Titre : Simulation Theory Année : 2018
Nombre de titres : 11

Tracklist
1- Algorithm
2- The Dark Side
3- Pressure
4- Propaganda
5- Break It To Me
6- Something Human
7- Thought Contagion
8- Get Up And Fight
9- Blockades
10- Dig Down
11- The Void
Acheter : logo amazon
Label : Warner Music Group
Collection : 1 membre possède cet album.
Moyenne lecteurs : 13.33/20 (3 avis dont 2 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé Simulation Theory aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Eagle_John 15.5 / 20 Le 13/01/2019 à 11H18

L'album le moins rock et le plus électro du groupe et paradoxalement rappelant un peu le vieux Muse et personnellement j'ai bien aimé!
Drones se voulait être un retour au guitares, mais les morceaux étaient pour la majorité dépourvu d'âme et de folie. Dans ce nouvel album Muse fait ce qu'il veut, se fait plaisir et ça s'entend!
Quel plaisir d'entendre des aussi inspiré que Algorythm (mélangeant électro et musique classique), The Dark Side (rappelant Origin) ou Break it to Me (assez RATM). Les influences R'n'B sont au rendez vous sur des titres comme Propaganda et personnellement j’adhère.
Alors bien sûr tout n'est pas rose sur ce nouvel album, Thought Contagion est clairement insupportable et Dig Down était nettement meilleur sous sa forme d'origine gospel.

Une prise de risque réussie, mais Muse n'atteindra probablement plus les sommets des 4 premiers albums!

DARWINWILD 15 / 20 Le 09/11/2018 à 18H31

Le voici arrivé et déjà une sensation bizarre s'amène...

Chaque sortie de Muse est attendue avec tant de ferveur, d'impatience et surtout d'exigence; venant d'un groupe de virtuose de la composition et des mélodies on en attend toujours beaucoup quand un de leurs albums sort, parfois on en attend trop.
Prenons un peu de hauteur et reprenons un peu le fil de l'histoire de Muse afin de bien pouvoir comprendre ce qui se passe ici.

Muse est un groupe de prodiges du rock qui ont su depuis près de vingt ans nous amenés à travers des univers divers et variés, par le biais de compos et d'albums riches, soignés et complexes.
Passant d'un rock alternatif que n'aurait pas renié Radiohead à un electro-rock futuriste en passant par la case progressif à travers quelques fresques monumentales, ils nous ont fait voyager aux quatre coins du rock.
Chaque albums étaient une nouvelle expérience et chaque albums étaient différents du précédent tant dans les thèmes que dans le style et le travail de composition.
Ils ont débuté sur un rock alternatif assez profond et intense, ils ont ensuite évolués dans les sphères alternato-progressives avec l'arrivée ensuite d'orchestrations plus riches.
La suite s'écrit avec leur troisième album qui vient intégrer une orchestration symphonique sur un rock lourd et puissant; fort de ça ils évoluèrent ensuite en rajoutant à ça des ambiances électro.
Sur leur cinquième album ils ont fait la synthèse de tout les autres à travers un album riche et puissant mais en gardant cette petite touche digitale qui fera désormais parti de leur signature musicale.
Ils s'engouffrent après ça dans un univers totalement electro-rock avec même des expérimentations en dubstep; Il y a trois ans venait le dernier né du groupe "drones" qui venait en musique balayer plus de quinze ans de musique Musienne à travers un concept futuristo-fantastique de très belle facture mais a comme ses deux prédécesseurs fait couler pas mal d'encre.
Il faut quand même le dire mais depuis la sortie de "the resistance" c'est là qu'est réellement apparue la cassure entre les nostalgiques "d'origin" et ceux qui avaient acceptés l'évolution qu'avait prit le groupe.

C'est donc avec une longue et exigente attente qu'arrive ce nouveau né nommé "simulation theory".
Quand l'album a été annoncé et que les premiers titres sont sorties ça a été comme une sensation bizarre de ce dire pourquoi pas mais de rester un peu sur sa faim; cette impression reste après l'écoute complète de l'album.

Cet album se veut résolument digital et balaye quasiment toute guitare naturelle et rock de cet oeuvre.
Même si ici l'on a pas à faire à un concept-album à proprement parler on retrouve quand même une continuité stylistique et musicale à travers les différents titres qui compose cet album.
Penchons nous maintenant sur une analyse complète du disque.

Niveau musical on a ici une sorte d'electro-rock très axé sur les ambiances synthétisées et les beats electro mélangé à quelques riffs de guitare saturée; malgré ce que l'on pourrait croire malgré un coté electro bien prononcé on a quand même une richesse mélodique et d'orchestrations assez impressionnante.
L'album s'ouvre sur le meilleur morceau "algorithm" qui nous annonce bien la couleur et laisse à travers des arrangements donnant l'impression d'une symphonie digitale et d'un orchestre d'instrument électroniques et numériques.
Rentre ensuite un très joli piano nappé de cordes juste avant que Matthew Bellamy arrive enfin pour poser sa voix, s'en suit un déluge Electronique entremêle de la guitare électrique de notre ami Matthew le tout sur un beat mid-tempo groovy et très puissant.
La suite c'est "the dark side" qui nous rappelle un peu l'ancien temps du point de vue de la tourne mélodique et de la ligne vocale, le tout sur un gros beat électro assez puissant et groovy.
Ce morceaux reste comme l'une des belles réussites que compte cet album; laissez traîner ce morceau jusqu'au bout et vous découvrirez un solo assez jouissif à l'oreille qui se marie à merveille avec le style electro qui domine sur ce titre.
S'"en suit "pressure" un électro-rock gentillet au refrain malheureusement trop entêtant et simpliste pour s'y attarder.
Les deux morceaux qui suivent se passent de commentaires tellement je n'arrive toujours pas à comprendre ce qui est passé par la tête du groupe quand ils ont pondus ses deux titres au R'n'B creux et oubliable à tout jamais.
Heureusement l'album rebondi pour retomber sur ses pattes avec deux très joli titres que sont "something human" et "thought contagion".
le premier des deux est une sorte de balade électro-rock digne de la réputation du groupe avec une mélodie qui prend tout de suite et une voix de toute beauté entremêlée de chœurs tout aussi jouissif.
le suivant lance un riff de basse groovy et planant laissant place à un super beat de batterie très profond, groovy et puissant.
C"est aussi une belle réussite de l'album.
On enchaîne avec "get up and fight" qui laisse l'un des refrains les plus intéressants de ce disque qui pourrait aisément être repris en chœur dans des stades.
le morceau suivant "blockades" lui aussi reste assez intéressant avec du groove électro de bonne qualité.
sur "dig down" les arrangements sont très soignés et les voix gospel se marient à merveille avec ce titre qui sans être l'un des meilleurs reste plutôt sympa à écouter.
On conclut avec un bon morceau un peu planant mais jouissif qui vient conclure ici un album résolument tourné vers l'avenir.

Pour conclure les premières écoutes m'ont laissées perplexes mais les écoutes suivantes m'ont fait découvrir une richesse que je n'avais pas perçu aux premiers abords.
Cet album fera surement couler de l'encre et je pense que ça sera amplement justifié.
Dans la discographie du groupe je pense sincèrement que cet album reste un album de grande qualité mais pour moi je lui préfère tout les autres et ne peux donc me résoudre à lui mettre plus que 15/20.
Il avait pourtant le potentiel pour être une véritable tuerie mais malheureusement trop d'expérimentation tue l'expérimentation.

mon classement des titres de l'album:
chefs-d’œuvre :
-
très bon:
algorythm
the dark side
bon:
something human
thought contagion
get up and fight
the void
assez bon:
dig down
blockades
passable:
-
médiocre:
break it to me
propaganda