Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat
Découverte
Pochette Lost Ghosts Vol.1

logo Murderdolls

Biographie

Murderdolls

Fondé en 1995 sur les cendres de The Rejects, l'ancien groupe de Joey Jordison (Slipknot) est rebaptisé Murderdolls à la suite du départ de son leader le chanteur Dizzy Rejects. Mais c'est vraiment en 1999 à l'occasion d'une tournée avec Coal Chamber, lorsque Joey fait la rencontre du guitariste Tripp Eisen (Dope, Static-X), qui se découvrent une passion commune pour le Punk et le Glam, que les premiers morceaux sont composés, dépoussiérant d'anciennes chansons à l'occasion. Murderdolls est finalement formé en 2000 avec l'arrivée de Wednesday 13 dont une grande partie des morceaux viendront de son ancien groupe, Frankenstein Drag Queens From Planet 13, largement influencé par les années 80 et les films d'horreur.

Le trio enregistre alors Beyond The Valley Of The Murderdolls, le premier album du combo qui parait en 2002 chez Roadrunner Records. Tripp Eisen se consacre à Static-X et est remplacé par Acey Slade (Guitare). Eric Griffin (Basse, Chant) et Ben Graves (Batterie) sont recrutés pour les tournées à venir aux côtés de Papa Roach notamment ou partageant l'affiche de gros festivals internationaux tels que le Big Day Out, le Download Festival ou le Rock Am Ring. En 2003, Beyond The Valley Of The Murderdolls est réédité avec la reprise de Billy Idol, White Wedding, et les bonus Let's Fuck, I Take Drugs, Crash Crash, Welcome To The Strange et I Love To Say Fuck. Joey Jordison et Wednesday 13 étant bien occupés par leur carrière respective, le dernier concert de Murderdolls a lieu à Corona en Californie en janvier 2004 et le groupe est mis en pause.

Huit ans après leur premier album, Murderdolls se reforme en 2010 toujours sous l'impulsion de Joey et Wednesday 13. De nouveaux membres sont recrutés avec Roman Surman (Guitare, Chant), Jack Tankersley (Basse) et Racci Shay (Batterie), mais l'essentiel du nouvel album, Women And Children Last est composé par le duo fondateur. Le groupe reprend alors la route aux côtés de Guns N' Roses et passe même par la France pour une tournée de quatre dates.

Chronique

12.5 / 20
38 commentaires (17.01/20).
logo amazon

Beyond The Valley Of The Murderdolls ( 2002 )

Il y a eu beaucoup de bruit dans la presse à la sortie du premier album des Murderdolls, en particulier à cause de la présence dans le groupe de Joey Jordison habituellement batteur de Slipknot. C'était l'époque où le gang des " méchants " de l'Iowa ne ressemblait pas encore à un gruyère (side projets nombreux, désertions, rumeurs de conflits…). Pourtant lorsqu'on écoute d'un peu plus prés ce From beyong the valley of the murderdolls on se rend compte que la vrai star du groupe n'est pas l'ex-guitariste masqué mais bien Wednesday 13, chanteur haut en couleur des Murderdolls.
En effet, c'est lui qui est à l'origine du groupe et qui lui donne vie. Du coup, les titres de cet album sont le résultat du mélange de ses nombreuses passions. On y retrouve donc beaucoup de clins d'oeil au films d'horreurs de série B (Dawn of the dead, B-movie scream queen) avec l'ambiance qui va avec, ainsi qu'un fort penchant pour le glam-métal des années 80 (Die my bride, Love at the first sight). Certains titres tendent aussi vers le punk comme ce Dressed to depress parfaitement soutenu par la voix sarcastique de Wednesday, pendant que d'autres s'accroche aux sonorités 80's générés par les incessants solos de guitares de Joey. L'ensemble sonne comme une improbable rencontre entre Twisted sister (titre hommage Twist my sister), Alice Cooper et les Sex pistols et l'on retrouve finalement très peu l'influence de Slipknot, si ce n'est sur Let's go to war et People hate me.
Le seul véritable défaut de cet album est sa longueur, mais on ne va pas allez leur reprocher d'être généreux non plus. Premier essai transformé pour Murderdolls, reste à espérer qu'il y en aura d'autres.

A écouter : Dawn of the dead - Twist my sister - She was a teenage zombie