Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland
Pochette Fearmonger Pochette The Talkies
Découverte
Pochette Discography

logo Native

Biographie

Native

Nick Glassen
Ed O'Neill
Bobby Markos
Dan Evans

Jeune quatuor d'Indiana formé en été 2007, Native fait ses armes avec une première demo étonnante, quelque part entre indie rock ensoleillé et emo alambiqué. En 2008, Native enregistre un premier EP 6 titres et signe dans la foulée sur Sargent House (Russian Circles, These Arms Are Snakes, Tera Melos, Red Sparowes).

Chronique

15 / 20
2 commentaires (15/20).
logo amazon

We Delete ; Erase ( 2008 )

De l'énergie, de la sueur et plus que tout, du coeur. Voilà ce que ces 4 gamins d'Indiana ont insufflé à cette poignée de morceaux constituant leur véritable premier essai discographique, qui en est déjà à son 3ème re-pressage. Et pour cause, Native communique une fièvre passionnelle et agitée. La chaleureuse et l'enthousiasmante. Celle qui perce la brume, comme un rayon de soleil au zénith sur une vitrée opaque.

We Delete; Erase s'abreuve d'un indie rock pulsatif et coloré au confluent de sentiers qui n'auraient, sans le coup de pouce approprié, jamais partagés le moindre centimètre. Que ce soit dans ce souffle rêche et tendu ou dans les intonations syllabiques typiques, Native emprunte à Jamie Behar (Off Minor) son amour du chant déposé comme une lame de rasoir sur le tissu charnel. A aucun moment cela n'entrave la vision infiniment plus mélodique et labyrinthique de Native. Les notes de guitare pleuvent comme des billes jetées par poignées sur une surface aqueuse et cristalline. Mathy dans le son à proprement parlé mais également dans les structures de chaque morceau, intensément alambiquées et itératives le strict minimum. Un méandre cosmique bâti sur un tricotage rythmique, non étranger aux voyages soniques en apesanteur signés Moving Mountains, que Native se plaît à développer sur scène, en jouant dans une obscurité à peine rompue par les fûts de batterie utilisés comme catalyseur et projecteurs d'une source lumineuse orangée. C'est cette atmosphère, unique et enivrante, qui capte et ne lâche plus d'un iota jusqu'au beat final.

Ce qui leur manque encore ? Le brin d'agressivité supplémentaire qui leur permettrait d'élever l'ensemble au dessus de la voûte céleste et surtout, une paire de morceaux du même niveau d'inspiration et d'originalité que "What Are You Dylan In My House ?", le point culminant de We Delete; Erase, durant lequel Native pousse absolument tout vers le même point pour littéralement crever le plafond.

A écouter : What Are You Dylan In My House ?