Titre : Drones Année : 2015
Nombre de titres : 12

Tracklist
1. Dead Inside
2. [Drill Sergeant]
3. Psycho
4. Mercy
5. Reapers
6. The Handler
7. [JFK]
8. Defector
9. Revolt
10. Aftermath
11. The Globalist
12. Drones
Acheter : logo amazon
Label : Warner Music Group
Collection : 3 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 12.62/20 (17 avis dont 8 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

DARWINWILD 17.5 / 20 Le 02/09/2018 à 23H44

Cet album sans être leur meilleur reste une belle découverte pour un fan de la première heure qui attendais plus grand chose après la demi déception de "the 2nd law" qui sans être mauvais n'étais pas exceptionnel pour autant et m'avais laissé sur ma faim.

Là on trouve un super concept avec une histoire sympa et un album très bien produit qui mélange le meilleur de la période electro avec le meilleur de la période symphonique et aussi rock.
Si je devais le décrire ce serait un doux mélange entre "the resistance", "black holes and revelations" et "absolution" avec un petit soupçon de "the 2nd law" par moment.
Même si on est loin de la folie créatrice de "origin of symmetry" ou de la profondeur mélodique de "the resistance" cet album m'a quand même fait passé de sceptique à convaincu.

Pour moi voici mon classement des titres de l'album:
Chefs d'oeuvre:
the globalist
Très bon:
drones
dead inside
bon:
mercy
revolt
aftermath
passable:
reapers
the handler
psycho
defector
médiocre:
-

math-bad 5 / 20 Le 05/07/2018 à 16H06

Album NUL ... nul et encore NUL !
Je sauve Dead Inside, Aftermath et le duo Reapers / The Handler parce que je suis sympa.

MelomaniaX 15 / 20 Le 16/05/2017 à 08H51

Un retour aux sources, à l'époque de Black Holes. C'est sûr que l'avant dernier album avait un peu oublier les fans. On retrouve quand même quelques morceaux un peu électro (dead inside) mais ça reste toujours du Muse. On trouve pas mal d'inspis queen qui vont bien avec le syle! Bref, un bon retour aux sources, même si les fans voudraient revenir encore plus aux sources!

cowboyfromeil 18 / 20 Le 23/12/2015 à 23H20

Tiens, ils viennent de retrouver leurs guitares!!! Ça tombe bien quand Muse fait du rock ils sont plutôt très bons. Espérons qu'ils s'en souviendront, pour que les fans du début ne se sentent pas trop délaissés.

comatose42 8 / 20 Le 07/12/2015 à 19H44

Par rapport à pas mal de personnes, j'avais beaucoup apprécié "The 2nd Law". Je trouvais que ça changeait du registre habituel de Muse. Mais voilà que le groupe revient avec un "retour aux sources". Parfois c'est sympa mais dans 80% des cas, c'est juste pour faire plaisir aux fans, bref, ça fait album léche-cul. Drones ne délivre rien à part ce qui constituera les singles qui restent facilement en tête. A part ça, rien de grandiose et certainement pas un album qui restera dans les mémoires...

EpidemicN0rm 16 / 20 Le 23/06/2015 à 00H51

Muse revient avec du lourd. Enfin, c'est ce que le groupe a annoncer: Un retour au source et un album plus organique composé principalement avec le trio guitare-basse-batterie.

L'album commence sur "Dead Inside", un mélange entre "Undisclosed Desires" et "Madness". Donc aucune prise de risque de la part du trio qui réutilise une recette qui fait toujours mouche, et qui donne un excellent single.
On passe ensuite par la première chanson dévoilé par le groupe, "Psycho", qui réutilise un riff qui tourne en live déjà depuis 15 ans, notamment en outro de "Stockholm Syndrome". La chanson est lourde et rentre-dedans, mais déjà quelque-chose me dérange: La voix de Matthew Bellamy surjoue, et ça ne colle pas avec la chanson, et les paroles manquent un peu de finesse ("Your ass belongs to me now").
On enchaîne avec "Mercy", qui s'inspire de chanson comme "Starlight" ou "Bliss". Un rock un peu plus léger, un refrain puissant, comme je les aime. Mais là encore, pas de prise de risque du groupe, et un single tout fait.
"Reapers" avec une intro qui laisse présager du gros son, laisse place à un bon rock classique. La chanson devient vraiment intéressante à partir du solo.
On en vient à "The Handler", une chanson très sombre, certainement la mieux réussi de l'album (mais pas la meilleure, nuance), avec un pont excellent.
On passe à "Defector", qui ressemble à "Reapers" en plus lent. Une chanson sympa, un peu bateau mais qui bénéficie d'un super solo.
On arrive maintenant au 4 chansons qui n'ont pas été dévoilées à l'avance. On commence par "Revolt", dans la même veine que "Mercy", avec son couplet catchy, son refrain entraînant, et son très bon solo.
La ballade de l'album, "Aftermath", et d'un bien meilleur niveau que celle des albums précédant, la meilleure depuis "Falling Away With You" de Absolution (avec un intro qui m'a fait penser à celle de "Black Celebration" de Depeche Mode).
Ensuite vient le grand mystère de cet album: les 10 minutes de "The Globalist". La chanson se découpe en 4 parties: Un intro rappelant "Invincible", un fond de western et les sifflotements en plus. Après, un première partie chantée, qui continue dans la même ambiance. Puis se lance un PUTAIN de riff qui déboîte sa race, certainement le meilleur de l'album. Mais mon dieu qu'il est mal exploité... Les choeurs de Matt en fond ne servent à rien, et même si la partie avec la batterie envoie le pâté, toute cela dure 2 petites minutes... Et laisse place à Matt et son piano qui rappelleront The Resistance et "Blackout" (et j'ai bizarrement pas envie de m'en rappeler). Cette chanson est une grosse deception, et laisse place à l'éponyme "Drones" qui me rappelle la messe le dimanche matin (et j'ai bizarrement pas envie de m'en rappeler non plus).

En bref: The Hunting Party. Muse à voulu faire exactement comme Linkin Park l'année dernière: annoncer un retour au source après être parti lorgner vers la pop, et faire l'album le plus lourd de leur carrière. Et même constat que pour LP: L'album est certes plus lourd que ses prédécesseurs, mais ne surprend à aucun moment, et les meilleurs chansons sont finalement celles où le groupe à pris le moins de risques (excepté "The Handler"), parce-qu'elles restent efficaces, et des passages comme "[JFK]" gâcher par des violons mielleux me laisse penser que l'album aurait vraiment pu être mieux.
Pire encore, l'album transpire un manque d'originalité flagrant, et peu paraître plat et lent à la première écoute et les envolées lyriques de Bellamy peuvent aussi finir par saouler ("Reapers", "Psycho", "Defector").
J'avais mis 16 à The 2nd Law. Je ne peux pas mettre plus car l'album m'a clairement déçu. Mais je ne peux pas mettre moins non plus car il en ressort de très bonnes chansons, plus que sur le précédent.

Ah oui, une dernière chose: ARRETEZ DE FOUTRE DES TRIPLES CROCHES A LA GUITARE (Intro de "Reapers", solo de "The Handler" et "Defector") OU AU SYNTHE (refrain de "Mercy") PARTOUT !!
+++
Mercy
Dead Inside
The Handler
Revolt

++
Reapers
[Drill Sergent]/Psycho
Aftermath
[JFK]/Defector

+
The Globalist

-
Drones

fuku-san 10.5 / 20 Le 10/06/2015 à 23H27

Depuis la sortie de The Resistance, Muse est devenu un groupe qui me répugne profondément. Les raisons à cela sont, entre autres, une musique insipide basée sur le recyclage du catalogue de Queen, une politique commerciale écoeurante, une vanité hallucinante et j'en passe. Bref ça fait mine de rien quasiment 10 ans que je n'ai pas acheté un album du groupe, depuis 2006 et le très bon Black Holes pour être précis. J'avais perdu tout espoir et me faisais à l'idée de devoir me contenter de leurs 4 premiers albums pour pouvoir apprécier le groupe à sa juste valeur. Autant dire que même la promo de Matt "on va faire du bon vieux rock comme avant" ne me faisait pas saliver plus que ça, d'une part car selon moi je n'ai aucun problème à accepter les changements d'orientation d'un groupe (à condition que ce soit réussi) et d'autre part parce que dans mon esprit Muse est depuis longtemps relégué au rang des groupes incapables de se remettre à faire de la bonne musique. Néanmoins j'attendais quand même d'écouter l'album, histoire de voir ce que ce "retour aux sources" pouvait donner.

Je tiens à préciser que justement, pour me rappeler ce qu'est Muse depuis 10 ans, j'ai trouvé le courage, par une nuit morose, de me retaper The Resistance et The 2nd Law en intégralité. Ces séances de sado-masochisme m'ont quand même fait réaliser qu'effectivement, Muse part de loin, de très loin. Alors disons-le d'emblée, je considère Drones comme un album moyen/mauvais mais il faut reconnaitre que si les deux derniers sont - et je pèse mes mots - de la grosse merde immonde, celui-ci oscille entre le bon et le mauvais, ce qui constitue une belle amélioration néanmoins.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que nous avons été submergé par les singles, les 2 premièrs étant espacés, mais c'est pas moins de 4 chansons en quelques jours qui nous sont parvenu ensuite. Au total, les 6 premières chansons de l'album (la moitié donc) étaient disponibles avant la sortie. Rentrons maintenant dans les détails.

Drones se veut engagé et est supposé raconter une histoire. Au final, cela donne les paroles les plus lamentables de l'humanité, sans aucune finesse, sans aucune autre interprétation possible que celle proposée. "Le gouvernement oh pas bien, la guerre c'est mal, les robots bouh". Voilà. Pendant 50 minutes. Parfois, cela ruine certains passages, tant le contraste entre la voix de Matt - qui a tendance à surjouer - et la légèreté des propos rend le tout ridicule, comme dans ce fameux "Ton cul m'appartient, t'es un putain de psychopathe", sur un riff plutôt sympa par ailleurs. Bref, faire un concept album pas de souci encore faut-il que le concept soit nouveau et bien fait et propose un véritable récit cohérent qui amène à une reflexion. Là c'est pas le cas, demandez à un gamin de 10 ans d'écrire sur ce thème, il ressortira les mêmes phrases que l'ami Matt.

Puisque je parlais de Psycho, venons-en à un autre problème. Cet album a parfois tendance à suinter la facilité. Le riff de Psycho est l'outro de SS (désolé pour l'abréviation douteuse) jouée depuis 15 ans A CHAQUE FOIS, Mercy est la chanson la plus feignante du monde, un mélange entre Starlight et Bliss, musicalement bateau, Dead Inside est un sous Madness et les exemples ne manquent pas. Ca sent un peu le réchauffé.

Pourtant il faut reconnaitre que, parfois, la mayonnaise prend. Reapers envoie le pâté, The Handler à une atmosphère sombre bien rendue, l'intro de Aftermath est originale... Clairement il y a des bonnes choses. D'ailleurs, le son de l'album est très réussi, pour le coup le son organique et métal (dans le sens de la matière, pas du syle de musique) colle à l'ambiance de l'album. On est loin du son édulcoré et niais de The Resistance (ça se voit tant que ça que je déteste cet album ?). Muse serait donc encore capable de créer des morceaux rock originaux ? Oui mais...

Mais malheureusement ça ne dure pas. Defector est basique avec encore une fois un gros pompage sur le style vocal de Mercury. C'est d'ailleurs l'élément qui m'agace le plus chez Muse depuis une dizaine d'années, le fait d'insérer des canons à outrance. Quant à Revolt l'ambiance générale et surtout son refrain est un exact copié collé de la fin de All These Things I've Done des Killers. Aftermath commence bien mais encore une fois ne tient pas sur la longueur. Et en parlant de longueur, The Globalist était attendu au tournant. Un morceau de 10 minutes, la suite de Citizen Erased, ça promettait. Sauf que j'ai beau chercher je ne vois pas le moindre lien entre les 2 chansons, pas la moindre note, le moindre bout d'atmosphère en commun. Soit, passons. Qu'en-est-il du titre ? La première partie est sympa, un côté western avec des sifflements mais impossible à faire passer en live, à mon avis si elle est jouée on aura droit à un beau sample (ce qui en fera la première chanson de la setlist) ou alors ils passeront directement à la seconde partie ; seconde partie plus heavy avec un riff simple mais efficace qui devient lassant à force de le répéter malgré un léger crescendo. Encore une fois, le groupe est capable d'avoir une bonne idée mais ne réussit pas à l'exploiter, à la développer. Et enfin l'album se termine sur la chanson éponyme qui est entièrement a capella. Atmosphériquement réussie mais sans plus d'intérêt que cela.

Pour conclure, le chemin vers un regain d'intérêt de ma part pour ce groupe est encore long. Il y a des choses réussies mais sur certains morceaux un cruel manque de profondeur et d'originalité se font sentir. Il y a peut-être quantitativement moins de daubes qu'avant mais d'un autre côté rien de vraiment exceptionnel, on nage dans un océan de platitude la plupart du temps.

gregdevil666 11.5 / 20 Le 03/06/2015 à 21H38

Une promesse de retour à un son plus "brut" et un retour aux sources, Bellamy l'a dit, mais l'a-t-il fait ?

On reste dans la veine de The Resistance et The 2nd Law.
Un peut plus de folie quand même, notamment avec la superbe Reapers, Muse démontre qu'il sait encore envoyer la purée, d’où une certaine frustration ! De même que Psycho et son riff hyper accrocheur.

Le reste n'est hélas pas à la hauteur. Trop policé, trop gentil, trop U2. juste sortent la tête de l'eau Dead Inside et The Handler, qui dans le style font leur petit effet.

Voilà, encore une déception pour ma part, Muse continue sa période sample/pop/rock, et livre encore un album limite.

A écouter : Psycho ; Reapers