Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den
Pochette Broken Play Pochette ...

Biographie

Nai Harvest

Nai Harvest c'est Ben&Lew de Sheffield (UK). Fin 2011 le duo sort un premier disque autoproduit ainsi qu'un split avec leurs potes de Derby, Papayèr. L'élan est alors donné pour la sortie de 2 albums, en 2012 et 2013, chez Dog Knights Productions. Largement influencé par l'emo US, les anglais passent un cap fin 2013 avec la sortie d'un EP remarqué et remarquable chez Topshelf RecordsHold Open My Head.

Chronique

15 / 20
1 commentaire (15.5/20).
logo amazon

Hold Open My Head ( 2014 )

Nai Harvest c’est l’histoire de 2 anglais qui ont vraisemblablement creusé un tunnel sous l’Atlantique. Les poings encore terreux, ce duo de Shefield vient te lécher le visage anesthésié par l’hiver comme pourraient le faire les premières lueurs orangés du printemps. Ca n’est donc définitivement pas un hasard si c’est Topshelf Records, le label de Peabody (MA) hôte de Native, Moving MountainsEmpire! Empire! et d’une longue liste d’indéniables talents indie rock américains, qui sort ce remarquable EP. Oui, remarquable car il y a définitivement quelque chose de plus ici. Si leurs précédents disques - WHATEVER (2013) et Feeling Better (2012) - sont deux très honorables incursions dans un gentil registre college-emo tourné et retourné maintes fois ces dernières années, Hold Open My Head grave une empreinte en bas-relief. On y retrouve bien évidement la signature juvénile et chaleureuse de leurs antécédents, des allusions ponctuelles à leurs "vieux" ainés des 90’s  mais surtout une volonté de caillasser tout ça de projectiles nettement plus électriques. Avec "Rush" en ouverture, Nai Harvest ajuste immédiatement sa nouvelle mire, pas loin d’un Dinosaur Jr qui aurait copiné avec The Juliana Theory (?). Il y a clairement de ça dans cette born again track grisante au possible, grungy sur les bords mais au fond très lumineuse. La suite ? Plus conventionnelle il faut avouer, offrent tout de même 3 flèches indie rock finement et savamment ciselées. Jolies ("Pastel"), sans oublier d’être mordantes ("I Don’t Even Know"). 

Avec ce format court, il est fort probable que Nai Harvest soit en train de tirer un trait d’union vers de nouvelles terres à labourer, moins tendres mais ô combien plus fertiles. Tout est librement disponible, les 4 excellents morceaux comme le superbe visuel imaginé par James Fisher. Pour une version physique il faudra se tourner vers le label de Brighton Dog Nights Productions (Plague MassPariso, Beau Navire).