Biographie

Nicolas Dick

Membre fondateur des éminents Kill The Thrill, éternel passionné et expérimentateur, Nicolas Dick est un orfèvre du son. En 2009, il couche sur un disque des morceaux composés et joués en solo flirtant entre minimalisme, atmosphères éthérées et cathédrales sonores.

Chronique

Une Belle Journée ( 2009 )

Je me souviendrai encore longtemps de ce concert de Nicolas Dick au Montévidéo. Quelque chose comme un moment hors du temps et de l'espace. Quelque chose comme un lieu nimbé de lumière rougeoyante, dans lequel toutes contraintes, même les plus naturelles, comme la simple pesanteur, n'affectent plus l'âme ni le corps.

Ces 3 échappées belles stratifiées et totalement improvisées depuis des racines hétéroclites - voix, puis ajout d'une guitare et enfin d'une basse et d'un pedal steel - se voient portées sur disque, un support pas forcément facile pour ce genre de voyages abonnés aux plages infinies. Il va de soit que cette Belle Journée requiert certaines conditions d'isolation, de calme et d'attention pour être appréciée à sa juste valeur. Le contraste du visuel, entre luminosité exacerbée et ombre glaciale, pointe parfaitement du doigt l'essence du propos. Les textures se rependent, progressent et s'entrechoquent à plusieurs niveaux, mais toujours dans un souci de glissement, d'apaisement parfois inquiétant et au final, de méditation introspective. Il n'y a pas de violence dans les épaisseurs et les longues boucles de ces 3 morceaux, et ce même dans les moments qui accumulent le plus de particules ou qui sculptent les masses sonores les plus imposantes. Cela ne veut pas pour autant dire que l'encéphalogramme reste stable, car au contraire, que ce soit par son chant incantatoire ("Faer") ou des guitares éclatantes, Nicolas Dick parvient à tout faire décoller du sol, littéralement.

Une Belle Journée n'est certainement pas un disque d'ambient (?) commun. Son originalité réside autant dans son matériel de base, que dans son rendu, relativement éloigné de ce que les références de ce genre extra-large livrent aujourd'hui. Si Kill The Thrill revêt une importance capitale pour Nicolas Dick (et tous ses membres), cet aparté solitaire endosse des aspects davantage intimistes et donc personnels, pas camouflés une seule seconde derrière un concept tangible comme les excellents albums que son Super Mineral de The Pelagics ou, pourquoi pas, l'indispensable Flares de Port-Royal.

A écouter : L'esprit clair et confortablement install
Nicolas Dick

Style : Ambient
Tags :
Origine : France
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :