Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Final Transmission
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub Pochette Masses

logo Motley Crue

Biographie

Motley Crue

Motley Crue est l'un des groupes fer de lance du mouvement glam métal et plus généralement du métal populaire ou Hair Metal des 80's. Le groupe a vendu plus de 80 millions d'albums dans le monde dont la majorité aux USA et a été connu pour ses frasques et excés en tout genre.

Le groupe né en 1981 suite au split de London, Nikki Sixx (basse) décident de former un groupe avec Tommy Lee (batterie) ils rencontrent alors Mick Mars (guitare) grâce à une petite annonce et Vince Neil au chant après que celui ci se soit séparé de son ancien groupe. Après plusieurs changements de noms le groupe trouve son nom suite à une critique les décrivant comme « motley looking crew » (~ « une bande au look hétéroclite » « Equipe bariolée »).

Le groupe commence alors la tournée des clubs de Los Angeles où ils se font très vite une réputation, nottament grâce à leur look grandement influencé par le mouvement glam rock et plus particuliérement New York Dolls. Allan Coffman, un producteur amateur, les prends sous son aile et leur fait enregistrer leur premier album : Too Fast For Love. Sorti de façon indépendante il se vends tout de même à 20 000 exemplaires. Le groupe signe alors sur Elektra Records (The Doors, Metallica, MC5, The Stooges, The Prodigy) qui ressort l'album remixé.
Deux ans plus tard le groupe revient avec Shout At The Devil, l'album devient platinne et la folle histoire décadente du groupe passe à la vitesse supérieure, le titre Shout At The Devil devenant un classique. Vince Neil manque de mourir lors d'un accident de voiture dans lequel son ami Nicholas Dingley (de Hanoï Rock) trouve la mort et blesse les deux passagers de la voiture qu'il percute. Il entre alors en cure de désintoxication et fera 30 jours de prison et le groupe lui impose de ne plus boire sur la tournée à venir (il en profittera pour sombrer plus profondément dans la drogue avec l'héroïne, et l'ensemble du groupe s'enfonce dans les excés : drogues, alcools, ...).
Le groupe enchaine sur Theatre Of Pain, l'album fait encore une fois monter l'échelon de la notorieté au groupe, un titre comme Smokin' in the Boys' Room (reprise de Brownsville Station) entrant dans le top 40. La balade Home Sweet Home les fera encore plus exploser, mattraqué sur MTV ce titre marque le début des prolifiques « power balad » qui vont pulluler dans la seconde moitié des 80's.
En 1987 le groupe, malgré des tensions et des dépendances de plus en plus grande, arrive à sortir son 4ème album nommé Girls, Girls, Girls. Le clip du titre éponyme est censuré ajoutant encore une couche a l'aura provocatrice du groupe. Motley Crue part alors en tournée mondiale qui sera stoppée suite à l'overdose de Nikki Sixx qui s'en sort.
Le management et le groupe décide de réagir et les 4 lascars vont suivre une cure de désintoxication commune, c'est donc sobre qu'ils enregistrent leur album le plus vendus à ce jour Dr. Feelgood avec Bob Rock (Metallica, Bon Jovi, Skid Row, The Offspring, ...). Le groupe touche alors le monde entier avec son métal ultra accessible orienté MTV à 200%, son coté fun et entrainant et ses hymmes de stades. A part un morceau tous les titres de l'album sortiront en single, les plus connus étant Don't Go Away Mad, Kickstart My Heart (qui parle de l'overdose de Nikki Sixx) et Dr. Feelgood.
S'en suite une tournée mondiale gargantuesque et un best of, Decade of Decadence. Le groupe retombe dans ses démons et épuisé retourne en studio pour un nouvel album. Les tensions éclatent et Vince Neil est limogé pour être remplacé par John Corabi, ex The Scream. Ensemble ils sortent en 1994 l'album éponyme qui devient disque d'or mais bien loin des attentes de leur maison de disque et de leur gloire passée. Vince Neil de son coté s'essais à une carrière solo sans trop de succés.
Le groupe remercie John Corabi et se réconcilie tant bien que mal avec Vince Neil, ils ressortent alors un album en 1997 nommé Generation Swine; le son du groupe évolue grandement et n'a plus rien à voir avec le glam métal de leur début. L'album débute en 4ème place des charts ricains mais comme le précédent ne connait pas le succés passé.
En 1998 ils sortent un best of, Greatest Hits, mais la tournée qui suit se voit écourtée vu que Tommy Lee est emprisonné pour avoir confondu ses fûts avec sa femme (Pamela Anderson).
Tommy Lee quitte d'ailleurs le groupe l'année d'après pour tenter de raccrocher le wagon néo métal avec Methods of Mayhem. Il est remplacé par Randy Castillo (batteur pour Ozzy Osbourne). L'activité du groupe est alors plutôt flaibarde, l'ensemble de leur discographie ressort remasterisée et un album de raretés, Supersonic and Demonic Relics, voit le jour. Ce n'est qu'en 2000 que le groupe revient dans les bacs avec New Tatoo.
En mai 2001 sort The Dirt, une biographie du groupe dans lequel les membres et les proches du groupe se confient, gros succés à la clef.
Pendant ce temps Vince Neil reprends le chemin des clubs avec son projet solo et Nikki Sixx écrit des titres pour différents groupes (Tantric, Meatloaf, ...). En 2002 Randy Castillo décéde.
Peu après le groupe annonce qu'il va se reformer avec son line up originel mais Tommy Lee fait taire les rumeurs. S'ensuie des déboires judiciaire pour le groupe et Vince Neil (accusé de viol par sa femme).
Tommy Lee et Vince Neil particpent à des émission télé (ou télé réalité) tandis que Nikki Sixx sort un album avec son autre groupe Brides of Destruction.
Finalement en 2004 Motley Crue annonce sa reformation et repartent en tournée en 2005 remplissant les salles comme à la bonne époque. En 2008 les 4 membres d'origines repartent en studio pour l'enregistrement de Saint Of Los Angeles.

Chronique

The Dirt ( 2019 )

Il y avait beaucoup de raisons d’avoir peur de cette adaptation de la biographie de Mötley Crüe :
- Que le film ne retienne que la partie débauche, avec des mecs capable des trucs les plus fous, mais occulte la partie sombre de leur histoire.  Le réalisateur est celui des Jackass et de Grandpa : pas le truc qui rassure de prime abord.
- Production Netflix : autant sur les séries, le géant du divertissement a réussi de belles réalisations, autant du côté des films on compte pour le moment pas énorme de chef d’œuvres : certes quelques plaisirs coupables mais surtout beaucoup de ratés.
- Un casting jeune, venu des séries télés principalement : Iwan Rheon (Ramsay Bolton dans GOT) en Mick Mars, Daniel Webber (Lee Harvey Oswald dans 22/11/63 ou le militaire paumé de la saison 1 de The Punisher) en Vince Neil, Douglas Booth (vu dans NoéJupiter Ascending, ...) en Nikki Sixx et Machine Gun Kelly (le rappeur /  acteur) en Tommy Lee. On notera quand même la présence de David Costabile (un habitué des seconds rôles dont vous connaissez forcément la tête) en tant que manager.

Alors le film aura-t-il réussi à déjouer les pronostics ?

Le biopic est un genre casse-gueule : raconter 15 ou 20 ans en 1h40 n’est pas chose évidente. Chacun des films du genre doit garder l’essence de l’histoire, se concentrer sur quelques faits pour poser les personnages, souvent rassembler plusieurs personnages secondaires en un seul, et faire évoluer les protagonistes à vitesse grand V, tout en ayant l’air cohérent.
Et dans le cas de The Dirt on parle d’une bio d’un groupe, écrit par l'ensemble du groupe, agrémenté de témoignages de leur entourage, le tout avec une carrière qui démarre dans la galère et misère la plus totale, suivie d’une montée vers des sommets (Mötley Crüe est un phénomène énormissime aux USA, bien plus qu’en France) avec son lot de débauches / drogues / dépressions / et une descente dans les 90’s comme toute la vague hair metal (cf notre podcast si vous voulez en savoir plus).
Gros amateur de The Dirt, l’une des bios les plus folles que j’ai pu lire, j’attendais Jeff Tremaine au tournant, et le bougre a eu quelques éclairs de génies : notamment le fait de casser le 4ème mur pour parfois dire “ok on avait deux managers, lui était très cool mais vous ne le verrez pas dans ce film”, ou comment indiquer au spectateur que ce qu’il voit est une adaptation, que tout n’est pas là pour être véridique mais sans se mentir non plus. Il fera appel quelques fois à ce stratagème et c’est plutôt bien vu.
Niveau réalisation : vous attendez pas à du grand niveau, rien de bien novateur, on est dans le basique, limite série. Les plans sont bateaux, ne vous attendez pas à être surpris de ce côté (à la fois Jeff Tremaine a fait ses armes sur Jackass …).
Le film est également agrémenté de passages qui ne figurent pas dans le livre : notamment la partie sur Nikki Sixx (que l'on doit certainement trouver dans son propre livre ?). A part pour tenter de justifier le côté "drogues dures", difficile de comprendre cette partie.
Ceux qui ont lu la bio seront ravis de voir quelques passages cultes (avec Ozzy Osbourne, l’overdose de Nikki Sixx, …) même si on regrette forcément l’absence des dizaines de trucs complètement WTF de The Dirt (lisez la).
Alors oui, les passages dramatiques ne sont pas les scènes les mieux filmées de l’histoire (même si le passage sur la fille de Vince Neil fait mouche, mais ça, depuis que j’ai une gamine, chaque film qui met à mal des gamins à tendance à me transformer en lavette) mais au moins il y a un vrai choix de ne pas de se focaliser que sur la folie / sexe / drogue / … Et oui, la partie ou Vince Neil tue Razzle lors d’un accident de voiture est expédiée, mais cela ressemble quand même pas mal à ce qui s’est passé à l’époque.
Autre choix douteux : Tom Zutaut est joué par Pete Davidson, et même si la gueule de Tom Zutaut n’est pas spécialement connue (il a notamment eu le flair pour Motley Crue à 19 ans puis quelques années plus tard pour Guns N’Roses) : pourquoi avoir pris un mec qui semble avoir 14 ans et ne pas du tout coller au rôle ?

Vulgaire, too much, profondément débile, révoltant, cheap, … voilà des qualitatifs pour ce film, qui colle parfaitement à Mötley Crüe, le film a su réduire à 1h40 la carrière du groupe (enfin jusqu’à la fin des 90’s), évidemment il y a des raccourcis et des choix de narration; mais le film reste honnête sur le crüe (oh oui, Bohemian Rhapsody c’est toi que je regarde là) et ses mauvais côtés (tuer quelqu’un, frapper ses meufs, … y’a du lourd dans leur dossier).
2019 marque l'avènement des premiers biopic metal (avec Lord Of Chaos), et ce cru Netflix se laisse voir une bière à la main avec plaisir.