logo Nevermen

Biographie

Nevermen

Projet réunissant Mike Patton (Faith No More, Tomahawk, Fantômas), Tunde Adebimpe (TV On The Radio) et Adam "Doseone" Drucker (Clouddead, Subtle, Themselves), Nevermen devait à l'origine voir le jour en 2008 mais les emplois du temps chargés des trois musiciens ne permettaient pas de s'y atteler correctement. C'est donc en 2016 que Nevermen finit par exister physiquement sur un album éponyme - dont le visuel à été confié à l'artiste plasticien anglais Keith Tyson - mutuellement abrité par Ipecac Recordings et Lex Records.

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (16.5/20).
logo amazon

Nevermen ( 2016 )

Initié en 2008, on aura beaucoup entendu parler de cet énième projet de Mike Patton (qu’on ne prend plus la peine de présenter, toute oreille normalement constituée connait le monsieur), associé ici à Tunde Adebimpe (TV On The Radio) et Adam "Doseone" Drucker (Themselves, Subtle, 13&God), traduisant un désir partagé de produire un hip-hop expérimental, forcément en dehors des clous.

Désir enfin concrétisé huit ans plus loin via cet objet sans titre mais certainement pas sans talent ni expérience, cherchant à harmoniser leurs trois voix pour un résultat enthousiasmant, imprégné des univers de chacun. Cette alchimie particulière ne se perçoit pas tout de suite, mais les premières écoutes donnent suffisamment de matière pour nous chatouiller l’envie d’y revenir. Une démarche qui rappelle sensiblement Peeping Tom, où Patton et Doseone avaient déjà croisé les flux en 2006, demeurant néanmoins singulière et plus aventureuse, étalée cette fois avec les mêmes protagonistes sur la totalité de l’album. De quoi avoir l’espace nécessaire pour développer une atmosphère prégnante, une saveur riche obtenue par l’addition de ces trois (hyper)sensibilités, qui se complètent finalement de manière tout à fait cohérente.


Un équilibre qui interpelle dès l’inaugural Dark Ear, nourri des déviances de ses faiseurs tout en restant étonnamment accessible. Une entrée en matière facile qui dissimule idéalement les expérimentations qui vont suivre, au sein de l’hystérique et hallucinogène Wrong Animal Right Trap, étalées le long des cinq minutes du groovy et follement inspiré Tough Towns où tout le monde finit par craquer en chœur sans jamais sombrer dans une démence imbitable, prenant des accents électro-tribaux sur Hate On ou pop malveillante sur Shellshot. Le disque termine paisiblement sa course avec un Fame II The Wreckoning chanté à l’unisson et toujours imprégné d’une certaine étrangeté lunatique.


Nevermen est la somme précise de trois mondes distincts qui n’en forment plus qu’un, et nous fait penser que Patton, Doseone et Adebimpe ont tous été bercés trop près du même mur, celui du génie et de la créativité sans bornes. Une impression et un album qui confirment que ces gars-là devaient se percuter et mélanger leurs intentions, de toute évidence.

A écouter : avec insistance.
Nevermen

Style : Hip-Hop / Expérimental
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : nevermen.com
Facebook :
Amateurs : 1 amateur Facebook :