Chroniques
Pochette Trash Generator
Pochette Belzebubs
Pochette Remarkably Human
Pochette Eternal Return

Biographie

Nervöus

Originaire de Berlin, Nervöus est un quintet composé de Simon (chant), Diana (guitare), Irem (guitare), Patrick (basse) et Matti (batterie), signé chez Moment Of Collapse Records pour son troisième opus éponyme, sorti en juin 2018. Auparavant, le combo a sorti 3 EPs entre 2011 et 2013, avant un premier album konfetti&mutwillige zerstörung, suivi par regress en 2015. Musicalement, le groupe proposait à ses débuts un Punk / Hardcore qui s'est peu à peu mué en Hardcore / Screamo au fil des années.

Chronique

S/T ( 2018 )

Il y a des labels dont le nom titille la curiosité assez rapidement pour certains d’entre nous. Parmi eux, il y a Moment of Collapse (Trainwreck, Heaven In Her Arms, Cranial, Downfall of Gaia, …) qui amorce le plus souvent une envie de jeter une oreille, et le plus souvent se révèle taper juste. Aussi, avec Nervöus, qui signe leur troisième opus ici (tous sortis sur le même label), et suite à leur Regress assez chaotique en 2015, l’attente peut vite grandir.

Avec huit titres sur ce nouvel opus, on retrouve ce mix Hardcore / Screamo dont les Allemands nous avaient abreuvés auparavant : le quintet reprend cette basse ronflante (« Minus » ou « Restzweifel ») qui se cale à la perfection sur le jeu de batterie (« Wahn ») et amène une base solide sur les quasi 18 minutes dédiées à l’écoute de cet éponyme. Ces éléments ne gommeront toutefois pas le fait que Nervöus reste un peu en retrait face à des groupes comme Afterlife Kids ou Reason To Care, sans pour autant démériter ou offrir un disque bancal (la fin de « Restzweifel » par exemple, à tomber).
Le chant en allemand se lisse parfaitement sur l’ensemble, produisant le même effet qu’un Afterlife Kids : l’énergie et la passion dévore le tout, plus que les mots, et même si des passages plus posés comme « Progress » sont moins présents (enfin si, sur « Restzweifel » !), Nervöus propose une jolie suite à ce que l’on aurait pu attendre de Jungbluth sur un morceau comme « Reflex », se rapprochant par moment de Remek.

Même si Regress avait ses qualités, j’ai une tendance à préférer cet éponyme. Peut être moins frontal, les similitudes sont logiques et évidentes, mais le combo raccourcit ici ses titres en gardant la même logique. Plus concis, et de fait plus efficace.

A écouter : Restzweifel - Minus