logo Nanowar Of Steel

Biographie

Nanowar Of Steel

Nanowar est un groupe de Heavy / Power Metal humoristique italien parodiant, outre Manowar, des groupes tels que Blind Guardian, Iron Maiden, Rhapsody Of Fire, Dream Theater... Il est fondé début 2003 à Rome par le bassiste Gatto Panceri 666, qui enregistre la "pré-démo" True Metal Of The World. Peu après, la formation se complète avec l'arrivée du chanteur Potowotominimak, des guitaristes Mohammed Abdul et Sir Daniel (ce dernier quittera rapidement l'aventure sans être remplacé), et du batteur Uinona Raider. Sort alors la première "vraie" démo, Triumph Of True Metal Of Steel. En 2005, Mr Baffo participe à l'écriture du premier album, Other Bands Play, Nanowar Gay! et rejoint le combo en tant que second chanteur.
Deux ans plus tard, Nanowar rallonge son nom en Nanowar Of Steel, en référence à Rhapsody devenu Rhapsody Of Fire. La première sortie sous cette appellation est le live Made In Naples. Le deuxième album, quant à lui, voit le jour en 2010, intitulé Into Gay Pride Ride. Puis en 2014 paraît un disque comprenant de nouvelles versions d'anciens titres ainsi que quelques nouvelles compositions : A Knight At The Opera. Après l'EP Tour-Mentone Vol. I en 2016, c'est finalement en novembre 2018 que sort le troisième véritable album, Stairway To Valhalla.

Chronique

14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Stairway To Valhalla ( 2018 )

Au commencement étaient les Nains, valeureux guerriers, habitants des montagnes et des souterrains, maîtres de la mine comme de la forge, les pères fondateurs du tout-puissant Metal, qu'ils conservaient jalousement de même que leurs moult trésors et dont les plus fiers représentants répondaient au nom de Nanowar. Mais les fourbes Humains, perfides créatures qui rôdaient à la surface en se multipliant de façon incontrôlée, convoitaient les richesses du peuple court sur pattes et s'enhardissaient chaque jour davantage, s'approchant sans vergogne des cavernes défendues. D'or, de joyaux, nenni, les Nains se révélaient trop habiles à la hache pour laisser quelque gredin ne serait-ce qu'y poser les yeux. La musique, en revanche, était immatérielle, et volubile, elle laissa son secret s'éventer.
Lors, on connut Manowar, qui se prétendit pionnier et répandit la bonne parole sur le monde de la surface, et bientôt des cohortes de suiveurs se réclamèrent du Metal ou de l'une de ses nombreuses variantes. Or, quand les érudits retracèrent les origines du mouvement, grande fut l'agitation lorsqu'il fallut admettre la paternité des nabots, et même Manowar, en signe de bonne volonté sans toutefois reconnaître l'usurpation, clama : « The Dwarves made Heavy Metal and they saw that it was good / They said to play it louder than hell, we promised that we would ».
Mais cela ne suffisait pas. Dans l'obscurité, le petit peuple savait se montrer patient, et ourdissait un plan pour s'imposer non pas uniquement comme inventeurs, mais comme les seuls véritables maîtres du Metal. C'est ainsi que Nanowar – désormais renforcé en Nanowar Of Steel – quitta ses cavernes douillettes pour répandre sur le monde ses classiques auparavant connus de ses seuls congénères, et s'il le fallait, gravir les escaliers jusqu'au Valhalla où il se révélerait l'égal des dieux.

Face à l'ampleur de la révélation, au bouleversement de tout ce que l'on tenaient pour acquis, les humains s'agenouillèrent, yeux humides et lèvres tremblantes. Qu'était Manowar, sinon un ersatz de ces démiurges, s'ingéniant vainement à égaler la gloire de In The Sky ? Qu'était Rhapsody Of Fire, sinon une tentative bien maladroite d'approcher la splendeur de Barbie, MILF Princess Of The Twilight ? Blind Guardian aurait-il un semblant d'existence si ce n'était pour The Quest For Carrefour ? Que dire de Stratovarius dont la carrière consiste en d'infinies variations de Tooth Fairy ? Et de Judas Priest, dont le nom serait inconnu s'il n'avait pu s'inspirer de Heavy Metal Kibbles ? Où serait la scène Glam / Hard Rock sans Uranus ? La notion même de Power-ballade aurait-elle vu le jour si les fiers Nanoguerriers n'étaient allés jusqu'à conjuguer puissance et émotion avec ...And Then I Noticed That She Was A Gargoyle ?
Comme si cela ne suffisait pas, les nains firent étalage de maints talents : d'alchimistes avec Images And Swords, ou le secret de la transmutation du Manowar en Dream Theater ; de philosophes, abordant des thèmes éminemment intellectuels, jonglant avec des notions qui volent au plus haut, jusqu'au ciel (In The Sky, littéralement) ; d'inspirateurs littéraires, également : si Nanowar Of Steel n'avait pas joué Call Of Cthulhu trop près de la surface de Providence, Rhode Island, un certain Lovecraft aurait probablement vécu une vie plus paisible, loin des Grands Anciens qui le troublaient tant. Et tant d'autres prodiges, que l'on ne saurait énumérer avec des mots qui leur rendraient justice.

Ainsi, faisant suite à la révélation, l'on se prosterna à la simple mention de Nanowar Of Steel, une poignée de nains désormais déifiés. On leur consacra des temples, des guerres furent déclarées en leur nom, et peu à peu, chaque réfractaire fut convaincu et pacifié, mais on continua tout de même de guerroyer, à la gloire des Nanoguerriers. Et suivant le dix-huitième commandement, le Liechtenstein devint le centre du monde, alors clamons-le bien fort : Hail To Liechtenstein !

A écouter : En se prosternant face à tant de grandeur