton (The Thermals, The Paper Chase), Brandon Eggleston (Pelican, Modest Mouse), Scott Solter (Pattern is Movement, Two Gallants) et Erik Rutan (Cannibal Corpse, Nile).

Samedi 06 novembre 2010

News "Vidéos" :
- Milking the Goatmachine (Grindcore / Death) a livré Like A Goatmachine.
- Trident (Death Suédois avec un ex-Dissection) se lâche sur Jaws Of Satan (Spawns Of Hell).
- Le combo à cordes Silenzium a livré sur youtube une vidéo d'une cover de Creeping Death de Metallica.
- Nile, dont on vous a parlé il y a quelques jours, est visible en train de jouer Those Whom The Gods Detest le 2 Novembre dernier par là.
- Deathcore avec Weaponized de Oceano, à visionner ici.

Mardi 02 novembre 2010

Chronique de Those Whom the Gods Detest par Nile : "Là ou le Death Metal est pratiqué au marteau, à la massue ou encore au 3,5 tonnes frappant dans le tas sans relâche, Nile lui préfère le poignard. [...]"

Mercredi 27 octobre 2010

Nouveau clip pour Nile: Permitting The Noble Dead To Descend To The Underworld (à vos souhaits)

Vendredi 15 octobre 2010

Nile sera accompagné par Melechesh, Dew-Scented, Zonaria et Darkrise dans l'hexagone les 6 et 7 février. Aucune information en revanche sur les villes hôtes, nul doute que nous en apprendrons plus sous peu.

Dimanche 10 octobre 2010

Evocation (Death Suédois) sortira Apocalyptic le 29 de ce mois. Tandis que l'artwork s'admire ici (de Xaay - Behemoth, Nile, Vader), des samples sont en écoute par là.

Vendredi 03 septembre 2010

Le clip de Boundless de Insidious Disease est visible sur YouTube. Pour rappel le groupe est constitué de beau monde issu des scènes Black et Death puisqu'il d'anciens membres de Dimmu Borgir, Napalm Death ou bien encore de Nile...

Lundi 21 juin 2010

Hellfest 2010 :
Photos : photos du dimanche au Hellfest ici (avec du Kiss, Motorhead, Kyuss, The Dillinger Escape Plan, Behemoth, Brant Bjork, …) et bien sûr du public. Et comme pour vendredi & samedi : la majorité des photos faites par Mathieu Ezan (merci à lui!).

Report : Journée chargée encore que ce dimanche, spécialement pour les amateurs de stoner avec une quinte flush royal sous la Terrorizer.
Arrivé un peu à la bourre pour 16, Black Cobra joue à l’heure du repas et fera son office de dîner Sludge bien lourd et bien gras qui tape bien sur le bide. Même chose avec les rednecks de Weedeater, gras, bas du front et répétitif et par conséquent très bon ! (ah ah)
Enchaînement sur Rwake, pas franchement plus fins et distingués, crade crade crade. Ce début d’aprem’ est vraiment fait pour les fins gourmets.
Du coté de la mainstage Eluveitie fait danser les metalleux au son de son Folk Metal avec un set bien carré mais surtout très festif tout particulièrement sur Iris Mona. Légère déception sur Ensiferum qui aura sonné un peu plat et sans le côté épique espéré. Behemoth balance son death / black qui dépote sévèrement. La machine est bien huilée et les polonais savent y faire dans le genre même si on regrettera un peu le manque de spontanéité et de vie dans leur set.
L’après midi est ensoleillé et chaud, les filles se dénudent, le Hellfest porte mal son nom et ressemble de plus en plus au paradis.
Sous la Rock Hard, Katatonia met un petit brin de mélancolie dans le déferlement de brutal death qui a lieu sur cette scène aujourd’hui. Vu en speed mais le groupe semblait assurer.
Du coté de la terrorizer commence la valse des ex Kyuss avec Yawning Man, un concert en demi molle (si je puis me permettre), pas super fan sur CD mais ça passe tout de même, en live fiasco total pour moi.
Nick Oliveri va suivre avec son Mondo Generator, gros son, grosse énergie, ça passe vite et bien (et les reprises de Queens Of The Stone Age et Kyuss en version burnées : miam !).
Passage vite fait devant Stonesour, Corey Taylor est un bon frontman et un bon chanteur mais pfiouuu c’est mou dis donc !
Hop retour sous la Terrorizer pour Brant Bjork aka Le Mec Le Plus Cool Du Monde. Et un concert cool, précis, avec un mélange de titres anciens et de son dernier album. Que dire de plus que « Cool » ?
Du coté des mainstages Exodus envoie son thrash avec énergie et envie, ce qui manquait en partie à Slayer. Motorhead va venir faire son concert une fois de plus (vous avez vu Motorhead une fois ? Et bien c’était le même concert). Un peu de Brutal Death avec Nile qui aura assuré un set aussi impeccable que brutal avec un batteur à huit bras et quatre pieds et Karl Sanders tout sourire impressionant derrière sa six cordes.
Suite du marathon sur The Dillinger Escape Plan pour qui une tente est un gros plus (par rapport à leur passage en mainstage sur les éditions précédentes). Que dire ? Gros, énergique, évidemment ça part dans tous les sens, ça court partout, saute, s’accroche et tout ça en jouant SVP. Grosse prestation (et bien plus cohérente que celles des années passées).
Dur dilemme, Kiss et Kyuss, on commence par Kiss qui va pendant 2H transformer 20 000 métalleux en gosses. Show show show ! La musique en est presque secondaire.
Mais du coté de la Terrorizer on a droit à une leçon de musique : gros gros son pour Garcia plays Kyuss, très rock et rentre dedans (comparé au Roadburn où leur son était très propre, très « psyché »). Et c’est parti pour 1H (voir même 1h15) de pur bonheur, Garcia au top de sa voix, un set rock’n roll, prenant et qui scotches le public. Et cerise sur le gâteau : on l’espérait et on l’a eu (non pas ça !) Nick Oliveri, Brant Bjork et John Garcia ensemble ! Kyuss à un roux prêt ! Magique.
Malgré une demande pour un rappel bien long, le fait que le groupe revienne sur scène, rien n’y fera, le régisseur ne voudra pas. Argh !
Entendu pendant Kyuss « Kiss c’est disneyland », pas faux ! Mais je chausse mes oreilles de Mickey direct après Kyuss pour un final happy pop de folie, Tyrolienne pour faire venir Paul au niveau de la régie, canon à confettis, flammes, écrans géants, Kiss qui s’envole, … Du GROS spectacle ! On comprend maintenant pourquoi il y a 110 membres dans le crew Kiss et pourquoi ils se déplacent avec 11 semi remorques.

A noter : cette année il y a eut 72 000 entrées au Hellfest, dont 67 000 payantes.

Claqué mais heureux, ce festival aura tenu ses promesses, entre grand spectacles très « disneyland », groupe intimistes, vieux groupes qui assurent, quelques ovnis, du gros gras et violent, du punk, du hardcore, du neo/new wave, … ce festival avait de quoi contenter beaucoup de monde. Et une orga encore une fois au top. A 2011 !

Dimanche 28 février 2010

Hellfest 2010 : Avec l'annonce des derniers groupes on a désormais le line up par jour, histoire de se mettre dans le bain (et découvrir les groupes si vous ne connaissez pas) on vous annonce donc ceux du dimanche 20 juin (vendredi & samedi fait) - 4 mois à attendre! :
Dimanche 20 juin :
Main Stage 1 : Kiss, Mortorhead, Saxon, Stone Sour, UDO, Primal Fear, Freak Kitchen, Vulcain
Main Stage 2 : Slayer, Exodus, Devin Townsend, Behemoth, Swallow The Sun, Ensiferum, Sabaton, Blaspheme
Rock Hard Tent : Blooddbath, Nile, Suffocation, KatatoniaDying Fetus, Decapitated, Ex Deo, General Surgery
Terrorizer Tent : Garcia plays Kyuss, Dillinger Escape Plan, Doom, Brant Bjork, Mondo Generator, Yawming Man, Black Cobra, Rwake, Weedeater, 16, Solace, Saviours, Omega Massif.
Les pass pour le dimanche (seul) sont en ventes ici.
Si vous êtes motivé pour réaliser les biographies / discographies de groupe manquant : explications ici.
Pour les pass des autres jours ou 3 jours c'est ici, et ceux souhaitant y aller en bus peuvent voir des offres .

Mardi 23 février 2010

Tourniquet (Thrash Chrétien) a recruté Neil Kernon (Nile, Magma, Judas Priest) pour son prochain opus, dont les sessions studio débuteront en Juillet. Le batteur Ted Kirkpatrick a aussi terminé l'enregistrement de son album solo Ode To A Roadkill, au nom en référence à la mort de millions d'animaux chaque jour sur les routes, qui sortira le 10 Mars. Enfin, le musicien annonce aussi un autre projet In The Shadow Of The Masters, qui verra de nombreuses parties de batteries jouées sur de la musique classique (Mozart, Chopin, Rossini ou Beethoven). Dans les bacs le 30 Mars.

Mardi 09 février 2010

Sickening Horror (Brutal Death grec qui a notamment vu passer George Kollias, désormais dans Nile), déjà de retour l'an dernier, a annoncé avoir démarré l'écriture de son troisième album. En attendant, les curieux peuvent toujours aller faire un tour sur leur myspace.

Mardi 02 février 2010

Beneath (Death Islandais / Site) sortira son premier EP Hollow Empty Void le 13 de ce mois. On nous promet l'apocalypse, du Death metal, de la technique et des rapprochements avec Nile, Hate Eternal ou Behemoth.

Lundi 25 janvier 2010

Voici les nouveaux noms annoncés aujourd'hui pour le Hellfest 2010 :
John Garcia Plays Kyuss - Jello Biafra And The Guantanamo School Of Medicine - Biohazard - Anvil - Between The Buried And Me - Brant Bjork And The Bross - Delain - Discipline - Dew Scented - Evile - Gorod - KMFDM - Loudblast - Marduk - Mondo Generator - Nachtmystium - Nevermore - Nile - Otargos - Ratt - Sigh - The Young Gods - Watain - Y&T - Yawning Man
GWAR annule sa venue.
Les pass 3 jours sont en ventes ici, les pack bus + pass .
20 autres groupes restent à annoncer (tête d'affiche et pré tête d'affiche).